PREFACE

Le présent rapport explore les vies de jeunes femmes et de jeunes hommes qui se sont risqués en de nouveaux pays afin de poursuivre leurs rêves ou d’échapper à l’oppression, à la guerre, à la pauvreté ou à la malchance. Il offre un profil des vies de jeunes femmes et de jeunes hommes de dix pays – Burkina Faso, Colombie, Inde, Kenya, Libéria, Moldova, Pays-Bas, Philippines, Suriname et Zambie. Quelques-uns n’ont jamais émigré, mais leurs vies sont marquées par l’expérience de leur conjoint ou de membres de leur famille qui sont allés à l’étranger. Ils ont été interviewés par les journalistes Martin Caparros et Shyamala Shiveshwarkar dans leur pays d’origine ou de destination.

Du désir et de l’intention d’émigrer (Bibi, Suriname) à la recherche d’une vie meilleure dans un nouveau pays (Falcao, Colombie; et Noraida, Philippines); de la quête passionnée d’une formation avancée et du besoin d’échapper aux préjugés sexistes (Kakenya, Kenya) aux retombées du séjour à l’étranger de proches (Rajini, Inde; et Edna, Zambie); de la construction d’une nouvelle identité culturelle (Khadija, née de migrants marocains aux Pays-Bas) aux risques liés au passage de frontières (Natalia, Moldova; et Adama, Burkina Faso); à la fuite devant la violence et la persécution (Richard, Libéria): les profils des jeunes présentés dans ce rapport composent un tableau marqué par l’espoir et le succès, mais aussi par la déception et le désespoir.

Le rapport comprend une brève introduction avec des informations générales sur les jeunes  qui se déplacent. Parce que les jeunes ont été généralement absents des débats et politiques sur la migration internationale, l’information disponible est très limitée. Nous espérons qu’en écoutant les voix de jeunes concernés par la migration, en montrant leurs vrais visages tels qu’ils apparaissent dans la vie quotidienne et en faisant partager leurs préoccupations et leurs besoins d’éducation, d’emploi, de santé, de sécurité et de paix, ce rapport aidera à appeler l’attention sur les jeunes dans le cadre du appeler sur la migration internationale.

Les dix jeunes interviewés pour ce rapport ont parlé avec honnêteté, courage et franchise. Ils démontrent que même dans les situations les plus défavorables et les plus dangereuses, les jeunes possèdent un ressort et une capacité de faire face à tout vraiment extraordinaires.

En abordant les problèmes liés à la migration, les gouvernements ont une occasion de libérer l’esprit de ressource et la vitalité que les jeunes migrants portent en eux au lieu de les considérer comme une charge et un risque. En septembre 2006, les Etats Membres tiendront une session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies pour discuter de la migration internationale. Ce Dialogue de haut niveau sur la migration internationale et le développement représente une chance unique de répondre aux préoccupations des jeunes en mouvement.

Nous espérons que ce rapport fera prendre conscience de la nécessité d’élaborer en réponse des politiques qui protègent les droits humains des jeunes migrants, quels que soient leur lieu d’origine, leur sexe, leur âge ou leur appartenance ethnique. Il invite à apprécier les contributions que les jeunes font à leurs pays tant d’origine que de destination. Ces contributions pourraient être considérablement enrichies si l’on prêtait davantage attention à leurs besoins et droits très divers. Leurs histoires individuelles nous rappellent qu’il y a des millions de jeunes femmes et de jeunes hommes comme Natalia, Edna, Falcao, Adama, Bibi, Rajini, Richard, Kakenya, Khadija et Noraida. Ils passent des frontières tous les jours, poussés par l’insécurité, la violence ou la pauvreté ou à la recherche de meilleures occasions, quelles que soient les chances réelles, de réaliser leur désir légitime d’une vie meilleure.