Actualités

Une nouvelle génération de femmes dit: « Pas encore »

13 Mars 2018
Author: UNFPA
Une nouvelle génération de femmes dit: « Pas encore »
Mme Kyae appartient à une nouvelle génération de femmes au Myanmar qui peuvent choisir à quel moment avoir un enfant.© UNFPA Myanmar / Yenny

FALAM, Myanmar –Kyae Nai a 23 ans, elle vit dans dans le nord-ouest du Myanmar, est mariée depuis deux ans et a un jeune enfant. « Je veux un autre enfant », dit-elle. « Mais pas encore.»

Mme Kyae appartient à une nouvelle génération de femmes au Myanmar qui peuvent choisir à quel moment avoir un enfant. Elle ont accès à un large éventail de contraceptifs modernes et à l'information dont elle ont besoin pour décider quelle méthode leur convient le mieux.

De plus, elle font partie d'un mouvement naissant d'autonomisation des femmes, au Myanmar les femmes sont de plus en plus capables d'exercer leur droit à l’autodétermination sur leur corps et leur vie.

« Ma mère a donné naissance à sept enfants », a déclaré Mme Kyae. « J'aurai deux enfants, ou peut-être trois.  Mais pas encore. »

Considérer santé et carrière

« Mon travail et mes revenus sont très importants pour moi. J'attendrai encore quelques années avant d'avoir mon prochain enfant. » © UNFPA Myanmar/Yenny Gamming

Il y a une variété de raisons derrière son choix.

De nombreux professionnels de la santé recommandent l'espacement des naissances - la pratique de retarder la grossesse pour une période de temps après une grossesse. Il a été démontré que l'espacement des naissances réduit les risques pour les mères et les nourrissons. L'Organisation mondiale de la Santé recommande d'attendre au moins 24 mois avant d'essayer de tomber enceinte après un accouchement.

Mais il y a aussi d'autres considérations. Les opportunités de carrière, les contraintes financières, les conditions de vie, la stabilité conjugale et les responsabilités familiales affectent également les choix des femmes.

Mme Kyae travaille dans un hôpital de la ville de Falam, dans l'État Chin au Myanmar, et pour elle, les facteurs les plus importants sont d'ordre professionnel et financier.

« Mon travail et mes revenus sont très importants pour moi. J'apprécie vraiment mon travail, et je ne veux pas abandonner maintenant. Et nous aurons aussi besoin de mon revenu pour l'éducation de nos enfants. J'attendrai encore quelques années avant d'avoir mon prochain enfant », a-t-elle dit.

Choisir un contraceptif

Lorsque Mme Kyae et son mari ont commencé à parler de planification familiale, ils ont découvert une grande variété d'options contraceptives.

« J'ai choisi l'implant », a-t-elle dit, se référant à un contraceptif réversible à action prolongée, qu'elle a reçu de l'hôpital public de Falam, où ces contraceptifs sont procurés à travers l'UNFPA.

La planification familiale volontaire permet à des millions de personnes de prendre le contrôle de leur avenir. © UNFPA Myanmar/Yenny Gamming

Elle n'est pas seule. La planification familiale volontaire a permis à des millions de femmes au Myanmar de décider du nombre d'enfants qu’elles veulent et du moment où les avoir.

Pourtant, 1,4 million de femmes au Myanmar n'ont pas accès à la planification familiale. Parmi les femmes mariées ou en union, 52 pour cent utilisent des contraceptifs modernes, soit moins que la moyenne régionale de 67 pour cent. Seize pour cent des femmes mariées ou en union voudraient espacer ou limiter leurs naissances, mais n'utilisent pas de contraceptifs.

L'UNFPA travaille avec les systèmes de santé pour améliorer l'accès à la planification familiale, même dans les zones reculées. Au cours des quatre dernières années, l'UNFPA a fourni au Myanmar des produits de planification familiale et de santé maternelle et reproductive d'une valeur de plus de 12 millions de dollars et a investi 2,5 millions de dollars dans un nouveau système logistique pour améliorer l'inventaire des contraceptifs dans les zones reculées.

L'UNFPA soutient également la formation en planification familiale pour les professionnels de la santé.

 
la République de l'Union du Myanmar
Population : 53.4 mil
Taux de fertilité
2.2
Ratio de mortalité maternelle
178
Taux de prévalence contraceptive
53
Population âgée de 10 à 24 ans
28%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 48%
Filles 49%