UNFPAState of World Population 2004
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2004:Les adolescents et les jeunes
Ètat de la population mondiale 2004
Sections
Introduction
Population et pauvreté
Population et environnement
Migration et urbanisation
Égalité entre les sexes et affranchissement des femmes
Santé en matière de reproduction et planification familiale
Santé maternelle
Prévention du VIH/sida
Les adolescents et les jeunes
Santé en matière de reproduction pour les communautés en crise
Mesures prioritaires
Notes
Sources des encadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableaux

Les adolescents et les jeunes

Donner suite au consensus de la CIPD
Une seconde génération de programmes
Les constatations de l’enquête mondiale de l’UNFPA
Le rôle des ONG
Les préoccupations clefs en matière de santé et de développement
Répondre aux besoins des jeunes
Promouvoir un comportement plus sain
Des services accueillants à la jeunesse
Les progrès sur le plan juridique
Des tâches d’importance majeure

Une seconde génération de programmes

Faisant fond sur l’expérience acquise depuis 1994, une approche globale de la programmation pour la jeunesse s’est dégagée sous forme de consensus mondial ces dernières années. Elle établit un lien entre les interventions de santé en matière de reproduction – notamment les programmes qui mettent les adolescents en mesure de retarder le début de l’activité sexuelle et de refuser les rapports non désirés, ainsi que de se protéger eux-mêmes s’ils sont sexuellement actifs – et les activités visant à offrir aux adolescents des choix et options grâce à des investissements dans l’éducation et la formation professionnelle. Une autre priorité consiste à donner aux jeunes une voix et une participation accrues dans les décisions relatives à la santé et au développement, ainsi que dans la vie de leurs communautés.

Cette seconde génération de programmes pour adolescents et jeunes donne aussi priorité à la prise de contact avec des groupes de jeunes sous-desservis, notamment les jeunes qui sont mariés, qui vivent dans les zones rurales ou les établissements urbains pauvres, et les jeunes non scolarisés (c’est-à-dire la majorité des adolescents en de nombreux pays).

Les activités dans ce domaine sont riches de promesses, mais il est nécessaire de les amplifier considérablement pour faire face, dans la mesure voulue, aux énormes défis qu’affronte la jeunesse du monde.

29 INTÉGRER LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET L’ÉDUCATION À LA SANTÉ EN MATIÈRE DE REPRODUCTION

À Cotonou (Bénin), le nouveau complexe du Centre multimédias fourmille d’activités. Dans chaque pièce, des jeunes venus du pays entier – près de 300 au total – apprennent comment être des journalistes de presse, des photographes, des personnalités de la radio-télévision, des rédacteurs de magazine, des spécialistes de la mise en page, des experts de l’infographie, des concepteurs de sites Web, des vidéographistes, des correcteurs de magnétoscopes numériques, et des techniciens de la radio-télévision.

Lancé par l’UNFPA en coopération avec le Gouvernement, le Centre combine la formation professionnelle avec l’éducation relative à la prévention du VIH/sida et des grossesses non désirées, de sorte que les stagiaires peuvent aussi devenir des avocats en faveur de comportements plus sains. La télévision et une station radio qui émet 24 heures par jour offrent des programmes produits par et pour les jeunes qui mobilisent de larges publics : un million de téléspectateurs et 300 000 auditeurs quotidiens de la radio.

Beaucoup des adolescents qui fréquentent le Centre ont abandonné leurs études (au Bénin, seulement 7 % des filles et 17 % des garçons fréquentent l’école secondaire). En l’absence du Centre, ils auraient peu de moyens d’acquérir des aptitudes rémunératrices ou d’obtenir une information sûre concernant la santé en matière de reproduction.

Le Centre constitue un élément d’un projet global, « Santé et services sociaux pour adolescents » (EAGER), qui est soutenu par la Fondation des Nations Unies dans le cadre d’une initiative multinationale pour les adolescentes. EAGER prête aussi appui à des centres de jeunesse et de loisirs, à des dispensaires accueillants aux jeunes, et à l’éducation, avec le souci majeur de réduire l’analphabétisme des filles et des jeunes femmes. Source

 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |