Introduction Introduction Chapter 5 Chapitre 5
Chapter 1 Chapitre 1 Chapter 6 Chapitre 6
Chapter 2 Chapitre 2 Notes for Indicators Notes
Chapter 3 Chapitre 3 Notes for boxes Sources des encadrés
Chapter 4 Chapitre 4 Indicators Indicateurs
Chapitre 3 Printer Friendly imprimer cette page
Chapter 1 Repenser la politique de lutte contre la pauvreté urbaine

Fourvoiements et nouvelles orientations

Fermer les portes aux masses : une stratégie perdante

Des logements pour les pauvres

Bond quantique : un nouveau scénario en matière de logement

La réglementation des marchés fonciers urbains : mission impossible ?

Plaidoyer, votes, action, initiative

Et une dose de réalisme

Prévoir pour gouverner

Et une dose de réalisme

Enfin, les initiatives telles que l’allocation de terrains à peine viabilisés pour les pauvres doivent être assorties d’une bonne dose de pragmatisme. Les propositions bien intentionnées ne mettront pas fin aux brutalités occasionnelles du marché ni aux errances du système démocratique. Et l’allocation de terrains viabilisés peut être utilisée et l’a été à de multiples reprises à des fins moins nobles que la satisfaction des besoins des pauvres.

La lutte contre les pratiques abusives des promoteurs et des prestataires de services qui exploitent les programmes de répartition de terres à motivation sociale pour s’enrichir présente de très réelles difficultés. Les subventions peuvent avoir pour effet de faire monter le prix des terrains. La constitution de réserves foncières dans le monde n’a donné, il faut l’admettre, que des résultats médiocres. Les succès remportés par les projets pilotes se dissipent souvent lorsque l’on passe à l’application en grandeur réelle.

Fait de moindre conséquence, des personnes qui ne sont pas pauvres s’immiscent dans les programmes de distribution pour en tirer des avantages. Certains bénéficiaires revendent leur terrain dès que celui-ci acquiert une valeur monétaire ou d’échange, encore que ceci ne soit pas nécessairement négatif puisqu’il y a là une forme de mobilité sociale. Les terres distribuées par l’État, qu’elles lui appartiennent de longue date ou depuis peu, peuvent être accaparées au moyen de stratagèmes à visée économique ou politique peu scrupuleux. Les distributions peuvent même accroître les distances sociales et géographiques qui séparent les nantis des démunis.(25)

Le risque qu’elles soient exploitées à des fins de gains économiques ou politiques ne doit pas faire obstacle aux initiatives de distribution de terrains viabilisés à finalité sociale. D’autres forces sociales et politiques, appuyées par une information et des communications améliorées, devront entrer en jeu pour dénoncer les manœuvres froidement calculatrices qui peuvent freiner l’amélioration des conditions de vie des pauvres.(26)


CONTENTS