UNFPAState of World Population 2004
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2004: Santé en matière de reproduction et planification familiale
Ètat de la population mondiale 2003
Sections
Introduction
Population et pauvreté
Population et environnement
Migration et urbanisation
Égalité entre les sexes et affranchissement des femmes
Santé en matière de reproduction et planification familiale
Santé maternelle
Prévention du VIH/sida
Les adolescents et les jeunes
Santé en matière de reproduction pour les communautés en crise
Mesures prioritaires
Notes
Sources des encadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableaux

Santé en matière de reproduction et planification familiale

La planification familiale et l’hygiène sexuelle
L’accès et le recours à la contraception
Les besoins non satisfaits
Le choix des méthodes
Les infections sexuellement transmissibles
La qualité des soins
Des voix plus fortes pour la santé en matière de reproduction
Garantir l’approvisionnement des fournitures
Les hommes et la santé en matière de reproduction

L’accès et le recours à la contraception

Depuis 1994, le taux du recours à la planification familiale est passé dans le monde entier de 55 % à environ 61 % des couples mariés. Il a augmenté d’au moins un point de pourcentage chaque année dans 68 % des pays pour lesquels les données sont disponibles et d’au moins 2 points dans 15 % de ces pays. Ce taux varie selon les régions, allant d’environ 25 % en Afrique à près de 65% en Asie (où le taux élevé enregistré en Chine relève la moyenne), et à 70 % en Amérique latine et dans les Caraïbes, ainsi que dans les régions développées.

Cependant, de nombreux pays, en particulier les plus pauvres, n’ont encore qu’un accès restreint aux contraceptifs, et le choix l’est également. Si la Chine (avec sa nombreuse population et sa forte prévalence) est laissée à l’écart des calculs, seulement 46 % des femmes mariées recourent à la contraception en Asie. Dans les pays les moins avancés, la moyenne est beaucoup plus faible.

L’appui des gouvernements aux méthodes de contraception – par l’entremise d’établissements publics tels qu’hôpitaux, dispensaires, centres de santé et postes sanitaires, ainsi qu’à l’aide d’agents de terrain – n’a cessé d’augmenter depuis les années 70. En 2001, les gouvernements de 92 % de tous les pays prêtaient appui aux programmes de planification familiale.

La prévalence des contraceptifs a augmenté dans chacun des 20 pays ayant fait l’objet de deux enquêtes depuis le milieu des années 90, avec une moyenne de départ de 28 %, qui est passée à 35 %. La proportion des besoins satisfaits par des méthodes modernes a augmenté dans 19 de ces pays(4), où une augmentation moyenne de 94 % a été enregistrée dans le quintile le plus pauvre de la population. Dans 10 pays, l’augmentation annuelle des besoins satisfaits a été plus importante pour le quintile le plus pauvre que pour l’ensemble de la population.

13 COÛTS ET AVANTAGES DE L’UTILISATION DE CONTRACEPTIFS

Au coût d’environ 7,1 milliards de dollars par an, l’utilisation de contraceptifs modernes prévient actuellement chaque année :

  • 187 millions de grossesses non recherchées;
  • 60 millions de naissances non planifiées;
  • 105 millions d’avortements provoqués;
  • 2,7 millions de décès infantiles;
  • 215 000 décès liés à la grossesse (dont 79 000 dus à des avortements pratiqués dans des conditions dangereuses);
  • Pour 685 000 enfants, la perte de leur mère du fait de décès liés à la grossesse .

Il y a environ 201 millions de femmes dont le besoin d’une contraception efficace n’est pas satisfait. La satisfaction de leur besoin, à un coût annuel estimatif de 3,9 milliards de dollars, éviterait environ 52 millions de grossesses chaque année (dont la moitié seraient différées, conformément aux désirs exprimés).

La prévention ou le retard de ces grossesses non recherchées éviterait également :

  • 23 millions de naissances non planifiées (soit une réduction de 60 %);
  • 22 millions d’avortements provoqués (soit une réduction de 64 %);
  • 1,4 million de décès infantiles;
  • 142 000 décès liés à la grossesse (dont 53 000 dus à des avortements pratiqués dans des conditions dangereuses);
  • Pour 505 000 enfants, la perte de leur mère du fait de décès liés à la grossesse.
Source

 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |