UNFPA - 2008 Rapport Annuel

← Back to homepage

Culture, identité sexuelle et droits humains

Autonomiser les femmes, réduire la pauvreté et concrétiser les droits humains

En Afghanistan, une initiative confessionnelle soutenue par l'UNFPA s'inspire des enseignements de l'Islam et des valeurs culturelles afghanes pour dispenser aux hommes et adolescents afghans un enseignement portant sur la santé et les droits des femmes. Mawlawi Saddiq Muslem, représentant de haut rang de la Cour suprême qui a collaboré avec l'UNFPA pour élaborer le projet, dit que les enseignements religieux peuvent convaincre les hommes de prêter davantage attention à la santé des femmes: "Dans l'Islam, un mariage sain veut dire que la mère est en bonne santé et la famille en bonne santé". Les religieux musulmans qui participent au programme reçoivent une information susceptible de sauver des vies sur la santé reproductive, la violence sexiste et les avantages de l'espacement des naissances.

Avec les possibilités voulues, les femmes sont capables d'améliorer prodigieusement leurs propres santé et bien-être, ainsi que ceux de leurs familles et communautés. Mais une discrimination enracinée de longue date et la violence à l'égard des femmes et des filles, ainsi qu'une mauvaise santé reproductive, réduisent au minimum la contribution des femmes.

L'UNFPA plaide depuis longtemps pour des réformes politiques et juridiques qui permettent aux femmes de vivre dans la dignité et la liberté, à l'abri de la crainte. L'UNFPA promeut les droits, la santé et le bien-être des femmes à travers une approche sensible aux valeurs culturelles qui privilégie les droits humains et la dignité humaine. La programmation du Fonds concernant la violence sexiste, par exemple, reconnaît la nécessité d'agir sur les attitudes culturelles aussi bien que de changer les lois et les politiques. En 2008, le Fonds a fait de grands pas s'agissant de mobiliser les organisations confessionnelles, en tant qu'élément d'une clientèle culturelle plus large, afin de promouvoir l'égalité des sexes et les droits humains.

S'appuyer sur la culture pour instaurer l'égalité des sexes

L'UNFPA fait appel aux attributs positifs que toute culture possède quand il conçoit des stratégies destinées à mettre fin aux pratiques profondément enracinées qui violent les droits des femmes. L'UNFPA collabore avec une gamme étendue d'acteurs, notamment les organisations féminines, les groupes spécialisés dans la défense des droits humains, les parlementaires, les dirigeants religieux et les chefs traditionnels, les organisations confessionnelles et les peuples indigènes, pour concrétiser le Programme d'action de la Conférence internationale sur la population et le développement et les objectifs du Millénaire pour le développement.

Le rapport sur l'Ètat de la population mondiale 2008, Lieux de convergence: culture, genre et droits de la personne, publié par l'UNFPA, a mis l'accent sur la nécessité d'avoir des stratégies de développement qui placent la culture et les considérations culturelles sur un pied d'égalité avec les facteurs politiques et économiques. Selon le rapport, pour faire respecter davantage les droits humains, il est nécessaire de bien apprécier la place centrale de la culture dans une saine définition des politiques. Le rapport affirme que des stratégies de développement sensibles aux valeurs culturelles peuvent réduire les pratiques nuisibles à l'encontre des femmes et promouvoir les droits humains.

Le "supplément jeunesse" de l'Ètat de la population mondiale 2008 de l'UNFPA a montré comment les jeunes influent sur la culture et sont eux-mêmes modelés par elle, dans des domaines tels que les droits humains, l'égalité des sexes et le développement. Ce supplément a plaidé pour des programmes de développement qui aident les jeunes à maximiser leurs perspectives d'avenir.

Points saillants

Les consultations de l'UNFPA avec des organisations confessionnelles dans le monde entier ont conduit à la création du premier Réseau mondial interconfessionnel sur la population et le développement. Ce réseau a été lancé à Istanbul avec la participation de plus de 160 organisations confessionnelles et dirigeants religieux appartenant à toutes les principales fois religieuses et régions du monde. Les membres du réseau ont convenu de travailler ensemble et avec l'UNFPA afin de remplir les promesses de la Conférence internationale sur la population et le développement et des objectifs du Millénaire pour le développement dans des domaines tels que le VIH/sida, la santé maternelle et l'autonomisation des femmes.

L'UNFPA a convoqué la première réunion d'un groupe de travail interorganisations sur les organisations confessionnelles. Ce groupe, qui réunissait 10 organismes des Nations Unies, a examiné les stratégies possibles pour coordonner l'action avec les organisations confessionnelles. L'UNFPA a également appuyé la participation de plusieurs représentants d'organisations confessionnelles à une consultation d'ONUSIDA, au cours de laquelle une large stratégie d'engagement sur les problèmes relatifs au VIH/sida a été élaborée; elle est maintenant placée sous la direction d'ONUSIDA.

Au Forum mondial des organisations confessionnelles, l'UNFPA a lancé Culture Matters: A Legacy of Engaging Faith-Based Organizations. Cette publication montre comment les bureaux de pays de l'UNFPA ont obtenu la participation de plus de 200 organisations confessionnelles au cours de dizaines d'années sur un large éventail de problèmes de population et de développement. Elle résume les enseignements tirés et en offre des implications sur le plan des politiques.

L'UNFPA a produit Training Manual on Culturally Sensitive Approaches to Development Programming afin de soutenir la formation au renforcement des capacités concernant la sensibilité aux valeurs culturelles à l'intention des équipes de pays des Nations Unies au Bangladesh, au Brésil, en Iraq, en Jordanie et en République islamique d'Iran.

En Amérique latine, des représentants des ministères de la santé de plusieurs pays (Bolivie, Èquateur, Guatemala, Honduras et Pérou) et d'organisations non gouvernementales (ONG) ont rencontré des membres du personnel de l'UNFPA afin de renforcer les efforts visant à réduire la mortalité maternelle parmi les femme autochtones.

Autonomiser les femmes et les filles

L'UNFPA considère l'égalité des sexes comme une préoccupation vitale de toutes les organisations et de tous les gouvernements. Dans la ligne de son Plan stratégique pour 2008-2011, l'UNFPA se préoccupe avant tout de développer la capacité nationale de mettre en œuvre les politiques et d'imposer le respect des lois, l'accent portant sur la promotion et la protection des droits en matière de reproduction et sur la cessation de la violence sexiste.

L'UNFPA fournit une direction au niveau mondial dans l'élaboration de politiques et programmes qui aideront à atteindre l'objectif du Millénaire pour le développement 3, lequel vise à promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Ètant donnée la relation entre égalité des sexes et développement dans son ensemble, l'UNFPA exhorte les nations à maintenir en bonne place sur leur agenda les questions d'égalité des sexes quand elles conçoivent des stratégies pour atteindre les sept autres objectifs du Millénaire pour le développement. L'UNFPA travaille aussi avec ses partenaires à promouvoir des environnements socioculturels qui soient favorables à l'égalité des sexes, à l'autonomisation des femmes et aux droits en matière de reproduction.

Points saillants

L'UNFPA a participé au Réseau interorganisations sur les femmes et l'égalité des sexes. Ce réseau, qui réunit des institutions, fonds et programmes des Nations Unies, est centré sur les problèmes sexospécifiques et promeut l'égalité des sexes dans l'ensemble du système des Nations Unies. En tant que coprésident de l'Equipe de travail de ce réseau chargée de la violence à l'égard des femmes, l'UNFPA a lancé une programmation multisectorielle conjointe sur la violence à l'égard des femmes dans 10 pays pilotes, rapprochant les équipes de pays des Nations Unies, les gouvernements et la société civile.

Strategy and Framework of Action for Addressing Gender-Based Violence: 2008-2011 , document de l'UNFPA, a joué un rôle déterminant s'agissant de diriger l'activité relative à ce problème majeur de santé et des droits humains en 2008.

L'UNFPA a continué d'évaluer les progrès que ses bureaux de pays ont réalisés en matière d'égalité des sexes et d'autonomisation des femmes. L'activité et les progrès du Fonds à cet égard apparaissent bien dans Strategic Framework on Gender Mainstreaming and Women's Empowerment 2008-2011, document qui énonce les objectifs du Fonds s'agissant d'autonomiser les femmes et d'intégrer les problèmes sexospécifiques dans la programmation. Des études de cas nationales sur ces progrès sont aussi reflétées dans la brochure intitulée Gender Snapshot: UNFPA Programming at Work.

Le Programme commun et le Fonds d'affectation spéciale UNFPA-UNICEF, lancés en 2008, ont persuadé les gouvernements de promettre de s'engager davantage dans l'abandon accéléré de la mutilation/coupure génitale féminine en l'espace d'une génération. De ce fait, des représentants gouvernementaux de haut niveau à Djibouti, en Èthiopie, en Guinée, en Guinée-Bissau et au Kenya ont lancé l'initiative dans leurs pays respectifs. D'autres pays, comme l'Ègypte, le Sénégal et le Soudan, ont créé ou renforcé des mécanismes nationaux pour appuyer l'abandon accéléré de ces pratiques.

Ègalement par l'entremise du Programme commun et du Fonds d'affectation spéciale UNFPA-UNICEF, des réseaux de parlementaires, de dirigeants religieux, d'ONG, de la société civile et des médias ont été créés afin de plaider pour l'abandon de la mutilation/coupure génitale féminine. Au titre de cette initiative, 17 pays africains s'efforceront de réduire ces pratiques dans une proportion de 40 % d'ici à 2012.

L'UNFPA a participé à la cinquante-deuxième session de la Commission de la condition de la femme, qui a mis l'accent sur le financement pour la cause de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes. La Directrice exécutive de l'UNFPA, Thoraya Ahmed Obaid, a pris la parole au lancement de la campagne du Secrétaire général Ban Ki-moon, "S'unir pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes". L'UNFPA a également publié Technical Report of Global Consultation on Female Genital Mutilation/Cutting, qui résume les délibérations de la consultation mondiale sur ce problème et offre d'importants enseignements et approches susceptibles de conduire à l'abandon de la pratique.

Avec l'Institut international de recherche et de formation pour la promotion de la femme, l'UNFPA a mis à jour un cours d'enseignement à distance, Gender Mainstreaming: Taking Action, Getting Results. Ce cours offre à ceux qui le suivent une compréhension de ce que sont l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes dans un cadre de droits humains. L'UNFPA, en partenariat avec l'UNICEF, le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM) et le Programme des Nations Unies pour le développement, a mis au point l'Inter-Agency E-Learning Course on Gender, le premier de ce genre à servir les quatre organismes.

Au titre de son Cadre stratégique sur l'intégration de l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, l'UNFPA a vu dans l'engagement des hommes et des garçons l'une de ses six priorités stratégiques. L'expérience a montré que les hommes peuvent jouer un rôle positif s'agissant de consolider l'égalité des sexes et d'améliorer la santé des hommes et des femmes.

L'appartenance du Fonds au Comité directeur de la MenEngage Alliance, partenariat mondial d'ONG et d'organismes des Nations Unies qui cherche à faire participer garçons et hommes aux efforts en vue d'instaurer l'égalité des sexes, atteste l'importance de faire participer hommes et garçons par l'entremise de la programmation de l'UNFPA concernant l'égalité des sexes.

La Directrice exécutive de l'UNFPA, Thoraya Ahmed Obaid, est devenue l'une des plus de 100 "porteurs de torche" chargés de promouvoir l'objectif du Millénaire pour le développement 3 sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Les titulaires de cette distinction comprennent des représentants de gouvernements, du secteur privé et d'organisations internationales, et ils font désormais partie du Réseau OMD3, qui vise à rendre le monde plus attentif à l'objectif et à l'importance que revêt l'autonomisation économique des femmes.

Promouvoir les droits humains

La Directrice exécutive de l'UNFPA, Thoraya Ahmed Obaid (à gauche), reçoit en mai d'Ulla Tørnæs, Ministre danoise pour la coopération au développement, la torche de Champion de l'OMD 3. La Directrice exécutive a appelé l'attention sur l'attachement du Fonds à l'objectif du Millénaire pour le développement 3, qui promeut l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

L'UNFPA s'efforce d'appliquer universellement les normes reconnues en matière de droits humains à tous les aspects de son action. Le Programme d'action de la Conférence internationale sur la population et le développement, qui souligne le droit de chaque femme et de chaque homme à jouir de droits égaux et d'une protection égale dans les programmes de population et de développement, guide l'activité du Fonds. Pour élargir les droits humains et en imposer le respect au bénéfice des femmes et des filles, le Fonds agit de concert avec des parties qui vont des gouvernements aux dirigeants locaux.

Points saillants

L'UNFPA a achevé la mise en place d'un ensemble complet de formation qui lui permettra d'aider les gouvernements et la société civile à promouvoir les droits humains à travers sa programmation, résultat d'une collaboration étendue avec des universités, des avocats des droits humains et les bureaux de pays de l'UNFPA. Le Fonds a œuvré de concert avec quatre centres régionaux de droits humains afin de faciliter le transfert de connaissances.

À un groupe de discussion de haut niveau sur le soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits humains, l'UNFPA a présenté UNFPA at Work: Six Human Rights Case Studies, qui a mis en lumière des initiatives nationales visant à promouvoir et protéger les droits humains, notamment dans les domaines de l'égalité des sexes, de l'autonomisation des femmes et de la culture.

L'UNFPA a appuyé Women on the Frontline, série de sept documentaires qui enquêtent sur la violence sexiste. Ces documentaires d'une demi-heure, diffusés dans le monde entier sur BBC World pendant sept semaines en de très nombreuses langues, ont atteint un chiffre estimatif de 220 millions de ménages.