Introduction Introduction Chapter 5 Chapitre 5
Chapter 1 Chapitre 1 Chapter 6 Chapitre 6
Chapter 2 Chapitre 2 Notes for Indicators Notes
Chapter 3 Chapitre 3 Notes for boxes Sources des encadrés
Chapter 4 Chapitre 4 Indicators Indicateurs
Chapitre 2 Printer Friendly imprimer cette page
Chapter 1 Populations urbaines : de la désolation à l’espoir

Les drames cachés de la pauvreté urbaine

Les taudis : la pauvreté condensée

Persistance des disparités

Autonomisation et bien-être des femmes : piliers de villes durables

Croissance des villes, contradictions sociales, dialogue et discorde

Changements démographiques dans les centres urbains

Amélioration de la gouvernance urbaine et implication des pauvres :choix logique et moral

Les taudis : la pauvreté condensée

La pauvreté, la mendicité et la clochardise sont des composantes du paysage urbain depuis les premières villes de Mésopotamie. Les pauvres sont, pour la plupart, relégués par ségrégation sociale dans des quartiers généralement appelés « taudis » ou « bidonvilles » (voir encadré 4). Notre notion des taudis modernes remonte à la révolution industrielle telle que l’ont connue Londres au XIXe siècle ou New York au début du XXe siècle(8).

4

Taudis urbains et citadins pauvres

Le terme « taudis » désigne de nombreux types de logements, y compris certains susceptibles d’être améliorés. Les termes « taudis », « bidonvilles », « établissements informels », « établissements de squatters » et « communautés à faible revenu » sont souvent employés de manière interchangeable.

ONU-Habitat définit le « ménage habitant un taudis » comme un groupe de personnes vivant dans le même logement urbain dépourvu d’un ou de plusieurs des éléments suivants : logement durable, surface habitable suffisante, accès à un approvisionnement en eau amélioré, accès à un système d’assainissement amélioré et sécurité d’occupation.

Tous les pauvres ne vivent pas dans des taudis et tous les habitants de zones définies comme des taudis ne sont pas pauvres. Toutefois, à des fins de simplification, le présent rapport considère comme synonymes les termes « citadins pauvres », « pauvres urbains » et « habitants de taudis ».


Les caractéristiques fondamentales de la vie dans les taudis n’ont pas changé : la seule différence aujourd’hui est une différence d’échelle. Les habitants des taudis du nouveau millénaire ne sont plus quelques milliers dans quelques villes d’un continent en rapide industrialisation. Ils sont à présent un milliard, un citadin sur trois, un sixième de la population mondiale(9).

Plus de 90 % des habitants de taudis vivent aujourd’hui dans le monde en développement. C’est l’Asie du Sud qui en a la plus grande part, suivie par l’Asie de l’Est, l’Afrique subsaharienne et l’Amérique latine. La Chine et l’Inde réunissent à elles deux 37 % des taudis du monde. En Afrique subsaharienne, l’urbanisation est devenue pratiquement synonyme de croissance des taudis : 72 % de la population urbaine de la région vit dans des taudis, contre 56 % en Asie du Sud. La population des taudis de l’Afrique subsaharienne a pratiquement doublé en 15 ans, ayant atteint près de 200 millions d’habitants en 2005.

La Déclaration du Millénaire des Nations Unies a reconnu l’importance de la prise en compte de la situation des habitants des taudis pour réduire la pauvreté générale et faire progresser le développement humain. Malgré la force de cet engagement, il n’a pas été facile de suivre les progrès de la situation des habitants de taudis(10) et des interventions politiques dynamiques sont nécessaires pour que les pays atteignent, dans son esprit, la cible 11 des objectifs du Millénaire pour le développement(11) et améliorent l’existence des millions de citadins pauvres.


CONTENTS