UNFPAÉtat de la population mondiale 2002
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2003: Promouvoir un comportement plus sain
Ètat de la population mondiale 2003
Sections
Aperçu général de la condition des adolescents
L’inégalité entre les sexes et la santé en matière de reproduction
Le VIH/sida et les adolescents
Promouvoir un comportement plus sain
Répondre aux besoins sur le plan des services de santé en matière de reproduction
Programmes d’ensemble pour adolescents
Donner priorité aux adolescents
Notes
Sources des ancadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableau

Promouvoir un comportement plus sain

Où les adolescents obtiennent leur information
L’éducation à la sexualité dans les écoles
L’éducation et la délivrance de conseils par les pairs
Atteindre les jeunes non scolarisés
Les médias, les spectacles et les sports

Atteindre les jeunes non scolarisés

La plus difficile des tâches reste d’atteindre les adolescents non scolarisés. Certains programmes ont trouvé un moyen d’envoyer des pairs-éducateurs auprès de ce groupe cible. D’autres programmes prometteurs, patronnés par des organisations de jeunesse, combinent l’information avec des activités productrices de revenu et le lancement de microentreprises. Si l’on doit à ces groupes d’importants enseignements, de tels programmes sont généralement de faible ampleur et difficiles à étendre parce qu’ils ne disposent pas d’un réseau ou d’une structure préexistants.

Au Belize et au Pérou, les associations de planification familiale ont réussi à atteindre les jeunes non scolarisés par l’entremise d’un programme faisant appel à des pairs-conseillers et offrant théâtre et danse, et à une stratégie productrice de revenu, respectivement(52).

En collaboration avec le Program for Appropriate Technology in Health, l’Association des scouts du Kenya a élaboré un programme d’acquisition des savoir-faire à la vie familiale, qui occupe 72 heures et couvre de nombreux domaines : prise de décisions, santé et hygiène, IST et VIH, sexualité, relations individuelles et santé en matière de reproduction(53). Les chefs des troupes scoutes ont été formés à transmettre les enseignements et à intervenir auprès des parents pour améliorer la communication avec les jeunes, notamment concernant la sexualité. Une évaluation a montré qu’il était plus efficace d’agir sur un groupe non scolarisé homogène que de mêler ces jeunes à leurs compagnons d’âge scolarisés. En 1998, l’UNFPA a soutenu l’extension de ce programme à toutes les troupes scoutes du pays sur une période de quatre ans.

Comme Homies Unidos (voir encadré), le programme Lifenet de Thaïlande a visé à édifier des réseaux de soutien et des savoir-faire relatifs à l’éducation par les pairs parmi les jeunes en situation dangereuse(54). Le programme a combiné diverses activités de jeunesse, s’est mis en rapport avec d’autres organisations qui aident les jeunes et a fait appel aux dirigeants locaux pour surmonter les attitudes négatives à l’égard des jeunes. Ce programme a également collaboré avec les gérants de bars et boîtes de nuit et offert des possibilités d’éducation dans les lieux de rencontre des jeunes. Des jeunes ayant participé à ce projet ont en fin de compte créé leur propre groupe, Cycle de vie, lancé un bulletin, ouvert une ligne téléphonique permanente (poste portable) et un centre où il n’est pas nécessaire de prendre rendez-vous à l’avance.

17 COMMUNIQUER AVEC LES MEMBRES DE BANDES

En El Salvador, des membres de bandes à la recherche d’une vie meilleure, exempte de violence, ont fondé en 1996 Homies Unidos. À la suite de la guerre civile qui a ravagé le pays pendant 12 ans, de nombreux enfants ont été abandonnés à eux-mêmes et se sont agrégés à des bandes de jeunes sans domicile dans l’espoir d’y trouver un sentiment d’appartenance et d’identité. Les membres de ces bandes vivent dangereusement et meurent jeunes.

Les fondateurs d’Homies Unidos ont voulu chercher un remède tant à la violence qu’aux risques de santé auxquels leurs compagnons d’âge sont exposés. L’expérience leur a bientôt enseigné qu’ils devaient recruter des membres de bandes comme pairs-conseillers, tant pour attirer d’autres membres que pour communiquer avec eux en usant du vocabulaire approprié, en observant les codes de conduite qu’ils connaissent et en démontrant qu’eux-mêmes n’ignorent rien des modes de vie que leurs interlocuteurs ont choisis.Source

 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |