UNFPA Logo

UNFPA - United Nations Population Fund

State of World Population 2005

www.unfpa.org

CHAPITRE 6

© David Alan Haviv/VII
Dans un village de l'île de Chacahua, au Mexique, un homme montre fièrement son petit garçon.

Instituer des partenariats avec
les garçons et les hommes

-Les rôles des hommes dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le developpement

-L'impact des rôles sexospécifiques sur les hommes

-Atteindre les garçons et les hommes

-Réinterpreter la masculinité

-Les années de formation

-Accélérer les progrès

Réinterpréter la masculinité


Les pressions sociales et les codes d'honneur avec lesquels grandissent garçons et hommes peuvent les encourager à rivaliser, à recourir à la violence ou à prendre des risques sexuels afin de démontrer leur "virilité"(29). Comme on leur a enseigné à dissimuler leurs craintes et émotions, il peut leur être difficile de révéler leurs véritables sentiments et préoccupations. Ces normes sexospécifiques sont souvent rigides et contraignantes, mais elles ne sont pas statiques. Il est possible de dégager des solutions de rechange qui soient positives(30). La notion de force, par exemple, peut conduire à un comportement violent, mais elle peut aussi trouver son expression dans une résistance à la pression exercée par les pairs ou dans l'aptitude à se protéger, ainsi que les êtres chers. Parfois, la manière dont le message est formulé fait une grande différence : dans plusieurs pays d'Amérique latine, dire aux jeunes hommes qu'ils ont le droit d'intervenir dans la vie de leurs enfants a eu un effet positif, mais présenter leur intervention comme un devoir a eu l'effet opposé(31).

La recherche montre que beaucoup d'hommes, dans toutes les parties du monde, expriment un intérêt à intervenir davantage dans la santé de leurs partenaires en matière de procréation. Mais une réaction négative d'autres hommes, des membres de la famille et des employeurs, et la résistance des prestataires de soins de santé peuvent empêcher les hommes de concrétiser leur intérêt(32). Ils se sentent parfois mal à l'aise avec des normes sexospécifiques rigides, mais sont incapables de les contester par leurs propres moyens, sans le soutien de leurs pairs et sans un environnement social favorable.

Certains programmes ont montré que si des possibilités et un encouragement leur en sont donnés, les hommes sont portés à adopter des attitudes et comportements plus équitables et plus sains(33). Par exemple, des jeunes hommes ont formé spontanément des groupes de pression pour s'opposer à la mutilation/coupure génitale féminine en Ouganda, grâce au Reproductive, Educative and Community Health Project soutenu par l'UNFPA et exécuté en partenariat avec l'Association des anciens Sabiny(34). Au Malawi, à l'Association nationale des personnes atteintes du VIH/sida, neuf sur 10 de ses membres masculins ont avoué qu'ils étaient incapables de révéler à leur épouse leur condition de séropositif. Après la création de groupes d'appui pour les jeunes couples, non moins de 65 % des jeunes hommes qui étaient auparavant incapables de reconnaître leur condition de séropositif ont fait venir leur épouse(35). Au Malawi également, le Réseau des hommes pour l'égalité des sexes patronne des clubs d'hommes qui font prendre conscience des problèmes relatifs à l'égalité des sexes. Le Viet Nam s'intéresse désormais au partage des responsabilités domestiques, avec une campagne qui a pour slogan : "Si vous partagez les travaux ménagers avec les femmes, votre bonheur sera deux fois plus grand"(36).

Au Pérou, le projet ReproSalud exécuté par le Mouvement Manuela Ramos a formé des éducateurs masculins à aider les hommes de communautés autochtones pauvres à réfléchir avec sens critique aux normes sexospécifiques et à la santé en matière de procréation. Leurs ateliers ont montré que les hommes apprécient l'occasion qui leur est donnée de débattre de la violence, de l'alcoolisme, de la sexualité et de la paternité et d'envisager un mode de vie différent(37). D'importants changements de comportement ont été également observés. Les centres locaux de santé ont signalé une augmentation spectaculaire du nombre d'usagers de leurs services. Par exemple, un hôpital du voisinage a signalé une augmentation de 400 % des visites de planification familiale en l'espace d'un an. Les membres des communautés concernées étaient enthousiasmés par les changements que cette initiative avait introduits.


« Je serai un mari différent [de celui que mon père a été]. Je partagerai les besognes domestiques, je lui prêterai soutien hors du foyer, je la laisserai libre. Je ne la tiendrai pas pieds et poings liés. »

- Victor, 25 ans, membre du projet Conscientizing Male Adolescents, au Nigéria


Le programme Men as Partners, lancé par EngenderHealth en Afrique du Sud, s'efforce de freiner la transmission du VIH au moyen d'ateliers, d'émissions radio et de dialogues sur l'Internet, qui comportent de francs débats entre hommes et femmes sur les normes sexospécifiques et les relations entre les sexes. Les ateliers sont souvent animés par des hommes que motive le fait d'avoir été eux-mêmes exposés à la violence familiale et au sida et qui sont convaincus de la nécessité d'introduire un changement. EngenderHealth, après avoir lancé le programme, l'a maintenant élargi par des partenariats avec d'autres groupes, comme le Men's Forum en Afrique du Sud, et en ajoutant une autre composante qui met l'accent sur les jeunes hommes(38).

Les années de formation >>
<< Atteindre les garçons et les hommes