UNFPAState of World Population 2004
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2004: Santé en matière de reproduction pour les communautés en crise
Ètat de la population mondiale 2004
Sections
Introduction
Population et pauvreté
Population et environnement
Migration et urbanisation
Égalité entre les sexes et affranchissement des femmes
Santé en matière de reproduction et planification familiale
Santé maternelle
Prévention du VIH/sida
Les adolescents et les jeunes
Santé en matière de reproduction pour les communautés en crise
Mesures prioritaires
Notes
Sources des encadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableaux

Santé en matière de reproduction pour les communautés en crise

La maternité sans risques
La planification familiale
La violence sexuelle et sexiste
Le VIH/sida et les autres IST
La santé des adolescents en matière de reproduction
Les gains et les lacunes

La planification familiale

La planification familiale est souvent considérée d’importance secondaire dans une situation d’urgence ou d’après conflit. Mais dans un pays déchiré par la guerre comme l’Angola ou la Sierra Leone, où des soins prénatals adéquats, l’assistance durant l’accouchement et les soins obstétricaux d’urgence ne sont pas disponibles, non moins d’une femme sur neuf mourra des suites de la grossesse ou de l’accouchement dans le cours de sa vie. Partout où sévit une crise, une grossesse non planifiée peut être fatale.

Négliger la planification familiale peut avoir d’autres graves conséquences, notamment les avortements pratiqués dans des conditions dangereuses à la suite de grossesses non désirées, les grossesses trop rapprochées, les grossesses dangereuses chez des femmes trop âgées ou trop jeunes, et la transmission des IST dont le VIH/sida.

Il peut être extrêmement difficile dans une situation d’urgence d’assurer un approvisionnement régulier en contraceptifs. Il arrive que les routes de transport soient coupées, les réseaux de distribution évanouis, et les centres de santé détruits. Les fournitures disponibles sur place peuvent être fort loin de suffire à la demande quand de nombreux groupes de population arrivent dans un nouveau site.

Bien que de nombreuses femmes placées dans une situation d’urgence ou réfugiées choisissent délibérément d’être enceintes, beaucoup qui préféreraient ne pas affronter les difficultés de la grossesse, de l’accouchement ou des soins à un enfant dans un camp pour personnes déplacées ne peuvent faire autrement, faute d’avoir accès aux préservatifs ou à d’autres méthodes de contraception.

Même là où les services et les fournitures sont disponibles, un certain nombre de facteurs peuvent empêcher de les utiliser. Une évaluation conduite en 2001 par la Commission des femmes pour les femmes et les enfants réfugiés a établi que de nombreuses réfugiées angolaises en Zambie répugnaient à utiliser les méthodes de planification familiale pourtant disponibles. Les obstacles identifiés étaient les suivants : résistance du conjoint; croyance religieuse ou inspirée par la communauté qu’une femme doit avoir autant d’enfants qu’elle peut en avoir; absence de programmes de distribution à base communautaire; et difficulté de persuader leurs partenaires d’utiliser des préservatifs. Pour promouvoir l’acceptation des méthodes de planification familiale, la Commission a recommandé une campagne de communication ciblant les hommes et la formation permanente des pairs-éducateurs et des agents de communauté(3).

Dans les sites frappés par une urgence à travers le monde, l’UNFPA a fourni des préservatifs gratuits, première étape vers le rétablissement des services de planification familiale. Quand la situation sécuritaire le permet, le Fonds procède à des évaluations rapides pour identifier les besoins de planification familiale et il est souvent en mesure de recueillir une information pertinente sur la population, y compris les préférences quant aux méthodes de planification familiale. Au moment de planifier les programmes à moyen et long terme, l’UNFPA et ses partenaires s’efforcent de faire participer les femmes, les hommes et les adolescents des groupes de population touchés, de manière à mieux garantir des services de planification familiale appropriés, efficaces et sensibles aux valeurs culturelles.

 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |