UNFPA Logo

UNFPA - United Nations Population Fund

State of World Population 2005

www.unfpa.org

CHAPITRE 8

© James Nachtwey/VII
A l'hôpital municipal de Mornei (Darfour occidental), une femme déplacée dans son propre pays
prend soin de son fils malade.

Les femmes et les jeunes dans
les crises humanitaires

-Après une crise : des perspectives d'équité et de paix

-Un cadre des droits humains en évolution

-Participation des femmes et égalité des sexes : la voie du redressement

-Conférer des moyens d'action aux jeunes au lendemain des crises

-Préserver la santé et les droits en matière de procréation dans les urgences humanitaires

Participation des femmes et égalité des sexes : la voie du redressement


Au lendemain d'un conflit, la pleine participation politique des femmes peut améliorer la sécurité et la gouvernance et favoriser la réconciliation et le développement socioécono mique. Comme le démontre le modèle cambodgien (voir encadré 33), les femmes actives dans la vie politique, agissant de concert avec les ministères et les groupes de femmes, peuvent appeler efficacement l'attention sur les problèmes relatifs à l'égalité des sexes et au développement et faire progresser les stratégies de réduction de la pauvreté. En Afrique du Sud, par exemple, des femmes parlementaires et des dirigeantes de la société civile ont contribué à la réforme de l'armée d'après apartheid(24). Le Gouvernement a nommé des femmes à des postes élevés au sein du Ministère de la défense, dispensé une formation en matière d'égalité des sexes à tout le personnel du Ministère et institué des politiques du personnel équitables, y compris le congé de maternité. Le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM) a travaillé dans des pays sortant d'un conflit à doter les femmes dirigeantes des savoir-faire nécessaires et a encouragé les électrices à participer au processus politique. En Afghanistan, dans la période précédant les élections de 2005, UNIFEM a facilité le premier forum public sur les droits des femmes, rassemblant militantes des droits des femmes, journalistes et candidats à la présidence(25). L'UNFPA a appuyé cet effort en dispensant une formation aux dirigeantes sur les problèmes sexospécifiques(26).

33    |    AU CAMBODGE, DES GAINS POUR L'ÉGALITÉ DES SEXES

Le lendemain du conflit peut offrir une occasion de promouvoir la participation des femmes en tant que partie intégrante de la reconstruction et du développement nationaux. Au Cambodge, pays sorti de 30 années de conflit, plus d'un quart des foyers, qui sont aussi parmi les plus pauvres, ont pour chef une femme, qui peut être une veuve de guerre. Aujourd'hui, 80 % de la population féminine du pays sont d'âge à exercer un emploi et jouent un rôle économique actif - soit le taux le plus élevé de participation de la main-d'oeuvre féminine dans toute la région. Ignorer leur contribution, ce serait manquer des occasions de réduire la pauvreté.

Le Ministère des affaires féminines et un certain nombre d'organisations internationales et non gouvernementales se sont montrés de fermes partisans de l'égalité des sexes. La Constitution de 1993 proclame l'égalité entre hommes et femmes. Le Gouvernement royal du Cambodge a prêté appui à un cadre juridique qui préserve l'égalité des sexes dans le mariage, la famille, l'emploi et la propriété du sol. Le Gouvernement a aussi intégré la parité des sexes dans toutes ses initiatives les plus importantes, notamment la Stratégie nationale de réduction de la pauvreté (2002), les objectifs cambodgiens du Millénaire pour le développement (2003), la Politique nationale de la population (2003), et la Stratégie rectangulaire pour la croissance, l'emploi, l'efficience et l'équité (2004). Cette dernière reconnaît que "les femmes sont l'épine dorsale de notre économie et de notre société" et appelle à "assurer le droit des femmes à participer à l'édification de la nation de manière active et sur un pied d'égalité". Le Plan national de développement stratégique (2005) définit clairement l'intégration de la parité des sexes et une approche fondée sur les droits humains comme essentielles pour tous les secteurs. Des plans sont en cours afin de donner une place prioritaire aux femmes mariées dans l'élaboration des politiques, en reconnaissance de leur haute vulnérabilité à l'infection par le VIH. L'élaboration de projets de loi sur la violence familiale et le trafic des humains a été incluse parmi les objectifs de 2005 dans le Plan national de réalisation des OMD - ce qui fait du Cambodge le premier pays du monde à s'engager dans cette voie.

Le Ministère des affaires féminines a mobilisé ses alliances avec d'autres ministères, la société civile et des donateurs internationaux afin d'élaborer une stratégie globale d'intégration de la parité des sexes. Des plans quinquennaux sont désormais en place, avec un personnel aux niveaux du Gouvernement central, des provinces et des communes, ainsi que des responsables de l'égalité entre les sexes et des groupes de travail techniques attachés à tous les ministères. Le Ministère des affaires féminines a mis en route une formation à l'intention de son personnel et promu des politiques soucieuses de l'égalité des sexes pour la fonction publique. Une budgétisation inspirée par le même souci a conduit à augmenter le financement des bourses pour les filles, éliminer les coûts supportés par les familles et rendre les écoles plus accueillantes aux filles. Les efforts faits pour renforcer l'analyse des données sensibles à l'égalité des sexes au bénéfice du Plan national de réalisation des OMD ont abouti à ajouter de nouveaux indicateurs permettant de suivre le progrès accompli en matière de participation politique, d'éducation, de santé et d'emploi des femmes, ainsi que dans la lutte contre la violence contre les femmes.

Ces mesures ont permis au Cambodge de faire progresser l'égalité des sexes et, aussi bien, la réalisation des autres OMD. La mortalité maternelle, la fécondité et la prévalence du VIH ont sensiblement baissé dans certains groupes. La scolarisation primaire et secondaire a augmenté dans les zones rurales ou reculées, et le nombre de femmes fréquentant les collèges et les universités s'est accru. La présence de femmes parmi les dirigeants contribue à une bonne gouvernance et à la réduction de la pauvreté, cela grâce à la mise en place de partenariats entre le Gouvernement et la société civile, aux encouragements donnés à une solution pacifique des différends locaux et à une coopération entre tous les partis. Bien que de nombreux problèmes subsistent, le Cambodge offre un exemple remarquable de la manière dont une intégration globale et soutenue de la parité des sexes peut améliorer la vie de chaque citoyen Source


Les femmes ont aussi un rôle important à jouer dans le processus de promotion de la paix et de la réconciliation. Au niveau international, la nomination de femmes magistrats a conduit à d'importants progrès. Par exemple, une femme magistrat siégeait dans chacune des affaires jugées par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie qui a abouti à une lourde sanction pour des crimes sexuels (commis contre des hommes aussi bien que contre des femmes)(27). En Sierra Leone, une équipe de travail composée de femmes a participé à la formation de la Commission Vérité et réconciliation et d'un groupe spécial chargé d'enquêter sur les crimes de guerre(28). Au Rwanda, au niveau local, UNIFEM soutient le système gacaca de justice communautaire après le génocide et a formé une centaine de juges à assimiler les concepts de parité des sexes, justice, réconciliation et consolidation de la paix(29).

De nombreuses organisations internationales reconnaissent qu'un moyen efficace d'aider les communautés à se remettre des crises est de prêter appui aux femmes. Dans les zones de la République islamique d'Iran touchées par la guerre ou des catastrophes, le Gouvernement a mis en place, avec l'appui technique de l'UNFPA, un vaste programme pour venir en aide aux femmes chefs de famille. Ce programme comprend un soutien à la mise en route de projets producteurs de revenu et à divers types de formation (alphabétisation, aptitudes nécessaires à la vie, et santé en matière de procréation)(30). En Sierra Leone, le mouvement Femmes en crise aide les jeunes femmes sexuellement exploitées ou exposées à avoir des rapports sexuels dans le but de survivre, en échange de produits de première nécessité. Il offre une formation professionnelle, des conseils psychosociaux, des soins de santé et des services de prévention des infections sexuellement transmissibles(31)

34    |    AU RWANDA, LE POUVOIR PAR LE SCRUTIN

Aux élections parlementaires de 2003, les femmes ont obtenu 49 % des sièges à la Chambre basse et 34 % à la Chambre haute. Le Rwanda est maintenant le pays du monde qui a la plus forte proportion de femmes parlementaires. Le Gouvernement a institué une technique de "vote triple" aux élections de 2001 conduites au niveau du district : chaque électeur a choisi un candidat, un candidat femme et un candidat jeune. "Non seulement ce système a réservé des sièges aux femmes et aux jeunes", a noté un expert, "mais il a aussi obligé l'électorat entier à voter pour des femmes". Le Forum des femmes parlementaires, composé de Hutus et de Tutsis, a été le premier groupe multipartite au Parlement rwandais. Les dirigeantes ont mis en oeuvre des programmes de réconciliation aux niveaux national et local, élaboré le texte d'une nouvelle constitution et promu activement la transparence et l'exercice des responsabilités à tous les niveaux de gouvernement. Source


Conférer des moyens d'action aux jeunes au lendemain des crises >>
<< Un cadre des droits humains en évolution