Égalité des sexes

Informations générales

L’égalité des sexes constitue un droit fondamental. Les femmes ont en effet le droit de vivre dans la dignité, à l’abri du besoin et de la peur. C’est également une condition indispensable au développement et à la réduction de la pauvreté, car l’autonomisation des femmes et des filles contribue à la santé et à la productivité des familles et des communautés et améliore les perspectives des générations futures.
Il ne fait aucun doute que l’autonomisation des femmes est essentielle pour réduire la pauvreté, favoriser le développement et relever les défis les plus urgents au niveau mondial. Pourtant, l’égalité des sexes reste une promesse non tenue.
Depuis plus de 30 ans, l’UNFPA milite en faveur des femmes et des filles, encourage les réformes juridiques et politiques ainsi que la collecte de données ventilées par sexe et soutient des initiatives visant à améliorer la santé des femmes et à élargir leurs choix de vie.

Autonomiser les femmes

Malgré les nombreux accords internationaux qui reconnaissent leurs droits fondamentaux, les femmes restent bien plus exposées que les hommes à la pauvreté et à l’illettrisme. Elles ont moins facilement accès à la propriété, au crédit, à la formation et à l’emploi. De plus, elles ont beaucoup moins de chances que les hommes d’exercer une activité politique mais sont bien plus susceptibles d’être victimes de violence familiale.

L’égalité des sexes ne pourra être atteinte que lorsque les hommes et les femmes auront les mêmes chances, les mêmes droits et les mêmes obligations dans tous les domaines. Cela suppose une répartition équitable du pouvoir et de l’influence ainsi qu’une égalité des chances en matière d’indépendance financière, d’éducation et de réalisation de leurs ambitions personnelles.

En outre, l’égalité des sexes passe par l’autonomisation des femmes et implique d’identifier et de corriger les déséquilibres des rapports de force et de donner plus d’autonomie aux femmes pour prendre leur vie en main. Lorsqu’une femme gagne en autonomie, toute sa famille en bénéficie, et cela se répercute souvent sur les générations futures.

Les retombées positives de l’égalité des sexes touchent non seulement les femmes, mais aussi leurs familles et leurs communautés. Une femme hmong dans le village de Sin Chai, au Viet Nam. © UN Photo/Kibae Park

Prendre des mesures

Les rôles joués par les hommes et les femmes dans la société ne sont pas déterminés par des facteurs biologiques, mais sociaux. Ils sont en outre fluctuants et variables. Bien qu’ils soient parfois justifiés comme étant imposés par la culture ou la religion, ces rôles varient considérablement d’une localité à l’autre et évoluent au fil du temps. Les initiatives visant à favoriser l’autonomisation des femmes doivent veiller au respect des considérations culturelles, mais également à la défense des droits des femmes.

Pour mieux encourager l’égalité des sexes, il faut également être conscient que les femmes peuvent être très différentes du point de vue du rôle qu’elles jouent mais également de leur âge, de leur statut social, de leur situation géographique et de leur niveau d’études. Leur cadre de vie et les choix qui s’offrent à elles sont très variables.

L’UNFPAcherche à répondre aux besoins des personnes les plus marginalisées et les plus vulnérables, à savoir les adolescentes, les personnes handicapées, les populations autochtones, les migrants, les femmes réfugiées, les femmes chefs de famille et les personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté. En 2013, le Fonds a soutenu des lois, des réformes politiques et des évolutions en faveur de l’égalité des sexes dans plus de 40 pays.

On oublie souvent l’importance d’un outil essentiel en faveur de l’égalité des sexes : la collecte de données ventilées par sexe et par âge, qui permet de suivre les progrès réalisés et de repérer les régions où la situation reste précaire. L’UNFPA collabore donc avec les pays en vue de renforcer leurs capacités en matière de collecte et d’analyse de données.

Principaux enjeux

On sait par expérience que la défense de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes nécessite des interventions stratégiques à tous les niveaux de la conception de programmes et de l’élaboration de politiques. Les principaux enjeux sont les suivants :

Santé reproductive : la possibilité pour les femmes de maîtriser leur fécondité est un élément essentiel de leur autonomisation et de l’égalité des sexes. Quand une femme peut planifier sa famille, elle peut prendre sa vie en main. La protection et la promotion des droits des femmes en matière de reproduction (notamment le droit de décider du nombre, du moment et de l’espacement de leurs grossesses) sont indispensables pour garantir leur liberté de participer à la société plus pleinement et de façon plus équitable.

Par ailleurs, les femmes sont plus vulnérables que les hommes aux problèmes de santé reproductive, à la fois pour des raisons physiologiques et sociales. Les complications liées à la grossesse et à l’accouchement sont en effet la deuxième cause de mortalité chez les femmes en âge de procréer. Ne pas fournir les informations, les services et les conditions permettant aux femmes de protéger leur santé reproductive constitue une discrimination sexiste et une violation des droits de la femme à la santé et à la vie.

Autonomisation économique : parmi les personnes les plus pauvres de la planète, six sur dix sont des femmes. La persistance des disparités économiques s’explique en partie par le fait que le travail non rémunéré revient souvent aux femmes dans les familles et les communautés et que les femmes continuent d’être victimes de discrimination dans le monde économique.

Autonomisation par l’éducation : environ deux tiersdes adultes analphabètes dans le monde sont des femmes. Le manque d’instruction restreint fortement l’accès à l’information et les perspectives d’une femme. À l’inverse, améliorer le niveau d’études des femmes et des filles entraîne des retombées positives à la fois pour elles et pour les générations futures. L’augmentation du niveau d’instruction des femmes va souvent de pair avec une baisse de la mortalité infantile et de la fécondité, mais également de meilleures conditions de vie pour leurs enfants.

Autonomisation politique : l’égalité des sexes ne peut être atteinte sans l’appui et le contrôle des institutions. Malheureusement, trop d’institutions sociales et juridiques ne garantissent toujours pas l’égalité des femmes sur le plan des droits juridiques et des droits fondamentaux de la personne, de l’accès aux ressources et du contrôle de leur utilisation, de l’emploi ou des revenus, ou encore de la participation sociale ou politique. Par ailleurs, les hommes continuent de détenir la majeure partie du pouvoir politique et juridique : à l’échelle mondiale, seuls 22 % des parlementaires sont des femmes. Enfin, il arrive trop souvent que les lois contre la violence familiale ne soient pas appliquées en faveur des femmes.

Mis à jour le 18 novembre 2014

Vidéos sélectionnées