UNFPAState of World Population 2004
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2004: Notes
Ètat de la population mondiale 2004
Sections
Introduction
Population et pauvreté
Population et environnement
Migration et urbanisation
Égalité entre les sexes et affranchissement des femmes
Santé en matière de reproduction et planification familiale
Santé maternelle
Prévention du VIH/sida
Les adolescents et les jeunes
Santé en matière de reproduction pour les communautés en crise
Mesures prioritaires
Notes
Sources des encadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableaux

Notes

CHAPITRE PREMIER
CHAPITRE 2
CHAPITRE 3
CHAPITRE 4
CHAPITRE 5
CHAPITRE 6
CHAPITRE 7
CHAPITRE 8
CHAPITRE 9
CHAPITRE 10
CHAPITRE 11

CHAPITRE 4

1 ONU. 1995. Population et développement, vol. 1: Programme d’action adopté à la Conférence internationale sur la population et le développement: Le Caire: 5-13 septembre 1994, chapitre 9, section B. New York: Département de l’information économique et sociale et de l’analyse des politiques, ONU.

2 Ibid., paragraphes 9.1 et 9.12.

3 Cette discussion et les suivantes doivent beaucoup aux travaux de Mark R. Montgomery et de ses collègues, notamment : M. R. Montgomery 2004. “Urbanization, Poverty and Health in the Developing World.” Communication faite à la Division de population (ONU), New York, 8 avril 2004; et M. Montgomery et P. Hewett. 2004. “Urban Poverty et Health in Developing Countries: Household et Neighborhood Effects.” Policy Research Division Working Papers. No. 184. New York: The Population Council.

4 Les évaluations actuelles sont empruntées à : ONU. 2004. “Executive Summary.” World Urbanization Prospects: The 2003 Revision. New York: Division de la population, Département des affaires économiques et sociales, ONU.

5 Voir: T. Dyson. 2003. “HIV/AIDS and Urbanization.” Population and Development Review 29(3): 427-442.

6 UNFPA. 2004. Investing in People: National Progress in Implementing the ICPD Programme of Action. New York: UNFPA. Un tel rapport sur les mesures récentes s’accorde avec la constatation de la Division de la population (ONU) que près des trois quarts des pays en développement ont mis en place des politiques, dont certaines adoptées plus anciennement, visant à réduire la migration vers les zones métropolitaines. (Voir : ONU 2004.)

7 Source: ONU. 2002. Rapport sur la migration internationale 2002 (Numéro de vente: F.03.XIII.4). New York: Division de la population, Département des affaires économiques et sociales, ONU.

8 Il est difficile d’évaluer le nombre des migrants, en raison du manque de données comparables. Si de nombreux pays conduisent régulièrement des recensements, la diffusion de l’information ainsi obtenue a été limitée ou lente, surtout dans le cas des pays en développement. Des considérations politiques influent parfois, dans certains pays, sur les statistiques relatives à la migration communiquées.

9 On entend par migrant à long terme une personne qui va s’établir dans un pays autre que celui de sa résidence habituelle pour une période d’au moins un an (12 mois), de sorte que le pays de destination devient effectivement son nouveau pays de résidence habituelle. Du point de vue du pays de départ, cette personne sera un émigrant à long terme et, du point de vue du pays d’arrivée, un immigrant à long terme. On entend par migrant à court terme une personne qui se rend dans un pays autre que celui de sa résidence habituelle pour une période supérieure à trois mois mais inférieure à un an (12 mois), sauf dans les cas où le déplacement dans ce pays répond à diverses intentions – passer des vacances, visiter des amis ou parents, exercer sa profession, suivre un traitement médical ou accomplir un pèlerinage religieux. Aux fins des statistiques de la migration internationale, le pays de résidence habituelle des migrants à court terme est considéré comme le pays de destination durant la période qu’ils y passent. (Voir: ONU. 1998. Recommendations on Statistics of International Migration: Revision 1 [ST/ESA/STAT/SER.M/58/Rev.1]. Statistical Papers. Series M. No. 58. Rev. 1. New York: Division de statistique, Département des affaires économiques et sociales, ONU.). Selon le rapport à l’Assemblée générale du Haut Commissaire aux réfugiés du 20 août 2003 (Voir: ONU. 2003. Report by the High Commissioner to the General Assembly on Strengthening the Capacity of the Office of the High Commissioner for Refugees to Carry Out Its Mandate [A/AC.96/980]. New York: ONU.), s’il faut continuer d’établir une nette distinction entre la migration volontaire et la migration forcée, les problèmes des réfugiés et des demandeurs d’asile (qui sont des migrants forcés) devront être abordés dans le contexte plus large de la migration internationale.

10 Bien que référence soit ordinairement faite aux “pays”, le mot “zones” se réfère ici tant aux pays (dans le cas de la migration internationale) qu’aux villes/villages à l’intérieur d’un pays donné (dans le cas de la migration interne).

11 Banque mondiale. 2003. Global Development Finance 2003: Striving for Stability in Development Finance. Washington, D.C.: Banque mondiale.

12 ONU 1995, paragraphe 10.2.

13 Ibid., paragraphes 10.3-10.8.

14 S. Ogata et A. Sen. 2003. “People on the Move.” Ch. 3 de : Human Security Now humaine: Rapport final de la Commission de la sécurité humaine. New York: Commission de la sécurité humaine.

15 Dans sa résolution 54/212 datée du 22 décembre 1999, l’Assemblée générale a prié le Secrétaire général de lui soumettre, à sa cinquante-sixième session, “. . . un rapport dans lequel il fera le point des enseignements tirés des diverses activités relatives aux migrations internationales et au développement qui ont été entreprises aux niveaux régional et interrégional . . . .” (Voir: ONU. 2000. Résolution adoptée par l’Assemblée générale: 54/212: Migration internationale et développement [A/RES/54/212]. New York: ONU.)

 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |