UNFPA Logo

UNFPA - United Nations Population Fund

State of World Population 2005

www.unfpa.org

CHAPITRE 3

© Chris de Bode/Panos Pictures
En Ouganda, dans le camp d'Oromo pour personnes déplacées, une vieille femme prie pour la paix. Depuis 19
ans, l'Armée de la résistance du Seigneur (Lord's Resistance Army) terrorise la population des provinces
du Nord.

La promesse des droits humains

-Les droits humains des filles et des femmes

-Le cadre des droits humains des femmes

-Les droits humains : essentiels pour les OMD

-Les droits en matière de procréation dans la pratique

-Droits, sexospécificités et culture : à la recherche d'une convergence

-L'appui aux groupes marginalisés

Les droits en matière de procréation dans la pratique


Les droits des femmes en matière de procréation sont souvent négligés et violés à l'intérieur même du foyer. Les femmes et les adolescentes peuvent être dépourvues des moyens de négocier les décisions en matière de procréation avec leurs partenaires et au sein de leurs familles, ainsi que de dominer la complexité des systèmes sanitaire et juridique. L'environnement socioculturel et économique au sens large influe sur les possibilités et les choix qu'hommes et femmes ont dans le domaine de la santé et des droits en matière de procréation. Les approches fondées sur les droits prennent ces facteurs en considération. Par exemple, les programmes de santé en matière de procréation fondés sur les droits peuvent encourager une responsabilité commune face à la santé en matière de procréation par la délivrance de conseils aux couples. Ces approches peuvent aussi conduire les communautés à comprendre les risques du mariage d'enfants, des naissances trop précoces ou trop peu espacées, suscitant ainsi un environnement favorable dans lequel les décisions sont prises. Au lieu de se borner à fournir des préservatifs, une approche fondée sur les droits cherchera à habiliter les femmes, à sensibiliser leurs partenaires et à faciliter une coopération mutuelle et la négociation sur l'emploi des préservatifs(49).

Un progrès réel survient souvent dans le domaine du droit à la santé et des droits en matière de procréation quand les "détenteurs de droits" (clients) et les "dépositaires d'obligations" (prestataires de soins de santé) s'efforcent ensemble de trouver des solutions. L'un des premiers exemples en a été la Charte des droits du client (1992) largement diffusée par la Fédération internationale pour la planification familiale (FIPF), où la qualité des soins était considérée dans la perspective du client et où une éducation était dispensée sur les droits à l'information et à la confidentialité. Il importe non moins d'informer les prestataires de services de leurs obligations. La Charte des droits en matière de sexualité et de procréation, publiée par la FIPF quelques années plus tard, encourageait ses filiales à garantir le respect des droits en matière de procréation et à veiller à ce que les gouvernements s'acquittent de leurs responsabilités(50).

Un autre bon exemple en est fourni par les efforts que déploie l'UNFPA en Équateur pour appliquer la loi de 1998 sur les soins de maternité gratuits. Cette législation, de même qu'une politique analogue promulguée en Bolivie, donne libre accès à un ensemble de services liés à la grossesse, à la planification familiale et aux soins de santé pour enfants de moins de 5 ans. Bien que le Gouvernement ait dégagé des ressources pour contrôler sa mise en oeuvre, de redoutables difficultés subsistent. En réponse, le Gouvernement a institué des comités locaux chargés de gérer les fonds locaux de santé en collaboration avec le Ministère de la santé, les autorités municipales, le Conseil national des femmes et les organisations communautaires. Des comités d'usagers des services ont également été mis en place, qui rencontrent les femmes des communautés avoisinantes pour faire mieux prendre conscience de la loi et en examiner et surveiller la mise en oeuvre.


"La capacité des femmes de contrôler leur propre fécondité est absolument capitale pour garantir l'habilitation des femmes et leur égalité avec les hommes. Quand une femme peut planifier sa famille, elle peut planifier le reste de sa vie. Quand elle est en bonne santé, elle peut être plus productive. Et quand ses droits en matière de procréation . sont promus et protégés, elle a la liberté de participer à la société plus pleinement et de manière plus égale. Les droits en matière de procréation sont indispensables à la promotion de la femme."

- Thoraya A. Obaid, Directrice exécutive de l'UNFPA


Droits, sexospécificités et culture : à la recherche d'une convergence >>
<< Les droits humains : essentiels pour les OMD