UNFPA Le UNFPA a l'oeuvre 2001
En arrière à Menu du Principal
 

LES SITUATIONS D’URGENCE

Approvisionnement et appuis dans les situations de crise. Une réponse humanitaire immédiate renforcée par la reconstruction.

Plus de 50 pays ont reçu l’appui de l’UNFPA lors de situations d’urgence depuis 1994. En 2003, le Fonds a fourni une assistance dans le cadre de situations de crises et de programmes de reconstruction de post-conflit aux 34 pays suivants : Afghanistan, Angola, Bosnie, Burundi, Colombie, Congo, Côte d’Ivoire, Érythrée, Équateur, Éthiopie, Ghana, Guinée, Indonésie, Iran, Iraq, Jordanie, Libéria, Madagascar, Malawi, République démocratique du Congo, République-Unie de Tanzanie, Rwanda, Sierra Leone, Somalie, Sri Lanka, Soudan, Swaziland, Syrie, Tchad, Territoire palestinien occupé, Timor-Leste, Turquie, Zambie et Zimbabwe.

Les initiatives d’urgence dans le domaine de la santé en matière de reproduction sont menées en coopération avec les gouvernements, d’autres organismes des Nations Unies et des ONG locales et internationales.

ÉQUIPEMENT ET APPROVISIONNEMENT

En 2003, l’UNFPA a envoyé des trousses d’urgence pour les soins de santé en matière de reproduction d’une valeur de 2,2 millions de dollars à 30 pays et territoires, soit un volume de près du double de celui de 2002, augmentation due en partie à la forte demande avant le conflit en Iraq et durant la crise régionale en Afrique de l’Ouest et en Afrique australe. Les trousses préemballées répondent à des besoins spécifiques : accouchement aseptique, préservatifs pour prévenir la transmission du VIH et les grossesses non désirées, soins pour cas de viol, prévention et traitement des infections sexuellement transmissibles, soins d'après les fausses couches et les avortements pratiqués dans des circonstances dangereuses, césariennes et transfusions sanguines.

  • Du fait des combats au Libéria, les taux de mortalité maternelle et infantile ont atteint des niveaux jamais vus depuis des décennies. L’UNFPA a fourni de l’équipement obstétrique d’urgence, des médicaments et des fournitures médicales aux hôpitaux et aux dispensaires de Monrovia et des environs, dont beaucoup avaient été pillés au cours des violents affrontements.
    .
  • Après le séisme dévastateur qui a frappé la ville de Bam (Iran) en décembre 2003, l’UNFPA a fourni des fonds d’urgence pour acheter du matériel médical et des produits de santé en matière de reproduction. L’UNFPA a ensuite oeuvré avec le gouvernement et l’Association de planification familiale iranienne pour mettre en place des installations sanitaires. Le séisme a fait plus de 40 000 morts, dont plus de la moitié du personnel de santé de la ville, et détruit trois de ses hôpitaux.
    .
  • L’UNFPA a procédé à un exercice de planification d’interventions d’urgence à Quito (Équateur) pour former le bureau de pays et ses partenaires à la préparation de telles interventions en cas de catastrophe naturelle ou de crise causée par l’homme.
En Afghanistan, l’UNFPA a aidé à reconstruire cette école offrant des cours aux femmes mariées. L’école est située sur un terrain du ministère des Affaires féminines.

Photo: William A. Ryan/UNFPA


Déchargement de fournitures médicales à l’Hôpital Al-Ruwaished, dans l’est de la Jordanie, pour venir en aide aux réfugiés iraquiens.

Photo: Omar Gharzeddine/UNFPA


Planification pour l’Iraq et l’Afrique de l’Ouest

Les préparatifs menés avant le conflit en Iraq ont été les plus complets jamais entrepris par l’UNFPA Des fournitures concernant les soins pendant la grossesse, l’accouchement sans risques et les soins obstétriques d’urgence ont été envoyées à l’avance en Iran, en Jordanie, en Syrie et en Turquie, ainsi que des fournitures supplémentaires pour la gestion de la violence sexiste et la prévention des IST et du VIH/sida.

En janvier 2003, l’UNFPA a tenu un atelier de préparation d’urgence à Amman, où a été formulé un plan d’intervention détaillé. En mars, dans l’est de la Jordanie, l’hôpital Al-Ruwaished a reçu un envoi d’équipement, de fournitures et de médicaments d’urgence à l’intention des réfugiés du conflit iraquien. En mai, l’UNFPA a fait parvenir des fournitures éminemment nécessaires dans le nord de l’Iraq, à Mossoul, et une quantité considérable de fournitures supplémentaires en juin à Bagdad pour approvisionner les établissements de santé. Également en juin, l’UNFPA et plusieurs partenaires ont procédé à une évaluation d’urgence de 18 hôpitaux et 30 centres de soins primaires des environs de Bagdad fournissant des services de santé en matière de reproduction et de planification familiale.

Cette approche de la planification d’urgence, depuis le recueil des données jusqu’à l’estimation des besoins de fournitures et la formation de nouveaux partenariats en vue d’interventions efficaces, a été appliquée en 2003 non seulement pour l’Iraq mais également pour l’Afrique de l’Ouest. La survenue de la crise en Côte d’Ivoire et l’intensification du conflit au Libéria ont exigé une riposte régionale, face aux mouvements de population constants. En mai 2003, l’UNFPA a organisé au Ghana un atelier auquel a participé du personnel des bureaux du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Libéria, du Mali et de la Sierra Leone. Ceci a permis d’établir un ensemble d’analyses de situations et d’examiner les activités humanitaires dans chaque pays et a facilité l’intervention de l’UNFPA quand la crise s’est aggravée au Libéria. L’UNFPA a aussi appuyé des activités en faveur de la santé en matière de reproduction dans le cadre des programmes humanitaires en Afrique australe pour le Lesotho, le Malawi, le Swaziland et la Zambie.

RECONSTRUCTION

Le rétablissement et l’amélioration des services de santé en matière de reproduction au lendemain des urgences, catastrophes naturelles ou conflits armés exigent la fourniture soutenue d’une aide humanitaire.

  • Un hôpital moderne a été reconstruit et réaménagé à Kaboul avec l’aide du Gouvernement italien et de l’UNFPA dans un quartier pauvre à forte densité de population comptant un million d’habitants. L’hôpital de Khair Khana a vu sa capacité doubler et a été doté d’une salle d’accouchement aseptique et d’une salle d’opération équipée pour les césariennes.
    .
  • En Sierra Leone, à Freetown, l’UNFPA a continué de soutenir le projet Femmes dans les crises, initiative locale fournissant de l’aide à quelque 400 femmes et filles souvent amenées durant la brutale guerre civile à se livrer à la prostitution pour survivre et exposées de ce fait aux risques du VIH/sida.
    .
  • En République démocratique du Congo et en Sierra Leone, l’UNFPA a appuyé la prévention anti- VIH chez les membres des principales forces de maintien de la paix des Nations Unies ainsi que chez les femmes, les réfugiés et les personnes déplacées. Des activités analogues ont été entreprises en République du Congo et en Éthiopie. Les programmes nationaux de démobilisation ont également bénéficié du soutien de l’UNFPA pour la réinsertion des adolescents ex-combattants dans la vie communautaire.
    .
  • Au Kosovo, en Serbie et au Monténégro, l’UNFPA a élaboré un cadre stratégique pour continuer de relever les défis du développement, en appliquant les leçons dégagées d’années d’intervention humanitaire.
    .
  • In Burundi, l’UNFPA a poursuivi sa coopération avec Cordaid, groupe de secours catholique néerlandais, pour améliorer la qualité des soins de maternité et d’autres services de santé en matière de reproduction dans les établissements existants en formant du personnel infirmier et des sagesfemmes et en assurant la disponibilité de fournitures.
    .
  • L’UNFPA a appuyé un projet rwandais d’atténuation de la pauvreté et de promotion de la santé en matière de reproduction dans les provinces de Cyangugu, Kibuye et Umutara. Ce projet aide les jeunes à surmonter les obstacles à la génération de revenus, plaide en faveur d’une réforme de l’éducation concentrée sur l’alphabétisation, les technologies appropriées et l’entreprenariat et encourage les jeunes à adopter des comportements positifs concernant la procréation et notamment la prévention anti-VIH.

DONNÉES ET ANALYSE

L’UNFPA a procédé à des évaluations rapides de la santé en matière de reproduction et à des évaluations de programmes d’urgence et de post-conflit dans de nombreux pays. Les données et leur analyse permettent d’élaborer des programmes adaptés aux besoins des gens.

  • L’UNFPA a établi une base de données sur les populations déplacées dans la région du Pool qui servira de référence à tous les programmes humanitaires des organismes des Nations Unies.
    .
  • Les adolescents déplacés dans leur pays ont fait l’objet d’une réunion en octobre 2003 consacrée à l’examen de sept projets entrepris au niveau des pays – Burundi, Colombie, Libéria, Territoires palestiniens occupés, République démocratique du Congo, Rwanda et Sierra Leone - financés par le Gouvernement belge et mis en oeuvre par l’UNFPA. Les données de référence ont été recueillies et évaluées en vue de déterminer l’impact des migrations forcées sur l’accès aux informations et aux services en matière de reproduction chez les adolescents.
    .
  • En Sierra Leone, l’UNFPA a procédé à une enquête sur les connaissances, les attitudes et les comportements pour déterminer le niveau de sensibilisation au VIH/sida au sein des forces de maintien de la paix de la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL).

FORMATION ET ÉDUCATION

L’UNFPA soutient les activités d’éducation, de formation et d’accompagnement qui aident les populations vulnérables à accéder aux services dont elles ont besoin pour se protéger des grossesses non désirées, de la violence sexiste, du VIH/sida et des autres IST.

  • En 2003, l’UNFPA a appuyé une formation aux interventions d’urgence dans le domaine de la santé en matière de reproduction en partenariat avec la Women’s Commission for Refugee Women and Children, l’International Refugee Committee (IRC) et l’université Columbia.
    .
  • Les conseils psychologiques donnés aux refugiés nouvellement arrivés à Meheba, dans le nord-ouest de la Zambie, sont l’une des composantes des services de santé en matière de reproduction fournis par la Young Men’s Christian Association (YMCA), avec l’appui de l’UNFPA depuis 1999. Meheba ne compte pas moins de 50 000 réfugiés, venus pour la plupart de l’Angola et de la République démocratique du Congo, mais aussi, en moindre nombre du Rwanda, du Burundi et d’autres pays de la région.
    .
  • Aux fins de renforcer les capacités internes de l’UNFPA, le personnel a participé à New York à des ateliers dans deux domaines clés : la violence sexuelle et sexiste dans les situations d’urgence et la mise en oeuvre du Montage minimal de services initial (MISP) lors des premières phases des crises. Le MISP est un ensemble d’objectifs et d’activités visant à répondre à certaines exigences minimales dans les situations d’urgence.

ACTIVITÉS DE PLAIDOYER ET DE SENSIBILISATION

Outre l’apport d’aide directe, l’UNFPA veille à ce que les questions ayant trait à la santé en matière de reproduction, à l’égalité des sexes et à la population soient prises en compte dans les efforts humanitaires et de relèvement de la communauté internationale, des autorités locales et de la société civile.

  • En octobre 2003, l’UNFPA et l’OMS ont coparrainé une réunion du Groupe de travail interinstitutions sur la santé en matière de reproduction dans les situations d’urgence (IAWG), qui rassemble 50 partenaires humanitaires dont des organismes des Nations Unies, des ONG et des institutions d’enseignement.
    .
  • En 2003, l’UNFPA a lancé « Frontlines : News from the Field » [Lignes de front : nouvelles du terrain], un bulletin d’information électronique consacré aux interventions humanitaires d’urgence.