UNFPAÉtat de la population mondiale 2002
Back to Main Menu
HOME: ÈTAT DE LA POPULATION MONDIAL 2002: Aperçu général
State of World Population
Sections
Aperçu général
Comment caractériser la pauvreté
Macroéconomie, pauvreté, population et developpement
Les femmes et l'inégalité entre les sexes
Santé et pauvreté
Le VIH/sida et la pauvreté
Pauvreté et éducation
La population, la pauvreté et les objectifs mondiaux de développement
Notes
Sources des ancadrés
Indicateurs
Diagrammes et tableau

Aperçu général

Introduction
La population, le développement et les objectifs de développement pour leMillénaire
Autres questions clefs
Comment atteidre les objectifs en matière d'élimination de la pauvreté

La population, le développement et les objectifs de développement pour le Millénaire

La communauté internationale s'est engagée à atteindre un objectif ambitieux : diminuer de moitié d'ici 2015 le nombre de personnes vivant dans une pauvreté absolue. Pour atteindre les huit objectifs de développement pour le Millénaire (voir encadré page suivante), les dirigeants du monde ont adopté une série de buts spécifiques et détaillés en matière d'espérance de vie (qui est un indicateur de la santé), d'éducation, de logement, d'égalité entre les sexes, d'ouverture des échanges, et de protection de l'environnement.

Les nouveaux objectifs reconnaissent que la pauvreté touche à la dignité, aux perspectives et au choix aussi bien qu'au revenu. Échapper à la pauvreté n'est pas un acte strictement individuel. Il y faut aussi le soutien des institutions - famille, État, société civile, secteur privé, communautés locales et organisations culturelles -, l'environnement politique, économique et social que créent ces institutions, ainsi que les possibilités qu'elles offrent.

L'effort le plus ambitieux entrepris dans toute l'histoire de l'humanité au service du bien-être des humains doit avoir valeur d'inspiration, mais ne peut se concrétiser indépendamment de certaines considérations pratiques.

La première condition du succès est le respect de la souveraineté nationale : chaque pays décidera quels sont ses propres besoins. La culture et l'histoire nationales, ainsi que des décennies d'expérience de la coopération internationale, détermineront la forme que prendra l'action pratique.

Deuxièmement, les objectifs de développement pour le Millénaire se renforcent mutuellement; tous sont des priorités et il faut agir dans chaque domaine simultanément. Ils représentent une sélection des recommandations faites par les conférences internationales des années 90, dont les analyses et les plans d'action n'ont rien perdu de leur actualité.

Troisièmement, l'action au service d'objectifs spécifiques n'exclut pas et peut même exiger que l'on intervienne sur d'autres plans. Il s'agit notamment de l'allégement de la dette, des régimes commerciaux et des accords d'investissement, aussi bien que de l'assistance au développement.

Enfin, le succès suppose un engagement de tous les pays, et du secteur privé aussi bien que du secteur public.

2 LES PROGRAMMES DE PLANIFICATION FAMILIALE DONNENT DES RÉSULTATS

Les programmes de planification familiale et l'assistance aux problèmes de population encouragent une baisse de la fécondité. Ils sont responsables de près d'un tiers du recul de la fécondité au niveau mondial entre 1972 et 1994, ce qui les classe bien avant divers autres facteurs : contribution de l'éducation, part de l'agriculture dans l'emploi, PIB par habitant, proportion de la population vivant dans les zones urbaines, et niveaux nutritionnels. Les effets de ces programmes sur la fécondité ont été particulièrement marqués en Asie (où il faut leur imputer plus des deux tiers du recul), moyens en Amérique latine et dans les États arabes, et faibles en Afrique.

Les effets sur la fécondité non désirée sont encore plus clairs. D'après certaines analyses, les programmes de population sont à l'origine de 40 à 50 % du changement. Les programmes réduisent la fécondité non désirée en rendant accessibles les services de santé en matière de reproduction et en faisant intervenir les organisations non gouvernementales (ONG) et le secteur privé. L'accès universel à ces services permettrait aux femmes et à leurs partenaires de n'avoir que le nombre d'enfants désiré; les comparaisons entre pays indiquent que seule l'absence d'accès universel fait une différence, qui peut aller jusqu'à un tiers, dans le taux actuel d'utilisation des contraceptifs.

L'éducation, l'information et la communication sont des facteurs importants du succès des programme de population. ne meilleure information rend possible et acceptable, pour les communautés et les familles, d'examiner toutes sortes de problèmes liés à la santé en matière de reproduction et d'agir en conséquence : moyens de réduire la mortalité maternelle et infantile (nourrissons et jeunes enfants) et de prévenir les naissances non planifiées; d'encourager la discussion et une prise de décisions commune par les femmes et leurs partenaires; de libérer les femmes pour qu'elles participent plus largement à la société; et de réduire l'opprobre lié au VIH/sida, ainsi que d'en affronter la menace.

La poursuite des progrès dépend de la poursuite de l'investissement, tant interne qu'externe. Depuis 1969, le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a été la principale source multilatérale d'aide en matière de population, fournissant aux programmes de population environ 6 milliards de dollars. Source

La grande série des conférences internationales des années 90 a élaboré un agenda d'action sociale contre la pauvreté, centré sur les individus des deux sexes. Leur but majeur était d'améliorer la santé et l'éducation, entendues à la fois comme objectifs individuels et comme biens publics.

Dans le domaine de la santé, la récente initiative de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de la Banque mondiale concernant la santé et la macroéconomie soutient vigoureusement cet agenda, centrant l'attention sur la lutte contre le paludisme, la tuberculose et le VIH/sida, aussi bien que contre d'autres maladies infectieuses ou causées par l'environnement (5).

Dans le domaine de la population, la CIPD (1994) a faite sienne la large définition positive de la santé, proposée par l'OMS, comme " n'étant pas simplement l'absence de maladie ou d'infirmité ", mais " un état de complet bien-être physique, mental et social " (6), et a convenu que le droit de la personne à la santé comprend le droit à la santé en matière de reproduction. La Conférence a également fait siens les objectifs de l'éducation pour tous et de l'élimination de l'écart entre les sexes dans l'éducation. Le consensus international, avant et après la CIPD, reconnaît explicitement l'importance des tendances démographiques - croissance démographique, répartition géographique de la population et ses mouvements, structure d'âge, fécondité et mortalité - pour tous les aspects du développement.

Une attention accrue a été portée aux points où sont rassemblés de nombreux groupes de réfugiés ou de personnes déplacées. Les catastrophes naturelles, les conflits et les bouleversements sociaux ont placé des millions de personnes hors de l'atteinte d'institutions ou de systèmes de gouvernance en état de fonctionnement. Les situations d'urgence peuvent être à court ou à long terme. Fournir des services immédiats, déployer des efforts en faveur du développement durable et donner les moyens d'une réinstallation définitive, tout cela constitue une importante contribution à la lutte contre la pauvreté. Le progrès vers la réalisation des MDG ne doit pas exclure les individus qui se trouvent dans une situation aussi désespérée.

Les vues partagées de la communauté internationale sur la population ont été affirmées et répétées7 si souvent que leur impact démographique est souvent considéré comme allant de soi. Les décideurs font entrer en toute certitude dans leurs plans des hypothèses démographiques - par exemple, sur le recul de la fécondité. Mais les bons résultats en démographie dépendent de bonnes politiques, qui sont elles-mêmes fondées sur de bonnes données. Le succès suppose avant tout que les individus et les couples auront les moyens de faire des choix libres.

SANTE EN MATIÈRE DE REPRODUCTION, PLANIFICATION FAMILIALE ET ACTION SUR LES PROBLEMES DE POPULATION
FONT AVANCER LA RÉALISATION DES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT POUR LE MILLÉNAIRE

   Objectif 1: Èliminer l'extrême pauvreté et la faim
  • La planification familiale librement acceptée peut aider chacun à avoir autant ou aussi peu d'enfants qu'il le souhaite et à décider du moment de leur naissance
  • La réduction de la fécondité ouvre le "créneau démographique", occasion d'un développement économique et social accéléré.
  • Les familles nombreuses dispersent les avoirs de ménages pauvres. Les naissances non désirées approfondissent leur pauvreté.
  • Les familles peu nombreuses sont en mesure d'investir davantage dans la santé et l'éducation de chaque enfant.
  • L'amélioration des données sur la population et ses besoins facilitera l'élaboration des politiques et le ciblage des programmes de développement - et rendra plus strict l'exercice des responsabilités.
  • La migration entre les pays et à l'intérieur de chaque pays peut apporter des avantages et poser de redoutables problèmes dans les zones tant de départ que d'accueil. Des politiques bien conçues peuvent aider à maximiser les avantages pour les communautés et les individus pauvres.
  • Un meilleur espacement des naissances a pour effet que les enfants se disputent moins les ressources alimentaires au sein de la famille et améliore leur nutrition.


   Objectif 2: Instaurer l'enseignement primaire pour tous

  • Les tentatives faites pour instaurer l'enseignement pour tous ont laissé de côté les enfants pauvres.
  • Dans les familles pauvres qui ont un grand nombre d'enfants, certains ne reçoivent aucune éducation. Pour d'autres, elle peut être retardée, interrompue ou raccourcie.

  • Dans les familles pauvres, les filles courent un plus grand risque que les garçons d'être privées d'éducation.

  • EPour que l'éducation ne soit pas interrompue, il faut éviter les grossesses non désirées. Le début précoce de l'activité sexuelle aggrave le risque d'abandon scolaire. Dans l'Afrique subsaharienne, de 8 à 25 % des abandons scolaires sont dus à une grossesse.

  • Un mariage précoce met fin à la scolarisation des filles


   Objectif 3: Promouvoir l'égalité entre les sexes et affranchir
                     les femmes

  • Le progrès vers l'égalité entre les sexes commence avec les indicateurs d'alphabétisation et d'éducation. Il continue avec les soins de santé, y compris au niveau individuel, et avec le contrôle librement assumé de la fécondité. Il est important que les familles et les sociétés acceptent un élargissement de la participation des femmes à la société, et qu'elles en écartent les obstacles.

  • Filles et femmes ont besoin d'un environnement qui les mette à l'abri de la violence sexiste, y compris sur le chemin de l'école, à l'école et au retour de l'école.


   Objectif 4: R´duire la mortalité infantile

  • Les taux de mortalité des nourrissons et des jeunes enfants sont plus élevés quand les mères sont très jeunes et après des naissances rapprochées.
  • Une haute fécondité limite le volume des soins de santé dispensés aux enfants.
  • Les enfants non désirés sont plus exposés à mourir que les enfants désirés.
  • Le décès de la mère aggrave le risque de décès de ses enfants.


   Objectif 5: Améliorer la santé maternelle

  • Les soins durant la grossesse, pendant et après l'accouchement et les soins obstétricaux d'urgence sauvent la vie de femmes.
  • Plus la grossesse se place de bonne heure dans la vie d'une femme, plus elle présente de dangers. Plus de 100 000 femmes courent chaque année le risque d'une fistule obstétricale, et plus de 2 millions ont déjà enduré l'infirmité permanente et l'opprobre qui en sont la conséquence.
  • Le risque de mortalité et de morbidité maternelles, tout au long de la vie d'une femme, dépend du nombre de ses grossesses et de leur sécurité relative.
  • La planification familiale sauve la vie de femmes. Elle réduit le nombre de grossesses non désirées, d'avortements pratiqués dans des conditions dangereuses et de décès maternels. En affranchissant les femmes, on leur permet de s'attaquer aux conditions qui mettent en danger leur santé et leur vie.


   Objectif 6: Lutter contre le VIH/sida, la tubercolose, la paludisme
                     et d'autres maladies

  • La moitié des nouveaux cas d'infection par le VIH frappent des jeunes. Pour prévenir l'infection, il faut mettre les jeunes en mesure de se protéger des maladies sexuellement transmissibles. Cela recouvre l'enseignement de l'abstinence hors du mariage, de la fidélité dans le mariage et d'un comportement responsable à tout moment, y compris l'utilisation responsable des préservatifs.
  • Les préservatifs masculins et féminins doivent être disponibles chaque fois que nécessaire. Les pays pauvres ont besoin de systèmes qui garantissent une fourniture suffisante de produits de santé en matière de reproduction, et d'un appui pour mettre en place et approvisionner ce système.

  • Des programmes intégrés de santé en matière de reproduction qui répondent à divers besoins tout au long du cycle de vie encourageront à utiliser les services de santé et fourniront de nouvelles occasions de répondre globalement aux besoins de santé. L'évolution des structures d'âge exigera des aménagements à long terme des systèmes de santé.

  • La pandémie a de graves implications pour la réalisation des autres objectifs, notamment les objectifs 1 à 5.


   Objectif 7: Garantier la viabilité écologique

  • La possibilité d'équilibrer l'utilisation des ressources et les impératifs écologiques dépendra essentiellement de la croissance démographique, de la répartition géographique de la population et de ses mouvements, des profils de consommation des ressources et de la gestion des déchets.
  • La croissance rapide des populations rurales pauvres soumet l'environnement local à une énorme tension. Les pauvres ont besoin de technologies pour amoindrir leur ponction sur les ressources. Ils ont aussi besoin de meilleurs services éducatifs et sanitaires, notamment sur le plan de la santé en matière de reproduction, afin d'améliorer leur bien-être et de réduire leur fécondité. Des politiques appropriées limiteront l'exode vers les villes et promouvront une croissance de la population rurale viable à long terme.

  • L'amélioration durable des conditions de vie des habitants des taudis et des bidonvilles dépendra des mesures qui seront prises pour faire face aux taux élevés de croissance urbaine, qui résultent de l'accroissement naturel et de la migration vers les villes.


   Objectif 8: Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

  • Les programmes de population et de santé en matière de reproduction sont restés en retard dans les pays les moins avancés, avec leurs niveaux élevés de mortalité et de fécondité non désirée. Ils bénéficieront principalement d'une aide internationale plus importante et de la remise de la dette, ainsi que des ressources dégagées dans les pays mêmes pour la santé et l'éducation - et de leur emploi efficace. Ces programmes ont besoin de médicaments essentiels à un prix abordable pour traiter le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose, ainsi que d'un approvisionnement garanti en contraceptifs.
  • Entre 2000 et 2015, près d'un milliard et demi de jeunes hommes et femmes entreront dans le groupe d'âge 20-24 ans. Avec des centaines de millions d'adolescents, ils chercheront du travail. S'ils ont des emplois, ils seront le moteur de la croissance économique; s'ils n'en ont pas, ils alimenteront l'instabilité politique.



 Back to top PreviousNext 
      |      Main Menu      |      Press Kit      |      Charts & Graphs      |      Indicators   |