UNFPAÉtat de la population mondiale 2002
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2002: Comment caractériser la pauvreté
Ètade la population Mondial 2002
Sections
Aperçu général
Comment caractériser la pauvreté
Macroéconomie, pauvreté, population et developpement
Les femmes et l'inégalité entre les sexes
Santé et pauvreté
Le VIH/sida et la pauvreté
Pauvreté et éducation
La population, la pauvreté et les objectifs mondiaux de développement
Notes
Sources des ancadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableau

Comment caractériser la pauvreté

Aperçu général
Les nombreuses dimensions de la pauvreté
Des causes entremêlées
Mesurer la pauvrté

Aperçu général

IL Y A PLUSIERS SORTES DE PAURETÉ Le revenu est le moyen habituel de mesurer la pauvreté, mais la pauvreté a de nombreuses dimensions. Les pauvres sont privés de services, de ressources et de perspectives autant que d'argent. Leurs ressources limitées sont déployées de manière inefficace. L'énergie, l'eau, les vivres, tout leur coûte davantage par unité de consommation : paradoxalement, la pauvreté coûte cher aux pauvres.

La santé, l'éducation, les relations entre les sexes et le degré d'inclusion sociale sont autant de facteurs qui promeuvent ou réduisent le bien-être de chaque individu et aident à déterminer la prévalence de la pauvreté. Pour échapper à la pauvreté, il faut améliorer les capacités individuelles et élargir l'accès à un large éventail de ressources, d'institutions et de mécanismes d'appui.

La croissance économique ne mettra pas par elle-même fin à la pauvreté. Les hypothèses que la richesse va " ruisseler goutte à goutte " jusqu'aux pauvres, ou que " la marée montante soulève tous les bateaux " sont sans doute plaisantes à croire, mais elles ne correspondent pas toujours à l'expérience, surtout dans les pays les plus pauvres et parmi les groupes les plus pauvres. Pour mettre fin à l'extrême pauvreté, il faut s'y appliquer avec détermination et prendre des mesures spécifiques.

Tableau 1: Nombre de personnes vivant avec moins d'un dollar par jour
(sur la base de la parité du pouvoir d'achat en 1993))

19871998
%millions%millions
Asie de l'Est 26.6417.514.7267.1
Europe orientale/Asie centrale 0.21.13.717.6
Amérique latine/Caraïbes 15.363.712.160.7
Moyen-Orient/Afr. du Nord 4.39.32.16.0
Asie du Sud 44.9474.440.0521.8
Afrique subsaharienne 46.6217.248.1301.6
Source : Banque mondiale

LA PAUVRETÉ MONÉTAIRE L'économie mondiale n'a cessé de grandir au cours des trois dernières décennies, mais des améliorations considérables peuvent dissimuler d'importantes différences de région à région, de pays à pays ou à l'intérieur d'un même pays. Par exemple, la réduction estimative de la pauvreté au niveau mondial résulte en grande partie de la croissance économique de la Chine. La pauvreté monétaire persiste et, en bien des endroits, s'aggrave.

Sur la base des dépenses, la proportion de la population des pays en développement disposant de moins d'un dollar par jour est tombée de 28,3 % en 1987 à 23,4 % en 1998. Ces pourcentages reflètent la croissance démographique, mais les chiffres absolus sont demeurés relativement stables (1,2 milliard environ).

La réduction de la pauvreté a été inégale selon les régions (tableau 1). Les réductions les plus spectaculaires se sont situées dans l'Asie de l'Est, surtout en Chine. L'aggravation la plus spectaculaire s'est située en Europe de l'Est et en Asie centrale. Le nombre net des pauvres a augmenté en Asie du Sud et en Afrique. Une modeste réduction de la pauvreté a été enregistrée dans le Moyen- Orient et en Amérique latine.

Le concept de pauvreté monétaire a récemment été élargi et englobe désormais la vulnérabilité économique, expression qui définit la situation des ménages ou des individus relégués dans un état de pauvreté chronique par des périodes momentanées de chômage, la mauvaise santé ou d'autres malheurs.

Diagramme 1 : Revenu par habitant, par région, 1975-1995
(En dollars des États-Unis,1990 U.S.)

Click here to enlarge image

Click here to enlarge image

Source: Données réunis par l'Institut national de la santé publique et de l'environnement (RIVM),(Pays-Bas), provenant de la Banque mondials et de l'ONU.

L'INÉGALITÉ DE REVENU Sans prendre ici en considération les manquements aux droits de l'homme, à la justice et à l'équité, l'inégalité entre les nations et à l'intérieur d'une seule nation contribue à fomenter des troubles politiques et détermine des courants de migration à la recherche de conditions plus favorables (1). Elle retentit aussi sur le niveau général de la santé publique. L'espérance de vie est plus basse dans les sociétés où l'inégalité est plus marquée. Aussi bien le volume des ressources disponibles que l'équité de leur répartition contribuent à la santé du corps social.

Selon la plupart des critères retenus, l'écart entre riches et pauvres, au niveau mondial comme à l'intérieur des pays, a augmenté. (2). Le ratio du revenu par habitant entre le quintile le plus riche et le quintile le plus pauvre dans le monde était de 30 à 1 en 1960; il a fait un bond jusqu'à 78 à 1 en 1994 pour retomber légèrement à 74 à 1 en 1999 (3).

AUTRES DIMENSIONS Il faut faire une distinction entre le manque de revenu et le manque de capacité (4). Les pauvres ressentent de manière aiguë leur impuissance et leur insécurité, leur vulnérabilité et leur manque de dignité. Au lieu de prendre des décisions pour eux-mêmes, ils sont soumis aux décisions d'autrui dans presque tous les aspects de leur vie. Leur manque d'éducation et de compétences techniques leur interdit de s'élever. La mauvaise santé peut avoir pour conséquence qu'ils n'occupent que des emplois irréguliers et mal payés. Leur pauvreté même leur interdit les moyens d'échapper à la pauvreté. Quand les pauvres essaient de couvrir même leurs besoins élémentaires, ils se heurtent à des obstacles persistants, économiques ou sociaux, inflexibles ou imprévisibles, imposés par la loi ou la coutume. La violence est une menace toujours présente, surtout pour les femmes.

Les plus pauvres utilisent les ressources à leur disposition, et leur considérable esprit de ressource, dans la lutte pour la survie.

 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |