UNFPAState of World Population 2002
Back to Main Menu
HOME: STATE OF WORLD POPULATION 2002: Résumé
Résumé
State of World Population Report (HTML)
Journalists' Press Kit
PDF Version of Report
Ordering Information
Previous Years' Reports

Résumé

(À ne pas publier avant le 3 décembre 2002)

Introduction
Les Multiples Dimensions de la Pauvreté
Macroéconomie, Pauvreté, Population et Développement
Pauvreté et Sexe
Mauvaise Santé et Pauvreté
Le VIH/Sida et la Pauvreté
Pauvreté et éducation
Population, Pauvreté et Objectifs du Développement Mondial: la Voie à Suivre

Population, Pauvreté et Objectifs du Développement Mondial: la Voie à Suivre

La réalisation de beaucoup des objectifs de développement pour le Millénaire est en partie fonction de la possibilité pour tous d’avoir accès à la planification familiale et aux autres services de santé en matière de reproduction et de sexualité.

Recommandations Pratiques

Les besoins essentiels sont d’orienter l’aide directement vers les pauvres, de réduire leurs coûts et de leur donner une voix dans la définition des politiques et pro-grammes qui les affectent. Les gouvernements, les communautés, le secteur privé et la communauté internationale doivent coopérer plus étroitement.

Les donateurs doivent encourager des partenariats entre gouvernements et organisations non gouvernementales (ONG). Il faut prêter une attention particulière à la prise en compte des points de vue des pauvres dans la conception, l’exécution et le suivi des programmes.

Les services de santé en matière de reproduction – planification familiale, prévention des infections sexuellement transmissibles et du VIH/sida, soins durant la grossesse et l’accouchement, et accouchement sans danger – sont les plus efficaces quand ils font partie d’un ensemble intégré.

Une réforme effective du secteur de santé dépend de la fiabilité du financement, qui implique l’octroi de davantage de ressources et une meilleure utilisation des fonds dispo-nibles, ainsi que le soutien des organismes centraux pour les services qui ne peuvent être fournis à l’échelon local.

Des mesures spécifiques sont nécessaires pour protéger les services préventifs tels que la santé en matière de reproduction. Les pauvres n’ont pas les moyens d’acquitter les redevances d'usagers, qui ont privé des mil-lions de pauvres, surtout les femmes et les enfants, des soins qui leur sont nécessaires.

En 1994, à la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD), les nations se sont engagées à atteindre d’ici l’année 2015 l’objectif de l’accès universel à la santé en matière de reproduction. Cet objectif reste une priorité pour la communauté internationale. Pour l’atteindre, il faut mettre en place des filets de sécurité – gratuité des services, soins subventionnés, régimes d’as-surance et échelle mobile des redevances – afin de garantir que les clients pauvres reçoivent des soins de santé en matière de reproduc-tion. L’agenda de la CIPD aide à poser le problème du financement du service de santé sur le plan des besoins du client et de son accession à l’autonomie. La question que soulève toute initiative est la sui-vante : fera-t-elle du tort aux pauvres et sera-t-elle discriminatoire à l’égard des femmes?

Si l’on entend centrer davantage l’attention sur l’allégement de la pauvreté, il faut que les bénéfices des programmes atteignent directement les pauvres. Les groupes sous-desservis sont les pauvres des zones rurales et urbaines, les migrants, les réfugiés et les per-sonnes déplacées, ainsi que les adolescents.

Des approches intégrées, qui couvrent différents besoins, don-nent aux individus le moyen de déterminer la voie par laquelle ils échapperont à la pauvreté. Les régimes de microcrédit sont parmi les plus efficaces et incluent souvent d’autres services, comme l’al-phabétisation et la planification familiale.

Les pays ont besoin d’améliorer leurs systèmes de données pour suivre les progrès réalisés vers les objectifs de développement pour le Millénaire, et une aide extérieure est nécessaire aux pauvres. L’UNFPA travaille avec les institutions partenaires du système des Nations Unies, les institutions financières internationales, les dona-teurs bilatéraux et les fondations afin de renforcer la capacité nationale de suivi.

Depuis 1969, l’UNFPA a été la source multilatérale la plus impor-tante d’assistance aux problèmes de population, fournissant près de 6 milliards de dollars aux programmes de population et de santé en matière de reproduction.

À la CIPD, les pays ont convenu qu’un tiers du montant annuel de 17 milliards de dollars nécessaire en 2000 pour les programmes de population et de santé en matière de reproduction, soit 5,7 milliards de dollars, proviendrait de la communauté internationale; les pays en développement et autres pays ayant besoin d’aide en fourniraient les deux tiers, soit 11,4 milliards de dollars.

En l’an 2000, le montant total des dépenses s’est élevé à 10,9 mil-liards de dollars, soit 6,1 milliards de dollars de moins que le montant prévu. Les pays donateurs ont contribué 2,6 milliards de dollars, c’est-à-dire moins d’un quart (24 %) des dépenses totales et moins de la moitié (46 %) de leur engagement. Les pays en dévelop-pement ont contribué 8,3 milliards de dollars, c’est-à-dire 76 % du montant total des dépenses et environ 73 % de leur engagement.

Les objectifs internationaux de réduction de la pauvreté et d’amélioration de la qualité de vie offrent une noble vision. Pour les atteindre et en assurer le maintien durable, il faudra tant axer les efforts sur les objectifs eux-mêmes que faire preuve de sensibilité au contexte.

L’accès de tous aux soins de santé en matière de reproduc-tion, l’éducation pour tous et l’affranchissement des femmes sont des objectifs en soi, mais ce sont aussi des conditions nécessaires pour mettre fin à la pauvreté.

 Back to top PreviousNext