UNFPAÉtat de la population mondiale 2002
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2003: Donner priorité aux adolescents
Ètat de la population mondiale 2003
Sections
Aperçu général de la condition des adolescents
L’inégalité entre les sexes et la santé en matière de reproduction
Le VIH/sida et les adolescents
Promouvoir un comportement plus sain
Répondre aux besoins sur le plan des services de santé en matière de reproduction
Programmes d’ensemble pour adolescents
Donner priorité aux adolescents
Notes
Sources des ancadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableau

Donner priorité aux adolescents

L’environnement politico-social
Les programmes fondés sur les droits
Mobiliser le soutien des communautés
Faire participer les jeunes à la programmation
Les ressources
Les coûts de l’inaction

Les programmes fondés sur les droits

Il existe un consensus international, affirmé par la Convention relative aux droits de l’enfant et par la CIPD, aux termes duquel les jeunes jouissent des droits fondamentaux et ont le droit de les exercer. Ce consensus offre une base solide aux programmes qui répondent aux préoccupations concernant la santé des adolescents en matière de reproduction et de sexualité.

De plus en plus, comme dans d’autres secteurs du développement, les planificateurs de programmes adoptent dans ce domaine une approche de la programmation fondée sur les droits qui souligne l’obligation des États de mettre les individus en mesure de jouir de leurs droits, ce qui éloigne des approches traditionnelles qui tendaient à souligner les besoins des populations vulnérables sans tenir pleinement compte de leurs capacités et droits et des stratégies tendant à les rendre autonomes.

Une approche du développement fondée sur les droits reconnaît que les personnes deviennent capables d’agir pour leur propre compte et de jouir de leurs droits fondamentaux à mesure qu’elles obtiennent accès à l’information, aux occasions et aux savoir-faire pertinents. Pour les adolescents, cela implique des mesures écartant les obstacles à la santé en matière de reproduction et à la réalisation de leurs droits sur ce plan, aussi bien que visant à prévenir et sanctionner les violations de ces droits et à agir concrètement pour leur donner forme.

Les activités qui promeuvent les droits des jeunes sont les suivantes :

  • Pleinement intégrer dans les politiques d’enseignement l’éducation aux droits de la personne, l’éducation à la sexualité dispensée aux adolescents tant à l’intérieur qu’en dehors de l’école, les programmes de formation et l’action externe au sein des communautés(9).
  • Mobiliser l’engagement du public et des milieux politiques en faveur de mesures qui portent sur les aspects négligés des droits en matière de reproduction, notamment le mariage précoce et forcé, les violences sexuelles, la responsabilité masculine, et les droits à l’information et aux services sur le plan de la santé en matière de reproduction et de sexualité(10).
  • Établir des politiques et programmes nationaux et locaux de la jeunesse qui mettent l’accent sur l’égalité entre les sexes et sur le droit des jeunes à la santé en matière de reproduction et de sexualité, qui précisent les mesures à prendre et affectent des fonds à leur application(11).
  • Assurer la participation des organisations non gouvernementales, spécialisées dans les droits de la personne ou au service des femmes et des jeunes, à la politique de santé en matière de reproduction et aux processus législatifs et de programmation(12).
  • Renforcer la capacité des groupes de jeunes de participer à toutes les phases de la programmation, faciliter leur contribution au débat politique et législatif, ainsi qu’à une exécution réussie du programme(13).
  • Créer des coalitions militant pour des réformes juridiques, des mesures qui garantissent leur mise en oeuvre et des examens de la législation afin de préserver les droits des adolescents, surtout dans les domaines cruciaux que sont la violence, le mariage, l’éducation et la santé en matière de reproduction.
  • Garantir la participation des jeunes à ces activités.

Pour réussir, il est nécessaire d’intégrer ces actions à des cadres nationaux plus vastes d’allègement de la pauvreté dans les pays en développement et de réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (voir encadré), ce qui recouvre des processus de réforme tels que les Documents de stratégie de réduction de la pauvreté (PRSP) et les approches sectorielles de la réforme sanitaire. Souvent, ces plans nationaux ne correspondent pas exactement aux accords internationaux qui abordent les droits et les besoins des jeunes.

26 LES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

En 2000, 189 gouvernements ont apposé leur signature sur une série d’objectifs du Millénaire pour le développement (MDG), dont la plupart devraient être atteints d’ici 2015, les progrès étant définis à partir des niveaux de 1990 :

  1. Éliminer l’extrême pauvreté et la faim.
  2. Assurer l’enseignement primaire pour tous.
  3. Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.
  4. Réduire la mortalité infantile.
  5. Améliorer la santé maternelle.
  6. Combattre la VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies.
  7. Assurer un environnement durable.
  8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

Comme le Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, l’a déclaré en 2002, « les objectifs du Millénaire pour le développement, en particulier l’élimination de la pauvreté et de la faim, ne peuvent être atteints si les problèmes de population et de santé en matière de reproduction ne sont pas franchement abordés. Et cela signifie des efforts accrus pour promouvoir les droits des femmes et un plus grand investissement dans l’éducation et la santé, notamment la santé en matière de reproduction et la planification familiale ».Source

Les indicateurs mis en place pour mesurer le progrès vers les objectifs du Millénaire pour le développement voient dans les jeunes un important groupe de population dont il faut contrôler la santé et le bien-être. Mais certains avocats de la jeunesse ont été déçus de constater l’absence d’objectifs qui reconnaîtraient expressément les besoins spéciaux de ce groupe d’âge très souvent marginalisé.

 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |