UNFPAÉtat de la population mondiale 2002
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2003: Aperçu général de la condition des adolescents
Ètat de la population mondiale 2003
Sections
Aperçu général de la condition des adolescents
L’inégalité entre les sexes et la santé en matière de reproduction
Le VIH/sida et les adolescents
Promouvoir un comportement plus sain
Répondre aux besoins sur le plan des services de santé en matière de reproduction
Programmes d’ensemble pour adolescents
Donner priorité aux adolescents
Notes
Sources des ancadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableau

Aperçu général de la condition des adolescents

Introduction
Pourquoi la santé en matière de reproduction est-elle importante?
Santé des adolescents en matière de reproduction et pauvreté
Un monde qui change
L’éducation et l’emploi
Assurer un avenir meilleur : l’investissement dans la jeune génération

Introduction

La plus nombreuse génération d’adolescents qui ait jamais parue – 1,2 milliard – se prépare à aborder l’âge adulte dans un monde en changement rapide. Leur niveau d’éducation et leur état de santé, leur degré de préparation à assumer les rôles et responsabilités d’adulte, et le soutien qu’ils reçoivent de leurs familles, communautés et gouvernements détermineront leur propre avenir et l’avenir de leurs pays respectifs.

Près de la moitié des êtres humains sont âgés de moins de 25 ans : c’est la plus nombreuse génération de jeunes qu’on ait jamais vue. Le rapport sur l’État de la population mondiale 2003 examine les défis et les risques affrontés par cette génération, qui ont un impact direct sur son bien-être physique, affectif et mental. Aujourd’hui, des millions d’adolescents et de jeunes sont placés devant la perspective du mariage précoce, de la maternité précoce, d’une éducation incomplète et de la menace du VIH/sida. La moitié de tous les nouveaux cas d’infection par le VIH frappent des jeunes âgés de 15 à 24 ans. Le rapport souligne qu’en élargissant les connaissances, les perspectives, les choix et la participation des jeunes, on leur permettra de mener une vie saine et productive, de sorte qu’ils puissent pleinement contribuer à leurs communautés et à un monde plus stable et prospère.

Les adolescents et les jeunes d’aujourd’hui font des expériences diverses, en fonction de la diversité des réalités politiques, économiques, sociales et culturelles qu’ils rencontrent dans leurs communautés respectives. Leur vie à tous est néanmoins marquée par un trait commun, et c’est l’espoir d’un avenir meilleur. Cet espoir est consolidé par les objectifs du Millénaire pour le développement, sur lesquels se sont accordés en 2001 les dirigeants du monde et qui visent à réduire l’extrême pauvreté et la faim, ralentir la diffusion du VIH/sida, réduire la mortalité maternelle et infantile, assurer l’éducation primaire pour tous et améliorer le développement durable, tout cela d’ici à 2015.

Parmi les droits de la personne proclamés et acceptés par la communauté mondiale, certains intéressent particulièrement les adolescents et les jeunes et se réfèrent aux perspectives et aux risques qui les attendent. Il s’agit notamment de l’égalité entre les sexes et des droits à l’éducation et à la santé, y compris une information et des services relatifs à la santé en matière de reproduction et de sexualité qui soient appropriés à leur âge, à leurs capacités et à leur situation. Les mesures prises pour garantir ces droits peuvent avoir d’immenses avantages pratiques : faire accéder les individus à l’autonomie, assurer leur bien-être, freiner la pandémie du VIH/sida, réduire la pauvreté et améliorer les chances de progrès économique et social. Pour servir le développement, il est urgent de faire face à ces défis, en toute priorité.

En investissant dans les jeunes, on assurera d’immenses bénéfices aux générations futures. L’inaction, par contre, comportera des coûts effrayants pour les individus, les sociétés et le monde en général.

Dans chaque région, il est nécessaire de conduire un dialogue positif et d’assurer une meilleure compréhension entre parents, familles, communautés et gouvernements concernant les situations complexes et délicates qu’affrontent les adolescents et les jeunes. Ce rapport examine des facteurs tels que l’évolution des structures familiales et des conditions de vie, les changements rapides des normes et des comportements sociaux, l’augmentation du nombre des orphelins et des enfants des rues, l’impact de l’urbanisation et de la migration, les conflits armés, le manque d’éducation et d’emplois, et le tribut que la discrimination sexuelle et la violence sexiste ne cessent de prélever.

Aussi bien que de conseils, les jeunes femmes et les jeunes hommes ont besoin de relations interpersonnelles qui les soutiennent et d’institutions qui répondent à leurs espoirs et préoccupations. En prenant des mesures concertées et de vaste portée pour faire face aux défis qu’affrontent les adolescents et les jeunes, les gouvernements peuvent remplir leurs engagements et atteindre les objectifs internationaux en matière de développement, ainsi que donner une espérance accrue à la génération de jeunes la plus nombreuse qui ait jamais parue.

1 COMMENT DÉFINIR LES JEUNES

Les termes “adolescents”, “jeunes” et “jeune génération” ont une valeur différente selon les sociétés. Ces catégories sont associées – là où elles sont reconnues comme telles – à différents rôles, responsabilités et âges en fonction du contexte local.

Comme ce rapport l’indique en détail, les moments clefs d’une vie – mariage, début des rapports sexuels (premier rapport sexuel), emploi, grossesse, acceptation dans les organisations d’adultes, participation politique – surviennent à des moments différents selon les sociétés et au sein d’une même société.

Ce rapport applique les définitions qui sont d’usage courant dans différents contextes démographiques, politiques et sociaux :

  • Adolescents : de 10 à 19 ans (première adolescence, 10-14 ans; seconde adolescence, 15-19 ans).
  • Jeunes : 15-24 ans.
  • Jeune génération : 10-24 ans.

Les politiques et programmes des différents pays font souvent des distinctions qui leur sont propres. En Inde, par exemple, la Politique de la jeunesse s’applique jusqu’à l’âge de 35 ans. En Jamaïque, les programmes de santé en matière de reproduction destinés aux adolescents ont des buts et des stratégies différents selon l’âge (en reconnaissance du fait que les intérêts, savoir-faire et besoins de la première adolescence ne sont pas les mêmes que ceux de la seconde adolescence). Dans de nombreux pays, les documents pédagogiques en matière d’éducation à la santé sont conçus différemment selon l’année d’études.

L’UNFPA, Fonds des Nations Unies pour la population, travaille avec un large éventail de partenaires et avec les jeunes eux-mêmes pour répondre aux besoins des adolescents et des jeunes d’une manière qui soit sensible aux valeurs culturelles, conforme aux aspirations locales et fidèle aux normes internationales relatives aux droits de la personne.

L’adolescence est un processus de croissance. Orienter les enfants jusqu’à leur accession à l’âge adulte n’est pas et n’a jamais été une tâche relevant exclusivement des parents. Dans les communautés rurales traditionnelles, la famille étendue et des systèmes bien établis fondés sur la hiérarchie et le respect régissent la transition. Mais, dans tous les pays en développement, les certitudes de la tradition rurale font place à la vie urbaine, avec ses perspectives et ses risques, les libertés individuelles qu’elle confère, les attentes plus complexes imposées par la société et ses armatures qui soutiennent l’individu.

Dans un environnement urbain en évolution rapide, les jeunes obtiennent de leurs compagnons d’âge, et de plus en plus des médias, la plus grande partie de leur information sur le monde extérieur, sur les attentes à nourrir et le comportement à suivre. Cette tension entre les parents, qui souvent voient dans les jeunes des enfants qui ont besoin d’être protégés, et le monde extérieur, qui les traite en adultes, traduit le dilemme central des adolescents d’aujourd’hui.

Entre 10 et 19 ans, les transitions s’accumulent. La manière et le moment où les jeunes les traversent varient considérablement selon leur situation. À 10 ans, dans la plupart des sociétés, les enfants sont supposés vivre avec leurs parents, aller à l’école, n’avoir pas encore atteint la puberté, n’être pas mariés et n’avoir jamais travaillé. À 20 ans, beaucoup d’adolescents ont quitté l’école et leur famille. Ils sont devenus sexuellement actifs, se sont mariés et font partie de la population active(1).

Si les recherches comparatives sont peu nombreuses, les différences au sein des sociétés et entre les sociétés sont plus prononcées en ce qui concerne les adolescents, et il peut être moins utile de les généraliser que pour tout autre groupe d’âge : certaines sociétés reconnaissent à peine une transition prolongée à l’âge adulte; dans d’autres, l’adolescence semble aller de la fin de l’enfance jusque bien au-delà de 20 ans.

En outre, nous disposons d’un ensemble de connaissances beaucoup moins solidement constitué concernant les adolescents que pour tout autre groupe d’âge, et ceci est encore plus vrai concernant la première adolescence, de 10 à 14 ans, que la seconde adolescence, de 15 à 19 ans. Si l’information sur les jeunes commence à s’améliorer (2), on dispose de peu de données fiables sur les plus fortes influences qui modèlent leur vie : les compagnons d’âge, les familles et les communautés.

Les décideurs, les communautés et les familles doivent élaborer des politiques et des programmes et donner une orientation afin que les jeunes, dans leur immense majorité, aient les ressources qui leur sont nécessaires pour contribuer à leurs sociétés respectives.

Diagramme 1 : Nombre d’adolescents par région, 2003 et 2050

Click here to enlarge image

Click here to enlarge image

Source : Division de la population (ONU)

 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |