UNFPA Logo

UNFPA - United Nations Population Fund

State of World Population 2005

www.unfpa.org

CHAPITRE 2

© Jacob Silberberg/Panos Pictures
Au sud du Bénin, dans le village de Koutagha, trois fillettes assises dans une salle de classe regardent leur
professeur qui tend la main vers le tableau noir.

Des investissements stratégiques:
le dividende de l'égalité

-Pauvreté des perspectives et des choix

-Des investissements d'importance critique et d'immenses bénéfices

-Concilier les rôles productif et procréatif

-Les responsabilités en matière de justice entre les sexes

Les responsabilités en matière de justice entre les sexes


Malgré de nombreux engagements - pris à la CIPD en 1994, à la Conférence de Beijing en 1995 et au Sommet du Millénaire en 2000, entre autres -, l'inégalité entre les sexes demeure un problème urgent qui concerne les droits humains et le développement. Trop souvent, les attaques contre la discrimination relèvent de la rhétorique ou d'efforts occasionnels plus qu'elles ne sont continues et institutionnalisées. S'en tenir au train-train habituel en matière d'égalité des sexes risque de condamner à l'échec les efforts menés pour atteindre les OMD. Pour ne pas prendre de retard dans la réalisation des OMD, il faut que les gouvernements, les parlementaires, les employeurs, tous les responsables clefs au niveau national et la communauté internationale s'acquittent effectivement de leurs responsabilités. Des partenariats plus étroits entre les gouvernements et la société civile, notamment les groupes de femmes et les autres associations non gouvernementales, à base communautaire et professionnelles, sont essentiels s'agissant de communiquer l'élan pour le changement et de promouvoir la continuité durant les périodes de transition.

LES DONNÉES : À LA RECHERCHE DE L'ÉQUITÉ ET DE L'ÉGALITÉ. Seules les données permettent d'établir des jalons et de mesurer les progrès accomplis en matière d'exercice des responsabilités. De nombreux pays ne disposent pas de données et d'une analyse ventilée par sexe, âge et groupe ethnique, entre autres caractéristiques, ce qui limite les possibilités d'élaborer des politiques et des programmes(86). Puisque l'égalité des sexes est une composante fondamentale des OMD, de bonnes données sont indispensables pour affecter de manière efficace les ressources, par exemple en calculant les indicateurs de pauvreté selon le sexe plutôt qu'uniquement en fonction du revenu total du ménage, comme c'est actuellement le cas(87). Des données plus exactes et plus complètes seront indispensables aux activités de plaidoyer afin que les problèmes d'égalité des sexes restent au premier plan de l'attention du public et des médias et de manière à améliorer la compréhension de ces problèmes par les communautés et les décideurs et à stimuler l'action. Les gouvernements, les organisations des Nations Unies, les commissions économiques régionales et les enquêtes démographiques et sanitaires ont progressé dans la collecte et l'analyse des données tenant compte des sexospécificités (88). Si des progrès ont été faits dans l'élaboration de méthodologies qui saisissent les différences entre les sexes, un nombre limité de pays en font usage(89). Particulièrement novateur est l'Index des engagements tenus, mis au point au Brésil par des organisations de femmes pour contrôler l'exercice de ses responsabilités par le Gouvernement dans les secteurs de la participation civile, des droits économiques et de la santé en matière de procréation(90).

Bien qu'il soit essentiel de disposer de meilleures données pour atteindre les OMD(91), l'information ne produira pas de changements à elle seule. Le but de l'information et de l'analyse est d'aider les décideurs à intégrer les problèmes sexospécifiques à tous les niveaux de la prise de décisions, surtout dans la formulation des stratégies nationales de réduction de la pauvreté(92).

INTÉGRER LES SEXOSPÉCIFICITÉS : PROMESSES, PRATIQUES ET PERSPECTIVES. L'intégration des spécificités est essentielle à la réalisation et au suivi des OMD. Il s'agit d'évaluer les implications des politiques et des programmes pour les femmes et les hommes, en prenant en considération leurs rôles, besoins et perspectives différents, de telle manière que les inégalités ne soient pas perpétuées et que les deux sexes puissent tirer profit de ces politiques et programmes(93). L'intégration des sexospécificités signifie également qu'il faut examiner comment la dynamique des rapports entre les sexes retentit sur la prise de décisions au sein des familles et des communautés - notamment s'agissant de savoir si les filles seront envoyées à l'école et si les femmes auront une influence sur la manière dont les ressources familiales sont dépensées(94).

Les gouvernements, la société civile, les groupes de femmes, les donateurs, les banques de développement et le système des Nations Unies ont travaillé à amplifier leurs efforts d'intégration des sexospécificités. De nombreux gouvernements ont institué des ministères ou des services nationaux de la femme(95). Les progrès ont été inégaux et limités à des projets de faible envergure dans la plupart des pays. Les ressources sont généralement inadéquates, et des conceptions erronées sur la nature et le but de l'intégration des sexospécificités freinent le changement(96). L'intégration des sexospécificités est souvent regardée comme un problème féminin, que les ministères des affaires féminines insuffisamment financés laissent à l'écart(97).

D'un autre côté, certains pays, dont l'Afrique du Sud après l'apartheid et le Cambodge après le conflit (voir encadré 33), ont tiré parti de leurs transitions politiques pour intégrer les sexospécificités à l'ensemble de leurs stratégies de développement. En Afrique du Sud, un puissant mouvement féminin, un mandat fortement imposé au Gouvernement d'intégrer les sexospécificités, une nouvelle constitution, un cadre juridique ouvert à ces préoccupations et une budgétisation soucieuse de l'égalité des sexes sont autant de facteurs qui ont contribué à une stratégie réussie d'intégration des sexospéficités(98). Le Malawi s'occupe de former aux problèmes d'égalité des sexes les responsables, le personnel des assemblées de district et les représentants des médias, tandis que de nombreux autres pays cherchent à édifier et élargir une capacité dans ce domaine(99). Dans les pays d'Afrique de l'Ouest, le personnel gouvernemental des ministères de la planification et de l'administration publique, les parlementaires, les dirigeants des partis politiques et les syndicats ont été formés, avec le soutien de l'UNFPA, à adopter une approche soucieuse d'égalité des sexes. On s'est efforcé en particulier de travailler avec les équipes chargées de formuler les stratégies nationales de réduction de la pauvreté. Dans les États arabes, le FNUAP a collaboré avec le Centre pour les femmes arabes, la formation et la recherche pour intégrer les sexospécificités à la planification et aux politiques de développement, former les représentants gouvernementaux et améliorer la collecte et l'analyse des données ventilées par sexe(100).

En République dominicaine, avec le soutien de l'UNFPA, le Ministère des affaires féminines a formé des partenariats avec le Ministère de la défense, la police nationale, le congrès, le mouvement féminin, l'ONU et les donateurs. La détermination du Gouvernement d'intégrer les spécificités se reflète par la création de bureaux de l'égalité des sexes et du développement dans tous les ministères. On s'attaque actuellement à la violence contre les femmes à l'aide d'une réforme législative et en formant des coalitions entre les partis politiques et parmi les 700 femmes qui exercent une charge politique au niveau local.

Les réalisations sont notamment les suivantes : une révision des programmes scolaires pour les rendre plus soucieux d'égalité des sexes; une nouvelle loi sur la violence familiale; une réforme du code pénal; de nouvelles lois sur la migration et la lutte contre le trafic des humains; des protections juridiques pour les femmes âgées; un système d'enregistrement des données sur la violence; un asile pour les femmes victimes du trafic et revenues à leur domicile; et un équipement expressément affecté aux unités de soins de santé pour les femmes victimes de violences, unités actuellement en cours d'installation aux bureaux des procureurs.

Au Nicaragua, le Fonds d'urgence pour l'investissement social (FISE) du Gouvernement, organe chargé en premier lieu de décaisser des fonds au titre des politiques nationales de réduction de la pauvreté et de développement, reçoit l'aide de l'UNFPA aux fins d'intégrer les sexospécificités. Les projets du FISE, destinés aux communautés rurales, adoptent une approche de plus en plus démocratique des relations entre les sexes. Les femmes sont actuellement encouragées à participer à la prise de décisions au sein des organisations et des entreprises qu'elles dirigent, possèdent et qui leur assurent un revenu - notamment concernant la création d'écoles, de fabriques, de laiteries, d'élevages de volailles, et de réseaux d'approvisionnement en eau et d'assainissement.

CONTRÔLER OÙ VA L'ARGENT : UNE BUDGÉTISATION SOUCIEUSE D'ÉGALITÉ DES SEXES. Une budgétisation soucieuse d'égalité des sexes constitue une approche novatrice conçue pour influer sur les politiques et améliorer l'exercice des responsabilités gouvernementales dans le sens de l'égalité des sexes. Elle promeut l'efficience des activités économiques, l'égalité, la responsabilisation et la transparence (101). Une analyse soigneuse des budgets, en utilisant des données ventilées par sexe, peut faire apparaître des lacunes dans le financement, de sorte qu'il soit possible d'ajuster les priorités pour faire progresser la réduction de la pauvreté, l'égalité des sexes et le développement.

Diverses organisations de la société civile et d'éminentes économistes ont réalisé des progrès en la matière. UNIFEM a prêté appui aux initiatives budgétaires qui servent la cause de l'égalité des sexes dans une trentaine de pays du monde entier, et d'autres institutions des Nations Unies et divers donateurs se sont plus récemment associés à elle, si bien que plus de 50 pays au total appliquent cette approche(102). L'Afrique du Sud a été l'un des premiers pays à adopter ce type de budget, en 1995. Le budget du Rwanda donne priorité à l'égalité des sexes et tous les budgets sectoriels sont établis avec la participation du Ministère de l'égalité des sexes(103). Au Mexique, un processus de budgétisation analogue a été lancé par des organisations non gouvernementales(104). Au Chili, le Ministère des finances a introduit en 2001 une procédure d'analyse des politiques et des budgets soucieuse d'égalité des sexes, et l'égalité des sexes est l'un des six domaines à propos desquels les ministères sont tenus de faire rapport sur leurs activités(105). Le Botswana a offert au personnel gouvernemental et aux parlementaires une formation à une budgétisation soucieuse d'égalité des sexes, de même que la Malaisie l'a fait pour certains ministères. En République-Unie de Tanzanie, des directives ont été promulguées aux fins d'intégrer les sexospécificités à l'établissement des budgets ministériels(106). L'UNFPA a soutenu les efforts conduits dans divers pays, qui vont du Cap-Vert au Guatemala et à la Malaisie.

Une budgétisation soucieuse d'égalité des sexes a également été appliquée avec un certain succès aux niveaux de gouvernement autres que central. À Cuenca (Équateur), ce type de budgétisation, appuyée par UNIFEM, a conduit à adopter un plan d'égalité des chances qui vise avant tout à attaquer la violence sexiste à l'aide de services sociaux, juridiques et sanitaires. Le budget de la ville pour 2003 a multiplié par 15, par comparaison avec celui de 2001, les ressources consacrées à promouvoir l'égalité des sexes(107). Au Paraguay, une analyse du budget local conduite par la Commission de l'équité sociale et de l'égalité des sexes de la municipalité d'Asunción, avec l'appui de l'UNFPA, a conduit à multiplier par trois le montant des allocations destinées aux services de planification familiale de la polyclinique de cette ville.

En Asie du Sud, région où de vastes populations vivent dans la pauvreté, l'Inde, le Népal et Sri Lanka ont lancé des initiatives de budgétisation soucieuses d'égalité des sexes avec l'appui d'UNIFEM. L'Inde a quantifié le rôle économique des femmes, analysé l'impact des programmes sur la sécurité alimentaire et la santé, ainsi que sur l'emploi des femmes, et révisé le montant des dépenses consacrées à l'éducation technique. Dans un discours prononcé en 2004, le Ministre des finances a annoncé que le budget de 2005 serait formulé dans une perspective d'égalité des sexes, donnant pour instruction à 18 ministères de soumettre leur budget de 2005 en faisant apparaître les allocations et les dépenses qui allaient aux problèmes féminins(108).

INCITER AU CHANGEMENT : LE RÔLE CRITIQUE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE. La promotion de l'égalité des sexes exige des parties intéressées qu'elles déploient de vigoureux efforts pour modifier le statu quo. La société civile, et les groupes de femmes en particulier, ont un rôle central à jouer s'agissant d'appuyer la participation communautaire, d'offrir leur expérience en matière d'égalité des sexes, et de faire en sorte que les politiques restent centrées et se prêtent à un contrôle. Ces groupes sont d'autre part bien placés pour identifier et promouvoir des réactions soucieuses d'égalité des sexes aux initiatives de réduction de la pauvreté tout au long du processus de prise de décisions - depuis la participation à la conception des politiques et à la fixation des priorités budgétaires jusqu'au suivi des résultats(109).

Un bon exemple en est le partenariat, lancé voici 10 ans, entre le Réseau de santé féminine en Amérique latine et dans les Caraïbes et, d'autre part, l'UNFPA. Le Réseau a mis le premier au point une méthodologie destinée à suivre l'avancement des objectifs de la CIPD et l'établissement de rapports périodiques sur les progrès accomplis. La base de données des indicateurs connue sous le nom d'Atenea est devenue l'une des principales références concernant l'information soucieuse d'égalité des sexes sur le suivi de la CIPD. Les données et les analyses ont été utilisées par les parlementaires et le personnel gouvernemental, ont servi de fondement à la formulation de politiques au Suriname et ont formé la base des rapports établis sur les droits des femmes par les organisations de la société civile.

3. La promesse des droits humains >>
<< Concilier les rôles productif et procréatif