POUR LA PROTECTION DES JEUNES VIVANT
DANS LA PAUVRETÉ EN MILIEU URBAIN, AUJOURD’HUI ET DEMAIN

Les sept récits présentés dans les pages qui précèdent doivent interpeler ceux qui
s’intéressent à la jeunesse et à l’avenir de nos villes. Les questions, les problèmes et les
solutions qui concernent les jeunes et la ville sont étroitement liés, tout articulièrement
dans les pays en développement, où sans généralement la moitié de la population
urbaine a moins de 25 ans. Urbanistes, dirigeants, employeurs et groupes de la société
civile ont un enjeu commun à cet égard et il y va de leur intérêt d’appuyer l’ingéniosité et la créativité des jeunes et d’instaurer un paysage urbain exempt de pauvreté et de violence.

Les récits de Bing, Geeta, Reham, Freddy, Maty, Shimu et Angelo sont des refl ets fragmentaires des diffi cultés de la vie urbaine pour des millions de jeunes aujourd’hui et
pour des millions d’autres à l’avenir. Deux constantes se retrouvent dans ces sept récits:la pauvreté, les diffi cultés et la violence, et l’espoir de l’avènement d’un avenir meilleur résultant de leurs propres efforts.

La récurrence du thème de la violence, sauf dans l’histoire de Bing, n’est pas un effet du hasard; dans toute ville, dans toute région du monde, il est diffi cile de trouver des
jeunes vivant dans la pauvreté qui n’ont pas été touchés par les abus sexuels, la violence sexiste, la violence résultant d’activités criminelles ou les actes de violence aveugle.

La croissance démographique rapide des zones urbaines attendue dans les décennies à
venir transformera les espaces de vie de tous les jeunes, pour le meilleur ou pour le pire. Les enfants de Bing, Geeta, Reham, Freddy, Maty, Shimu et Angelo méritent de faire un meilleur départ que leurs parents dans la vie. Ils ont droit à un logement décent, à une alimentation suffi sante, à l’éducation, aux soins de santé et une vie exempte de sévices et de violence. Un tel avenir est possible à condition que les villes se préparent dès à présent à absorber et à gérer la croissance démographique projetée. Elles doivent faire porter l’attention sur l’apport d’une aide aux pauvres pour permettre à ceux-ci de mettre eux-mêmes fi n à leur pauvreté. Elles doivent avant tout investir dans les jeunes qui détiennent la clé de la rupture du cycle de la pauvreté de manière à interrompre sa transmission de génération en génération.

Les responsables de l’élaboration des politiques à tous les niveaux et toutes les parties prenantes, y compris les jeunes eux-mêmes, doivent être informés de la transformation urbaine qui s’annonce et s’y préparer. Les villes dirigeants des agglomérations urbaines doivent :

- Veiller à ce que les jeunes aient accès à une éducation de qualité dans les quartiers
où ils vivent, à ce que les établissements d’enseignement soient exempts de violence, de négligence et d’abus sexuels, à ce que les fi lles et les garçons soient traités sur un pied d’égalité, et à ce qu’ils acquièrent en milieu scolaire des connaissances sur la résolution des confl its, les capacités de négociation, la pensée critique et la santé sexuelle et reproductive, notamment la prévention de l’infection par le VIH.

- En collaboration avec les employeurs, former les jeunes de manière à ce qu’ils acquièrent les aptitudes exigées par le marché du travail; appuyer les efforts du Réseau d’emploi desjeunes (http://www.ilo.org/public/english/employment/strat/yen/) et reproduire ce modèle de façon à offrir aux jeunes de véritables possibilités d’emploi.

- Protéger la santé des jeunes en leur offrant un accès facile à des services de santé d’un coût abordable et conviviaux, lesquels devraient comprendre les services de santé
sexuelle et procréatrice, pour que les jeunes puissent éviter les grossesses non désirées
et les infections sexuellement transmises, notamment par le VIH.

- Assurer l’accès à l’eau propre et potable, à l’assainissement et à un logement approprié, qui sont nécessaires à une saine transition vers l’âge adulte, ainsi que la sécurité des droits fonciers et le respect des droits de propriété.

- Soutenir les jeunes qui participent à des initiatives d’autoconstruction pour se bâtir des logements appropriés pour eux-mêmes et leur famille.

- Créer des espaces protégés dans les communautés, en particulier pour les
adolescentes, de manière à ce qu’elles apprennent à se comporter dans la vie sans
crainte de violences ou d’abus sexuels; associer les jeunes aux programmes de
prévention du crime et de surveillance de quartier; et veiller à ce que les postes de
police assurent une protection effi cace des quartiers pauvres et pas seulement des
communautés aisées.

- Associer les jeunes à la planifi cation urbaine, notamment aux processus décisionnels
et à des activités de suivi-évaluation des programmes urbains conçus à leur intention; encourager les jeunes à participer activement à la vie citoyenne et les aider à acquérir une image positive d’eux-mêmes et un sentiment d’appartenance à la société; et
leur permettre d’apporter des contributions positives au bien-être de leur communauté.

- Renforcer la gouvernance urbaine, avec lesoutien des instances gouvernementales
régionales et nationales, afi n d’autoriser la mise en oeuvre de ces mesures, ainsi que
d’autres mesures analogues.

- Mobiliser l’appui de la communauté internationale. Les actions orientées selon ces grandes lignes se démarqueront des politiques antérieures. Au lieu de réagir aux problèmes urbains à mesure qu’ils surgissent, il conviendra d’adopter une approche
prévisionnelle de prise en compte de la croissance urbaine et de ses impacts. Les
mesures proposées à cette fi n appuient l’ingéniosité et l’esprit d’initiative des jeunes
et s’attaquent simultanément aux causes profondes de la pauvreté. Elles assurent
une préparation appropriée des jeunes pour leur permettre d’entrer dans la population
active, de mener une vie saine et de retarder le mariage et la procréation. Dans leur
ensemble, elles constituent une stratégie grâce à laquelle les individus pourront réaliser leur potentiel humain et les villes pourront remplir leur fonction de moteur du développement national.