UNFPAState of World Population 2004
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2004:Les adolescents et les jeunes
Ètat de la population mondiale 2004
Sections
Introduction
Population et pauvreté
Population et environnement
Migration et urbanisation
Égalité entre les sexes et affranchissement des femmes
Santé en matière de reproduction et planification familiale
Santé maternelle
Prévention du VIH/sida
Les adolescents et les jeunes
Santé en matière de reproduction pour les communautés en crise
Mesures prioritaires
Notes
Sources des encadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableaux

Les adolescents et les jeunes

Donner suite au consensus de la CIPD
Une seconde génération de programmes
Les constatations de l’enquête mondiale de l’UNFPA
Le rôle des ONG
Les préoccupations clefs en matière de santé et de développement
Répondre aux besoins des jeunes
Promouvoir un comportement plus sain
Des services accueillants à la jeunesse
Les progrès sur le plan juridique
Des tâches d’importance majeure

Garantir la santé et le bien-être des adolescents et des jeunes du monde entier, les doter des aptitudes indispensables à la vie et créer à leur intention des possibilités d’éducation et d’emploi, c’est là une nécessité fondamentale pour faire face aux défis du développement au XXIe siècle. La CIPD a prêté une attention sans précédent aux divers besoins des adolescents concernant la santé en matière de reproduction, y voyant à la fois une priorité sur le plan des droits de la personne et une nécessité pratique.

Depuis 1994 et en particulier ces dernières années, les pays ont beaucoup mieux réussi à aborder les problèmes souvent délicats de la santé des adolescents en matière de reproduction, notamment s’agissant de répondre aux besoins d’information, d’éducation et de services, ce qui permettra aux jeunes de prévenir les grossesses non désirées et les infections. De plus en plus, ces efforts sont menés dans le cadre d’une approche globale qui vise à atteindre les jeunes dans des situations diverses et à les mettre à même de façonner leur propre avenir.

Mais des tâches gigantesques restent à accomplir. Une personne sur cinq – au total, 1,3 milliard – est un adolescent (défini comme appartenant au groupe d’âge 10-19 ans); elle appartient à la plus nombreuse génération de jeunes qui ait jamais paru. La moitié sont pauvres et un quart vivent avec moins d’un dollar par jour. Beaucoup sont sexuellement actifs, souvent sans les connaissances ou les moyens nécessaires pour se protéger ni la possibilité d’orienter leurs énergies vers des activités plus productives.

Les jeunes (groupe d’âge 15-24 ans) représentent la moitié de tous les nouveaux cas d’infection par le VIH, soit 2,5 millions chaque année; les filles et les jeunes femmes sont particulièrement exposées. Malgré une tendance à retarder l’âge du mariage dans une grande partie du monde, des millions de filles sont encore supposées se marier et commencer à avoir des enfants avant d’atteindre 20 ans, et souvent avant que leur corps n’y soit prêt.

LES ADOLESCENTS ET LES MDG. Permettre aux jeunes femmes de retarder l’âge de la grossesse n’est pas seulement un impératif sur le plan de la santé et des droits de la personne; c’est aussi un moyen irremplaçable de ralentir l’élan continu de la croissance démographique et de laisser les pays en développement recueillir les avantages économiques qui peuvent résulter d’une fécondité plus faible; il faut donc y viser en premier lieu dans l’effort mondial pour éliminer la pauvreté et réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement (voir Chapitre 2).

Investir dans la santé des jeunes, leur éducation et l’acquisition de savoir-faire, et permettre aux filles de rester à l’école plus longtemps et de se marier plus tard, ce sont là aussi des moyens essentiels d’atteindre les MDG qui portent sur l’égalité entre les sexes, la mortalité infantile, la santé maternelle et le VIH/sida.

Donner suite au consensus de la CIPD

La CIPD a abordé les problèmes de la santé des adolescents en matière de reproduction, notamment les grossesses non désirées, l’avortement pratiqué dans des conditions dangereuses et les IST, dont le VIH/sida, en promouvant un comportement procréatif et sexuel qui soit responsable et sain, y compris l’abstinence volontaire, et en fournissant les services appropriés et des conseils expressément conçus pour ce groupe d’âge. Elle a aussi visé à réduire dans une forte proportion toutes les grossesses d’adolescentes1.

LES BESOINS DES ADOLESCENTS SUR LE PLAN DE LA SANTÉ EN MATIÈRE DE REPRODUCTION

Dans le domaine de la santé en matière de reproduction, les besoins des adolescents en tant que groupe ont jusqu’à présent été largement ignorés des services compétents. C’est sur une information qui aide les adolescents à atteindre un niveau de maturité leur permettant de prendre des décisions responsables que les sociétés devraient fonder leur réponse aux besoins dans ce domaine. Les adolescentes devraient notamment pouvoir accéder à une information et à des services qui les aident à comprendre leur sexualité et à se protéger contre les grossesses non désirées, les maladies sexuellement transmissibles et les risques de stérilité en résultant. Il faudrait également enseigner aux jeunes gens à respecter l’autodétermination des femmes et à partager les responsabilités avec elles dans les questions de sexualité et de procréation.

— Programme d’action de la CIPD, par. 7.41

Le Programme d’action a reconnu que de médiocres perspectives d’ordre éducatif et économique, la violence sexiste, les grossesses précoces et l’exploitation sexuelle aggravent la vulnérabilité des adolescents, surtout des filles, aux risques de santé en matière de reproduction. Il a exhorté les gouvernements et la communauté internationale à faire en sorte que tous les adolescents aient accès à une information, une éducation et des services relatifs à la santé en matière de reproduction qui conviennent à leur âge, cela en respectant leurs droits à la vie privée et à la confidentialité et en veillant à ce que les attitudes des prestataires de soins ou d’autres obstacles (lois, réglementations ou coutumes sociales) ne limitent pas cet accès. Il a aussi demandé aux parents et aux familles, aux communautés, aux institutions religieuses, aux écoles, aux médias et aux groupes de pairs de participer à la satisfaction des besoins de santé des adolescents en matière de reproduction(2).

DE NOUVEAUX REPÈRES. L’examen, mené en 1999, de l’application du Programme d’action de la CIPD a constaté que les besoins des jeunes sur le plan des droits et de la santé en matière de reproduction demeuraient encore en grande partie négligés, ce qui était la source d’une préoccupation croissante devant la hausse des taux d’infection par le VIH(3). De nouvelles cibles ont été fixées, notamment une réduction de 25 % de la prévalence du VIH dans le groupe d’âge 15-24 ans, d’ici à 2005 dans les pays les plus gravement touchés et d’ici à 2010 au niveau mondial. Il a été aussi convenu que la grande majorité des jeunes âgés de 15 à 24 ans (90 % d’ici à 2005 et 95 % d’ici à 2010) devaient avoir accès à l’information, à l’éducation et aux services nécessaires pour acquérir les savoir-faire indispensables en vue de réduire leur vulnérabilité à l’infection par le VIH(4).

 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |