Actualités

Réalisation d'une enquête sociale, démographique et économique en Afghanistan

29 June 2012
Author: UNFPA
Réalisation d
La formation des recenseurs constitue l'une des nombreuses étapes du processus complexe de collecte des données.
PROVINCE DE BÂMIYÂN, Afghanistan --- « Personne n'a jamais effectué d'enquête ici auparavant, et personne n'a conscience du type de défis auquel nous sommes confrontés », déclare Mohammad Ibrahim, agriculteur de la province de Bâmiyân, lors de la phase de dénombrement de la première collecte de données à grande échelle menée à bien en Afghanistan depuis les années 1970.
 
« Je ne sais pas exactement combien de personnes vivent ici. Sûrement beaucoup », ajoute M. Ibrahim.
De toute évidence, « beaucoup » ne constitue pas une donnée suffisante permettant de planifier la construction d'écoles, de dispensaires, de routes et autres infrastructures.
 
Mais les réponses sont à présent plus claires : les résultats de la première enquête sociale, démographique et économique (ESDE) menée dans une province afghane ont été publiés, contribuant ainsi à une meilleure compréhension des défis auxquels la province est confrontée, en termes de structure démographique, de logement, d'infrastructures, etc.
 

L'ESDE est la plus grande opération de recueil de données réalisée en Afghanistan en plus de 30 ans. Photo : Lorenzo Tugnoli

Après une longue phase de préparation, l'Organisation centrale de statistiques (Central Statistics Organization, CSO) d'Afghanistan, avec le soutien technique de l'UNFPA, le soutien financier du gouvernement japonais et une contribution du gouvernement danois au processus de cartographie, a engagé la réalisation d'une enquête à grande échelle, la province de Bâmiyân étant la première province concernée.

« Cette activité est une étape importante dans l'histoire des statistiques en Afghanistan, dans la mesure où il s'agit de la première opération de collecte de données à grande échelle effectuée depuis le recensement de la population de 1979 », explique M. Ghafoori, président de la CSO, lors de la conférence de presse de publication des résultats de l'enquête. En raison de problèmes liés à la sécurité, le recensement de 1979 n'avait porté que sur les deux tiers du territoire.

Demande croissante en données fiables

Pendant près de trente ans, la population afghane a lutté pour survivre à toute une série de problèmes d'ordre social, politique, économique et sanitaire. Disposer de données fiables s'est avéré être un véritable défi du fait de l'inaccessibilité et de l'insécurité de certaines régions. Le manque de données démographiques fiables et actuelles s'est rajouté à la liste des obstacles à la planification du développement en Afghanistan.

L'accord de Bonn de 2001 a souligné l'importance de mener un recensement en Afghanistan. Cette nécessité s'est encore accrue avec la mise en place d'un nouveau gouvernement et l'avancée vers une normalisation de la gouvernance au quotidien. Tentative a été faite d'effectuer un recensement national en août 2008, mais la dégradation des conditions de sécurité a contraint le gouvernement à le remettre à plus tard.

De par la demande croissante en données, un groupe d'experts en recensement s'est réuni à Istanbul en août 2010 afin de discuter des possibilités de mener un recensement en profondeur sur le territoire afghan. Ils ont convenu que la seule option viable, au vu de la situation, était de réaliser un recensement province par province.

En 2011, l'office des statistiques a conceptualisé l'ESDE, en mettant l'accent sur la collecte de données socio-démographiques et économiques au niveau du district, province par province. Les conditions de sécurité y étant relativement correctes, Bâmiyân a été la première province à mener une enquête d'une telle envergure.

Une foule d'indicateurs utiles

La réussite du projet implique la coopération de tout un chacun. Photo : Lorenzo Tugnoli

L'enquête fournit d'importants indicateurs socio-démographiques et économiques à des fins de développement durable de la province. Le dénombrement de la population par sexe et âge, niveaux d'éducation, mortalité, taux d'emploi, sources d'eau potable, sources d'énergie pour la cuisine, le chauffage et l'éclairage, matériaux utilisés pour la construction des toits, murs et sols, et autres caractéristiques relatives au logement et aux ménages permet de recueillir des données fondamentales afin de répondre aux problèmes et aux opportunités. En disposant de données précises, les autorités locales et nationales seront alors en mesure de découvrir les priorités des habitants de la province de Bâmiyân et de combler les principales lacunes identifiées.

“Ces données nous montreront ce dont nous avons besoin. Nous connaissons le nombre d'enfants inscrits à l'école mais nous ne savons pas combien d'entre eux ne vont pas à l'école, » souligne Dr. Habiba Sorabi, gouverneur de la province de Bâmiyân et fervent défenseur de l'enquête.

« Il est impossible de savoir où nous allons si nous ne savons pas où nous sommes, » déclare Jose-Miguel Guzman, responsable du service Population et développement de l'UNFPA. « Sans données fiables, la planification du développement s'effectue dans le vide. Pour les pays en transition, comme l'Afghanistan, il existe de sérieux risques, mais également de formidables opportunités. Connaître la nature et les évolutions de la population aide à minimiser ces risques et à optimiser les opportunités. »

La cartographie est l'une des principales étapes du processus. Photo : Lorenzo Tugnoli

Cartographie de la région

Le projet ESDE a été lancé le 3 août 2011 dans la province de Bâmiyân avec la cartographie et l'inscription de la région.

« Nous nous rendons dans un village qui nous a été affecté et y rencontrons les personnes âgées. Avec l'aide des personnes âgées de la communauté, nous nous familiarisons avec le village et commençons à tracer les contours de la région et à attribuer un numéro à chaque établissement, institution et maison, » précise Atiqullah, l'un des cartographes de la CSO qui a élaboré des croquis pour chaque région soumise à enquête.

Le processus de cartographie constitue l'une des premières phases et l'une des phases les plus critiques de l'enquête. Les cartes orientent les recenseurs dans la région qui leur a été affectée, ces derniers ayant ainsi connaissance des limites de leur mission, ce qui permet d'éviter les doublons et de passer à côté de certains foyers.

Recrutement et formation des recenseurs

Une fois les cartes élaborées par les cartographes, les recenseurs disposaient de l'équipement nécessaire pour débuter leurs travaux. Plus de 500 résidents des six districts et du centre provincial de la province de Bâmiyân ont été recrutés en tant que recenseurs et inspecteurs pour l'enquête sociale, démographique et économique, dont environ 100 femmes. Le programme de formation de deux semaines comportait un guide détaillé de l'objectif et des utilisations de l'enquête sociale, démographique et économique afin que les recenseurs et inspecteurs soient à même de répondre aux questions des personnes interrogées et de la communauté.

Cette opération a créé de nouveaux emplois pour les femmes afghanes. Photo : Lorenzo Tugnoli

Suivi de la qualité

Dans un souci de qualité et de crédibilité des données finales, des contrôleurs indépendants ont été engagés afin de contrôler le champ d'application de l'enquête ainsi que le processus de traitement des données. Deux centres de traitement des données ont été mis en place dans le centre de Bâmiyân et à Kaboul afin d'assurer le traitement des formulaires d'enquête. Le traitement des données a impliqué la vérification manuelle des formulaires, la saisie des données, et enfin le nettoyage de la base de données finale afin de garantir la mise à disposition d'un ensemble de données fiables à des fins d'analyse puis de diffusion. Après six mois de traitement des données, les résultats sont à présent disponibles.

L'enquête a été exigeante d'un point de vue physique. Comme le fait remarquer Zia Gul, l'une des enquêtrices de la CSO, « Nous marchions pendant trois à quatre heures dans des régions montagneuses afin de rejoindre un village sans savoir si le chef de famille serait ou non présent. En cas d'absence de ce dernier, nous y retournions le lendemain. »

Les conditions de sécurité et les régions montagneuses sur la plupart du territoire afghan ont constitué des obstacles majeurs au déploiement de l'ESDE. Un autre défi important consiste à obtenir l'appui de la communauté. Sans l'appui et la compréhension des leaders locaux, la réussite du projet peut être compromise.

Soutien de l'UNFPA

Le partenariat à long terme entre l'Organisation centrale de statistiques et l'UNFPA a clarifié le rôle de l'Organisation en tant qu'agence nationale responsable de la collecte, du traitement, du stockage et de la diffusion de données démographiques fiables. L'UNFPA travaille également en collaboration avec le gouvernement afghan afin de mobiliser des fonds supplémentaires. En 2012, grâce à un accord conclu avec le gouvernement japonais, plus de 11 millions de dollars ont été alloués au déploiement de l'ESDE dans les provinces de Ghôr et Deykandi, dans le but de contribuer à l'objectif de déploiement à l'ensemble des 34 provinces prévu pour 2014.

« L'UNFPA est ravi de constater la réalisation de la première enquête sociale, démographique et économique et accompagne l'Organisation centrale de statistiques afghane dans sa poursuite de l'ESDE dans l'ensemble des provinces pour que ces données puissent être disponibles pour le développement durable du pays, » indique Dr. Laurent Zessler, représentant de l'UNFPA en Afghanistan
 

République islamique d'Afghanistan
Population : 33.4 mil
Taux de fertilité
4.2
Ratio de mortalité maternelle
396
Taux de prévalence contraceptive
25
Population âgée de 10 à 24 ans
35%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 62%
Filles 35%