UNFPAÉtat de la population mondiale 2002
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2002: Pauvreté et éducation
State of World Population
Sections
Aperçu général
Comment caractériser la pauvreté
Macroéconomie, pauvreté, population et développement
Les femmes et l'inégalité entre les sexes
Santé et pauvreté
Le VIH/sida et la pauvreté
Pauvreté et éducation
La population, la pauvreté et les objectifs mondiaux de développement
Notes
Sources des encadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableau

Pauvreté et éducation

Aperçu général
Différences dans la scolarisation et le niveau d'études en fonction de la richesse
L'écart entre les sexes
Les bénéfices pour les pauvres des investissements dans l'éducation
Atteindre les obejctifs de a CIPD

Les bénéfices pour les pauvres des investissements dans l'éducation

L'IMPACT DE L'ÉDUCATION DES PARENTS SUR L'ÉDUCATION DES ENFANTS De nombreuses études ont montré qu'il existe un rapport entre l'éducation des parents et le niveau éducatif de leurs enfants, et que l'éducation de la mère exerce habituellement à cet égard plus d'influence que celle du père (33). La plus grande influence qu'une mère instruite exerce dans les négociations entre époux peut lui permettre d'obtenir davantage de ressources pour ses enfants. Les mères instruites ont une meilleure chance d'exercer un emploi, ce qui leur permet de payer une partie des coûts de scolarité, et elles peuvent être mieux informées des bénéfices de celle-ci. Et les mères instruites, qui ont en moyenne moins d'enfants, peuvent porter plus d'attention à chaque enfant.

Outre le fait qu'elles ont moins d'enfants, les mères instruites ont généralement moins d'enfants non désirés ou dont la naissance se place à un moment inopportun. Ceci a des implications pour la scolarité, parce que des parents pauvres doivent souvent choisir entre leurs enfants lesquels recevront une éducation. Le fait d'avoir de nombreux frères et soeurs peut réduire les chances d'un enfant de recevoir une éducation si celle-ci entraîne des dépenses (34), bien qu'en Afrique subsaharienne les réseaux familiaux étendus limitent cet effet négatif en répartissant le coût parmi leurs membres. (35). Dans quelques pays, les enfants dont la naissance n'était pas planifiée ont un niveau éducatif sensiblement plus faible que les autres (36).

22 L'ALPHABÉTISATION DES AUTOCHTONES PAUVRES

Soixante-dix pour cent des femmes autochtones des départements de Chuquisaca et Potosi, en Bolivie, sont analphabètes. Les femmes de cette région rurale pauvre connaissent aussi les taux de mortalité maternelle les plus élevés du pays.

Un projet novateur soutenu par l'UNFPA aborde ces deux problèmes en offrant une alphabétisation simultanée dans la langue autochtone, le quechua, et en espagnol, et d'autre part des informations sur la santé en matière de reproduction, l'assurance maladie et la maternité sans danger.

De 1999 à 2002, plus de 100 000 femmes et hommes ont appris à lire et à écrire. ne équipe technique a formé plus de 100 formateurs, qui à leur tour ont formé 3 500 enseignants chargés de l'alphabétisation. Chacun a pris en charge une classe de 25 personnes, trois fois par semaine, pendant huit mois. Ces classes se composaient exclusivement d'hommes ou de femmes, pour garantir que tous pourraient s'exprimer librement.

" J'ai appris comment tenir ma personne et ma maison propres, comment planifier avec mon mari le nombre d'enfants que nous aurions, comment avoir un bon examen de grossesse et aller au centre de santé pour des examens de contrôle, " a dit une participante. " Il est dommage que nous n'ayons pas reçu cet enseignement plus tôt, car nous n'aurions pas eu tant d'enfants. "

Le projet, exécuté sous le patronage du Vice-Ministère de l'éducation parallèle et financé par la Fondation pour les Nations nies, a reçu une publicité grâce à des manifestations locales, à la radio et à des groupes communautaires. Les activités étaient coordonnées avec les ONG locales. En 2000, le projet a obtenu le Prix d'alphabétisation Malcolm Adiseshiah délivré par l'UNESCO.

Les participants ont été informés de l'existence de services de santé propres à sauver des vies. Dans l'une des zones desservies par le projet, le nombre d'accouchements bénéficiant d'une assistance qualifiée a de ce fait doublé en l'espace de deux ans.

Autrefois, nou ne savions rien de tout cela, " a dit Modesta Hinojosa. " Nous nous promenions avec nos ventres arrondis à garder les moutons, faire les semailles avec nos maris, porter les bébés. Il n'y avait pas de centres de santé. Les femmes mouraient et personne ne disait rien. Grâce à Dieu, nous sommes maintenant mieux informées et nous prendrons mieux soin de notre santé. "

L'IMPACT SUR LA SANTÉ EN MATIÈRE DE REPRODUCTION ET LA SANTÉ INFANTILE De nombreux indices attestent les avantages de la scolarisation, surtout de la scolarisation des femmes, pour la santé et la nutrition des enfants, leur survie et la baisse de la fécondité. Par exemple, les taux d'immunisation des enfants de mères instruites sont régulièrement plus élevés que ceux des enfants de mères sans instruction, même compte tenu d'autres facteurs connexes (37). Les progrès de l'éducation des femmes ont contribué pour 43 % environ à la réduction de la malnutrition des enfants entre 1970 et 1995, c'est-à-dire plus que tout autre facteur (38). Et l'état nutritionnel des enfants est, à son tour, lié à l'éveil de leur faculté cognitive et à leur scolarisation dès un jeune âge (39).

Le cheminement causal entre scolarisation et, d'autre part, santé en matière de reproduction et santé infantile n'a pas été solidement établi, mais il n'y a guère de doute que l'éducation donne courage aux femmes et leur permet de comprendre et d'utiliser l'information, de s'assimiler les normes et de faire des choix qui améliorent leur propre lot et celui de leurs enfants (40).

Il y a aussi un lien très étroit entre l'éducation et l'amélioration de la santé des femmes en matière de reproduction. De nombreuses études ont montré que les femmes instruites ont une meilleure chance de recevoir des soins prénatals adéquats, d'accoucher en présence d'assistants qualifiés, et d'utiliser des méthodes contraceptives pour éviter toute naissance non désirée ou placée à un moment inopportun. Les femmes instruites tendent aussi à devenir sexuellement actives plus tard, à se marier plus tard, à avoir leur premier enfant plus tard et à avoir moins d'enfants que les femmes sans instruction (41). Il y a une relation réciproque entre l'éducation et ces étapes du cycle de vie; les filles qui se marient et ont des enfants de bonne heure ne restent généralement pas à l'école, tandis que celles qui poursuivent leur scolarité s'engagent moins souvent aussi tôt dans la voie du mariage et de la vie familiale.

En de nombreux pays, le niveau d'éducation des hommes a généralement moins d'influence que celui des femmes sur la santé en matière de reproduction et la création de nouveaux foyers, mais ses effets sont généralement positifs. Il renforce les effets de l'éducation des femmes plus souvent qu'il ne les remplace (42).


LES BÉNÉFICES ÉCONOMIQUES Les investissements dans l'éducation et la santé des pauvres comportent des bénéfices sur les plans de la productivité, du revenu et de la croissance économique. Les programmes de lutte contre la pauvreté interagissent dans différentes sphères. Une meilleure éducation détermine un meilleur état de santé et des revenus plus élevés parmi les travailleurs; l'amélioration de la santé des travailleurs les met en mesure de gagner davantage.

Des indices solides et persistants montrent que dans un pays donné le niveau d'éducation a un effet positif sur la croissance économique. Et l'inégalité de ce niveau entre les individus retarde la croissance, quel que soit le niveau d'éducation moyen dans le pays considéré (43). Dans de nombreux pays, cette inégalité a aussi pour effet de faire obstacle à l'augmentation du revenu par habitant (44). La politique économique influe sur cette relation : les investissements dans l'éducation ont un plus grand impact sur la croissance dans les pays où l'économie offre aux travailleurs de meilleures perspectives de mettre à profit leur éducation et leurs compétences.

Les ménages de faible niveau d'éducation sont très exposés à la mauvaise santé et à l'invalidité permanente, aux oscillations des prix et du crédit, aux catastrophes naturelles et écologiques. L'éducation aide à amortir de tels chocs en permettant d'avoir un emploi mieux assuré, des revenus plus élevés, et un meilleur accès aux avoirs et au crédit. Les personnes instruites sont généralement en meilleure santé que les personnes sans instruction, même si leurs revenus sont de même ordre (45).



 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |