Afghanistan : une crise qui s’aggrave encore et toujours pour les femmes et les filles

L’Afghanistan reste aux prises avec une profonde crise économique et humanitaire. La hausse fulgurante des produits alimentaires et du carburant a poussé près de 95 % de la population au bord de la famine et provoqué des niveaux de malnutrition encore inégalés, notamment chez les femmes enceintes.

Alors que la situation se dégrade toujours d’un point de vue humanitaire, l’accès des femmes et des filles aux services essentiels de santé est mis à rude épreuve, ce qui pourrait avoir des conséquences absolument catastrophiques.

Le pays reste l’un des endroits les plus dangereux où accoucher dans le monde : une femme y meurt en moyenne toutes les deux heures des suites de sa grossesse ou de son accouchement. Près de 24 000 femmes accouchent chaque mois dans des zones très mal desservies, et ont de graves difficultés à accéder aux hôpitaux ou aux établissements de santé. Les services vitaux destinés aux survivantes de violence basée sur le genre sont également limités depuis la dissolution des procédures de signalement, des mécanismes juridiques et des refuges dédiés, alors que les femmes et les filles sont exposées à des niveaux de violence domestique, d’abus et d’exploitation toujours plus élevés.

L’UNFPA a renforcé sa présence en Afghanistan et travaille avec ses partenaires nationaux pour élargir sa prestation de services essentiels de santé reproductive et d’aide psychosociale dédiés aux femmes et proposés par des femmes. Nos 220 maisons de santé familiale, où travaillent des sages-femmes communautaires, aident les femmes à accoucher de façon sécurisée dans certaines des zones les plus isolées. Des équipes de santé mobile se déplacent dans les villages de 18 provinces pour y proposer un dépistage de la malnutrition aux femmes et aux enfants, ainsi que des soins de santé maternelle et infantile. Des centres de conseil psychosocial sont situés dans certains hôpitaux de province ou de district, et proposent des services gratuits et confidentiels de santé et d’aide psychosociale pour les femmes et les filles.

Alors que l’hiver approche et que les besoins sont en constante augmentation, l’action de l’UNFPA continuera à faire de la continuité des services de protection et de santé sexuelle et psychosociaux pour les femmes et les filles une priorité absolue.

Mis à jour le 24 octobre 2022

Contenu connexe