UNFPA Logo

UNFPA - United Nations Population Fund

State of World Population 2005

www.unfpa.org

CHAPITRE 6

© David Alan Haviv/VII
Dans un village de l'île de Chacahua, au Mexique, un homme montre fièrement son petit garçon.

Instituer des partenariats avec
les garçons et les hommes

-Les rôles des hommes dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le developpement

-L'impact des rôles sexospécifiques sur les hommes

-Atteindre les garçons et les hommes

-Réinterpreter la masculinité

-Les années de formation

-Accélérer les progrès

Accélérer les progrès


À de nombreuses fins - réduction de la pauvreté, égalité des sexes, santé en matière de procréation, arrêt de l'épidémie du sida et élimination de la violence contre les femmes (voir chapitre 7) - l'intervention des hommes a des avantages bien clairs. Les initiatives, politiques et lois de date récente font la preuve de leur succès. Cependant, les contraintes budgétaires assombrissent l'horizon et la résistance socioculturelle à plus d'égalité persiste. Bien que de nombreux programmes novateurs soient apparus au cours de la dernière décennie, ils sont généralement de faible ampleur.

La réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement exigera une participation des hommes plus directe et à plus grande échelle. Les programmes relatifs à la santé en matière de procréation et à l'égalité des sexes exécutés dans les forces armées et de police offrent un modèle. Dans chaque région, des pays ont collaboré avec l'UNFPA pour tirer parti des infrastructures en place (services de santé des forces armées et éducation) en vue d'atteindre de vastes segments de la population, en particulier les jeunes qui représentent la majorité des recrues et constituent un groupe essentiel auquel s'adresser pour prévenir les infections sexuellement transmissibles, dont le VIH(47). Un projet visant les forces armées du Botswana a choisi l'urgence de prévenir le VIH comme point d'attaque pour faire prendre conscience d'autres aspects de la santé et des droits en matière de procréation. Dans le nord-ouest de la Namibie, des officiers de l'armée et de la police, de même que des entraîneurs de football, ont été formés aux problèmes de santé en matière de procréation. Le projet, qui a utilisé les brasseries locales pour diffuser ses messages, a le mérite d'avoir réduit la violence sexiste et augmenté le nombre de demandes de tests de dépistage volontaires et d'accompagnement psychologique, ainsi que de préservatifs(48).

En Amérique latine, l'UNFPA a aidé à officialiser dans neuf pays, au cours de la décennie écoulée, les programmes de santé en matière de procréation, d'égalité des sexes et de prévention du VIH exécutés au sein des forces armées. En Équateur, l'éducation à la santé en matière de procréation dans les écoles militaires et les unités de l'armée a été élargie aux familles d'officiers. Les stéréotypes sexuels semblent avoir commencé à changer et les relations entre les pères et leurs enfants adolescents se sont améliorées.

Au Nicaragua, les programmes de santé en matière de procréation sont aujourd'hui officiellement prescrits à tous les niveaux des services de santé militaire et des cours de formation. Un millier de jeunes recrues ont été formés pour constituer des Brigades de santé en matière de sexualité et de procréation; ils éduquent leurs communautés respectives après la fin du service militaire. Le personnel féminin de l'armée déclare être désormais mieux respecté et mieux informé des droits des femmes en matière de procréation. La demande de préservatifs a aussi augmenté(49).

Parmi les autres moyens d'amplifier la participation des hommes, il faut citer les contacts avec les salariés sur le lieu de travail et les infrastructures nationales de santé. En Haïti, le Groupe de lutte contre le sida, une ONG, a atteint 20 000 hommes dans les entreprises de service public et les ateliers de mise en bouteilles(50). Le Bangladesh a essayé d'intégrer les services pour hommes dans les centres de santé et de protection féminine situés dans les zones rurales. Si un élargissement du projet pilote aboutit à des améliorations notables, le Ministère de la santé envisage d'étendre cette mesure à 3 700 centres de santé du pays entier(51).

Tant les rapports intérimaires du Secrétaire général de l'ONU sur la Conférence de Beijing, en 2005, que la Déclaration d'engagement sur le VIH/sida réaffirment la nécessité de transformer les normes sociales concernant les garçons et les hommes et de les faire participer en tant que partenaires à la promotion des droits humains des femmes, à l'arrêt de l'épidémie du VIH et aux soins dispensés aux membres de la famille séropositifs(52). L'attention plus grande portée aux hommes soulève certaines importantes questions. Puisque les femmes supportent un fardeau disproportionné sur le plan de la santé en matière de procréation, les efforts fait en direction des hommes ne doivent pas leur porter préjudice ni détourner les rares ressources des programmes dont celles-ci ont désespérément besoin. Une solution est de faire participer les hommes de manières qui bénéficient aux deux sexes et dans le but explicite de promouvoir l'égalité des sexes. Les résultats des diverses initiatives donnent à penser que les efforts faits pour atteindre tant les hommes que les femmes pourraient favoriser les progrès vers la réalisation des objectifs internationaux de développement. Il faut donc mobiliser des ressources et une volonté politique suffisantes pour accélérer l'élan vers un monde plus soucieux d'équité entre les sexes, comme le demande le Projet objectifs du Millénaire.

7. La violence sexiste : une prix trop élevé >>
<< Les années de formation