UNFPA Logo

UNFPA - United Nations Population Fund

State of World Population 2005

www.unfpa.org

CHAPITRE 9

© Maria Soderberg/Panos Pictures
A Kandahar (Afghanistan), une femme retire son « burka ».

La feuille de route vers les
objectifs du Millénaire pour le
développement et au-delà

-L'habilitation des femmes : arracher familles et nations à la pauvreté

-Habiliter les jeunes : les OMD et au-delà

-La santé en matière de procréation pour tous : tenir l'engagement du Caire pour atteindre les OMD

-Les droits et l'égalité : principes directeurs des politiques de réduction de la pauvreté

-Les ressources : un prix modeste pour la dignité humaine et l'équité

Les droits et l'égalité : principes directeurs des politiques de réduction de la pauvreté


Le Projet objectifs du Millénaire recommande de procéder à un examen immédiat des stratégies et politiques nationales de réduction de la pauvreté. Une étape capitale est d'identifier les groupes qui sont le plus dépourvus du pouvoir et de la capacité nécessaires pour exercer leurs droits. Leur participation effective à l'identification de solutions à leurs propres problèmes est à la fois un droit humain et le principe d'une programmation solide et durable. En élaborant les politiques à la lumière des principes que sont les droits humains et l'égalité des sexes, on peut aider à mettre au point des stratégies efficaces en vue de concrétiser progressivement es droits des plus pauvres d'entre les pauvres(30).

Cependant, même si l'application d'un cadre des droits humains à l'élaboration des politiques est "une condition préalable essentielle à la réalisation de tous les objectifs", selon le Projet objectifs du Millénaire, dans la pratique "aucun effort systématique n'a été conduit" à cette fin(31). Cela est confirmé par l'examen des Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (PRSP), exigés depuis 1999 des pays très endettés qui recherchent un allègement de leur dette. La société civile, notamment les groupes de femmes et de jeunes, n'ont participé que dans une mesure limitée à l'élaboration de ces cadres(32), bien que les processus participatifs soient l'essence même d'une approche fondée sur les droits et que l'on ait établi qu'ils sont l'élément le plus important s'agissant de mettre au point des PRSP favorables aux pauvres et qui abordent les problèmes de parité des sexes(33). Les cadres de politique nationaux et régionaux, comme le Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique, offrent des occasions additionnelles d'intégrer l'égalité des sexes, le développement de la jeunesse et la santé en matière de procréation dans les stratégies de réduction de la pauvreté. Mais ces cadres ont souvent ignoré les facteurs sexospécifiques dans les politiques macroéconomiques et les politiques du travail(34).


"[Un système de santé] doit aussi être compris et considéré comme une institution sociale de base. Quand il se caractérise par l'abandon ou l'exclusion de certains individus ou groupes, le système de santé apporte une contribution majeure à l'injustice sociale. Inversement, le renforcement des systèmes de santé accroît le capital social au sein de la communauté et satisfait pleinement aux droits des individus."

- Projet objectifs du Millénaire.


L'évaluation conduite en 2002 par la Banque mondiale a établi que la qualité de l'analyse sexospécifique est généralement faible dans la plupart des PRSP(35), bien qu'en voie d'amélioration. L'examen des PRSP mené par l'UNFPA lui-même confirme l'attention irrégulière et souvent limitée dont font l'objet la parité des sexes, la jeunesse, la santé en matière de procréation et les problèmes relatifs aux droits humains(36). La moitié n'ont pas abordé la relation entre pauvreté et droits humains, et peu de pays y ont prêté plus qu'une attention superficielle(37). Bien que l'ampleur et la profondeur des PRSP varient(38), les pays donnent maintenant à ces problèmes une priorité accrue dans leurs stratégies de réduction de la pauvreté, ce qui a des implications positives pour la suite qui sera donnée au Sommet mondial de 2005.

Le Projet objectifs du Millénaire recommande que les institutions nationales relatives aux droits humains préparent des "évaluations des droits humains" sur le suivi des OMD(39). Il recommande aussi de former les agents de développement communautaire à promouvoir la participation locale, l'égalité des sexes et les droits des minorités(40). Tirant parti de leurs connaissances sur le plan local, ces agents pourraient aussi aider à perfectionner et mettre en oeuvre les approches sensibles aux valeurs culturelles. Le PRSP du Rwanda, considéré comme un exemple majeur de l'intégration de l'égalité des sexes, a engagé dès l'origine les groupes de femmes à participer activement(41). Le succès de cette stratégie est maintenant reconnu : l'un des "gains rapides" du Projet objectifs du Millénaire appelle à "habiliter les femmes à jouer un rôle central dans la formulation et le suivi des stratégies de réduction de la pauvreté basées sur les OMD et dans d'autres processus souvent critiques de la réforme des politiques, notamment au niveau du gouvernement local"(42).

Dépourvus de pouvoir sur les plans politique et économique, les jeunes sont souvent négligés par les responsables. Bien qu'ils représentent une proportion notable de la population dans tous les pays en développement - et davantage encore dans les pays les plus pauvres -, les ressources affectées à leurs besoins sont souvent limitées et dégagées au cas par cas. Les politiques considèrent rarement les jeunes comme un groupe spécifique vivant dans la pauvreté. Même dans les cas où les Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté ont fait une place aux jeunes en tant que groupe spécifique, rares sont les pays qui établissent un lien entre ces stratégies et les budgets(43).

Tout à fait comme une budgétisation soucieuse des sexospécificités peut modeler la définition des politiques nationales dans la perspective des OMD, les efforts déployés pour analyser les budgets dans la perspective particulière des besoins des jeunes et de l'égalité des sexes peuvent faire la lumière sur les priorités négligées et les investissements stratégiques. Le Costa Rica offre ici un modèle, car il contrôle le pourcentage du PIB dépensé au bénéfice des enfants et des adolescents dans les secteurs suivants : éducation, santé, approvisionnement en eau, abri, nutrition, protection et loisirs(44). Au Cambodge, le Ministère de l'éducation, de la jeunesse et des sports fournit un autre bon exemple de l'intérêt porté aux problèmes sexospécifiques : il utilise des données ventilées par sexe pour remédier aux inégalités entre les sexes dans son budget, en particulier concernant l'éducation des filles. Il a élaboré une stratégie qui prend en considération les sexospécificités dans tous les contextes et travaille à la mettre en oeuvre avec un comité représentant les provinces, les districts et les communes(45).

38    |    IL EST RENTABLE D'INTÉGRER LES SEXOSPÉCIFICITÉS DANS TOUS
              LES CONTEXTES

Les sceptiques sous-estiment de longue date l'intérêt d'intégrer les sexospécificités dans tous les contextes. Le rapport "So What?" (Et après?) a examiné 400 projets du monde entier relatifs à la santé en matière de procréation et à la lutte contre le VIH/sida. Ses conclusions démentent l'idée commune que l'intégration des sexospécificités dans tous les contextes n'a qu'un intérêt marginal. Le rapport montre qu'au contraire cette intégration améliore les résultats obtenus sur le plan tant de la santé en matière de procréation que d'équité entre les sexes, et il offre des preuves de ce qu'elle peut apporter au suivi des OMD. Les projets ayant intégré une perspective d'égalité entre les sexes ont obtenu les résultats ci-après, qui tous intéressent les OMD :

  • Changements positifs dans les relations entre les sexes et attitudes plus respectueuses à l'égard des femmes;


  • Élargissement de la prise de décisions par les femmes et de leur participation politique au sein de la communauté;


  • Meilleure connaissance par les femmes de leurs droits juridiques;


  • Chances accrues pour les filles de poursuivre leur scolarité;


  • Réduction de la violence contre les femmes;


  • Amélioration de la communication et du soutien mutuel entre hommes et femmes concernant la planification familiale, le VIH et les autres infections sexuellement transmissibles;/li>

  • Meilleure connaissance par les hommes des problèmes concernant les soins de santé des femmes;


  • Changements d'attitude concernant le partage des rôles et responsabilités entre hommes et femmes dans l'éducation des enfants, le travail et les problèmes de santé en matière de procréation.

Source


Les ressources : un prix modeste pour la dignité humaine et l'équité >>
<< La santé en matière de procréation pour tous : tenir l'engagement du Caire pour atteindre les OMD