UNFPAState of World Population 2004
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2004: Santé en matière de reproduction pour les communautés en crise
Ètat de la population mondiale 2004
Sections
Introduction
Population et pauvreté
Population et environnement
Migration et urbanisation
Égalité entre les sexes et affranchissement des femmes
Santé en matière de reproduction et planification familiale
Santé maternelle
Prévention du VIH/sida
Les adolescents et les jeunes
Santé en matière de reproduction pour les communautés en crise
Mesures prioritaires
Notes
Sources des encadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableaux

Santé en matière de reproduction pour les communautés en crise

La maternité sans risques
La planification familiale
La violence sexuelle et sexiste
Le VIH/sida et les autres IST
La santé des adolescents en matière de reproduction
Les gains et les lacunes

La violence sexuelle et sexiste

Le viol est depuis des siècles un aspect caractéristique des conflits armés; il y est souvent recouru systématiquement pour humilier et dominer l’“ennemi” ou porter atteinte à la cohésion de sa société.

Dans un certain nombre conflits depuis la CIPD, notamment en Bosnie, au Rwanda et au Kosovo, les populations civiles ont été délibérément visées par la violence sexuelle, ce qui a appelé l’attention des mouvements de femmes ou spécialisés dans la défense des droits fondamentaux, ainsi que celle de la presse internationale.

On a prêté moins d’attention au cas des femmes et des filles qui, durant leur fuite et en situation de réfugiées, sont parfois contraintes d’offrir des faveurs sexuelles en échange de nourriture, d’abri ou de protection. La violence domestique et le viol conjugal deviennent aussi sensiblement plus fréquents parmi les groupes de population déplacés, car beaucoup d’hommes qui ont perdu emploi, statut et stabilité font payer leurs frustrations à leur partenaire.

L’impact de la violence, surtout du viol, peut être catastrophique. Les conséquences physiques en sont des lésions, des grossesses non désirées, le dysfonctionnement sexuel et le VIH/sida. Les survivantes se trouvent parfois exclues du cercle familial et condamnées à l’isolement social. Leur santé mentale est également atteinte plus ou moins gravement : anxiété, stress consécutif au trauma, dépression et suicide peuvent résulter de la violence. Beaucoup de femmes qui y survivent ne signalent pas le viol subi, et d’autres se sentent peut-être impuissantes à le faire.

Jusqu’à une date récente, on ne s’était qu’assez peu efforcé de prévenir la violence sexuelle et sexiste en temps de conflit ou de déplacement forcé. Mais diverses initiatives ciblant les groupes de population affectés par un conflit ont montré qu’il était possible de la prévenir, par les moyens suivants :

  • Faire mieux prendre conscience de la violence sexuelle et la condamner en tant que violation des droits de la personne et que menace à la santé publique;


  • Soutenir les campagnes d’éducation et d’information;


  • Promouvoir des mesures de sécurité pour les femmes dans les camps de personnes déplacées, notamment les suivantes : fourniture d’un éclairage suffisant, formation de patrouilles, emplacement des services et installations en des points non dangereux ; et faire en sorte que l’eau, le combustible, le fourrage, etc. soient accessibles à une distance relativement courte;


  • Recommander la promulgation et l’application forcée de lois et politiques réprimant la violence sexuelle et sexiste, et dispenser une formation aux forces de police et aux magistrats;


  • Faire participer les hommes à la promotion d’un changement de comportement.

L’UNFPA appuie ces efforts, en même temps qu’un traitement et des conseils qui aident à inspirer un sentiment de sécurité, et il offre des occasions de s’exprimer au sujet des violences subies – tout cela est essentiel au retour des victimes à la santé. Les conseils et l’éducation peuvent aider les membres de la famille et les communautés à accepter les femmes qui ont été violées et à leur venir en aide. Il est possible d’amener les agents sanitaires à réagir avec plus de tact en les formant à aider les victimes de la violence sexuelle. Le traitement médical et psychologique comprend la contraception d’urgence, la délivrance de conseils et les services de santé en matière de reproduction.

 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |