UNFPA Le FNUAP a l'oeuvre 2001
Back to Main Menu
 

LA PRÉVENTION DU VIH/SIDA
5 millions de nouvelles infections en 2002.
Nos priorités: les jeunes gens, les femmes enceintes et le programme des préservatifs.

Cinq millions de personnes ont été primo-infectées par le VIH en 2002 – environ 14 000 par jour. Le sens de l’urgence s’accrut quand l’infection augmenta parmi les femmes, qu’une pénurie alimentaire s’ajouta à l’épidémie en Afrique du Sud, et que l’épidémie gagna de la vitesse dans d ’autres régions.Ses conséquences continuent à s’aggraver, et il faut s’attendre au pire.Désormais,le VIH/sida est la cause principale de décès en Afrique subsaharienne, et la quatrième maladie meurtrière à l’échelle mondiale. L’UNFPA a augmenté sa capacité de lutte contre le VIH/sida par des mesures prises tant à l’intérieur de l’organisation qu’en collaboration avec plusieurs de ses partenaires.

La quasi-totalité des programmes de santé en matière de reproduction soutenus par l’UNFPA à l’échelle mondiale incluent maintenant des interventions pour prévenir les infections par le VIH/sida. L’accent est mis sur la prévention anti-VIH parmi la jeunesse et les femmes enceintes,et sur les programmes de préservatifs masculins.
Les efforts remarquables du Fonds visant à réduire la propagation des infections sexuel-lement transmissibles n ’ont jamais été plus urgents qu ’à l ’époque du VIH/sida.

Des situations de crise s’ajoutent à cette urgence, comme en Afrique du Sud,où une crise alimentaire simultanée à une épidémie de sida s’est révélée un amalgame meurtrier. Le sida parmi les paysans a affaibli un ravitaillement déjà diminué, et la santé en a pâti encore plus,avec une alimentation incapable de répondre aux besoins de ceux qui vivent avec le VIH/sida. Plus d’enfants encore sont devenus des orphelins, à cause de l’augmentation des décès causés par le sida. L’UNFPA a fourni un approvisionnement en produits d’urgence pour la santé en matière de reproduction et a participé à une réponse coordonnée des Nations Unies.

ACTIVITÉS CONTRE LE VIH/SIDA

L’UNFPA a intensifié son engagement interne en faveur de la prévention contre le VIH,tout en continuant à fournir un encadrement basé sur une expérience qui s ’étend sur des décennies.

  • L’UNFPA a établi une Subdivision pour le VIH/sida à son siège de New York,et engagé un consultant en VIH/sida sur les lieux de travail pour son Office des ressources humaines.

  • Au niveau mondial, l’UNFPA a été désignée en tant qu ’agence de rencontre des Nations Unies pour le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), dans le domaine de la jeunesse et des programmes de préservatifs.

  • Au niveau régional, un poste dédié à un programme de prévention du VIH/sida a été établi dans toutes les équipes de l ’UNFPA pour l ’appui technique aux pays, et les directives stratégiques sur la prévention du VIH ont été mises à jour pour plusieurs régions.

  • Deux évaluations des activités relatives au VIH//sida furent établies, y compris une évaluation thématique interne de l ’UNFPA et une évaluation quinquennale par l ’ONU de l ’ONUSIDA, dont l ’UNFPA est un membre fondateur.

  • La politique de prévention anti--VIH de l ’UNFPA a été diffusée plus largement avec la publication de Strategic Guidance on HIV Prevention (Directives stratégiques pour la prévention du VIH), la série destinée aux fonctionnaires HIV Prevention Now (La prévention anti-VIH à présent) ainsi que An Evaluation of UNFPA Support for Preventing the Spread of HIV/AIDS (Une évaluation du soutien de l’UNFPA pour prévenir la propagation du VIH/sida) (Evaluation Report #19) (Rapport d ’évaluation n °19).

ÉDUCATION ET ACTIVITÉS DE PLAIDOYER

« Vivez et laissez vivre » a constitué le slogan de la campagne mondiale 2002-2003 contre le sida, laquelle mit l’accent sur l’élimination de la honte et de la discrimination.

  • Au Bangladesh, plus de 9 000 chefs religieux musulmans ont participé à une formation sur les sexospécificités, la prévention du VIH/sida et d’autres questions de santé en matière de reproduction,grâce à un projet de l’UNFPA et de la Fondation islamique du ministère des affaires étrangères.

  • Les éducateurs compagnons d’âge d’Europe de l’Est et de l’Asie centrale sont maintenant reliés entre eux par Youth Peer Education Resource (Aide électronique pour l’éducation par les compagnons d ’âge) (www.youthpeer.com) soutenue par l’UNFPA. En 2002, ce réseau qui constitue un élément d ’une initiative régionale reliait 370 instructeurs, lesquels de leur côté communiquaient à 31 000 éducateurs compagnons d’âge des informations sur la santé des adolescents et un comportement sexuel à moindre risque.

  • L’impact du VIH/sida sur les femmes a constitué le thème principal de la cinquième Conférence des femmes ministres et parlementaires africaines, en octobre, au Cap-Vert, qui a été organisée par l’UNFPA et à laquelle ont participé plus de 80 femmes ministres et parlementaires ainsi que d ’autres cadres de la région subsaharienne d ’Afrique.

Un centre de services d’orientation des jeunes en Sri Lanka fait partie de l’initiative commune CE/UNFPA pour la santé en matière de reproduction en Asie et donne des informations sur le VIH/sida et d’autres questions de santé en matière de reproduction.

Photo: EC/UNFPA Initiative for RH

Une nouvelle publication, Strategic Guidance on HIV Prevention (Directions stratégiques pour la prévention anti-HIV), explique comment la gamme distinctive de capacités de l’UNFPA, ainsi que ses points forts et ses avantages comparatifs, contribuent à ses partenariats dans la réponse mondiale au VIH/sida. Elle décrit les politiques de l’UNFPA et ses priorités stratégiques et présente une structure pour la prévention parmi les jeunes et les femmes enceintes et par l’intermédiaire du programme de préservatifs.

LES ADOLESCENTS ET LES JEUNES

Les jeunes peuvent enrayer la pandémie. Leur succès requiert un engagement et une prise d’action à tous les niveaux et par tous les secteurs de la société ,afin d ’assurer que les adolescents et les jeunes disposent de connaissances, d’aptitudes et de moyens permettant de prévenir l ’infection par le VIH, de protéger leur santé en matière de reproduction et d ’édifier un environnement encourageant et sans honte ni discrimination.

  • En novembre 2002, l’UNFPA et le Fond de l'OPEP pour le développement international ont lancé une nouvelle initiative pour prévenir l ’infection par le VIH parmi les jeunes, les femmes enceintes et les populations migrantes de la région arabe, d ’Amérique centrale et des Caraïbes. Cette initiative portant sur trois années et 13 pays soutient la formation des enseignants et des collaborateurs des services d ’approche, la collecte de données, l’édification des capacités des ONG, et les efforts nationaux pour détecter et prévenir cette infection.

  • Un jeu sur ordinateur conçu pour l’éducation des jeunes enfants sur la prévention des infections sexuelle-ment transmissibles, y compris le VIH/sida, à été placé en 2002 sur le site Internet de la Youth for Youth Foundation (Fondation pour les compagnons d ’âge) (www.venerix.ro), en Roumanie. Ce site a enregistré 134 875 visites au cours de l ’année.

  • Au Turkménistan, des professeurs de biologie ont reçu une formation sur la prévention du VIH et d ’autres questions de santé en matière de reproduction,comme élément de l’engagement pris par le Ministère de l ’éducation de mettre en application un programme éducatif développé avec l ’assistance de l ’UNFPA pour les élèves de neuvième année d ’étude.

  • De jeunes acteurs du Kirghizistan ont représenté une pièce de théâtre, afin d’augmenter la prise de cons-cience sur le VIH/sida. L’histoire était celle d ’un collégien, Igor, qui s’était infecté lors d’une prise de sang. Cette manifestation a offert une information sur la prévention du VIH adaptée à la jeunesse et a exploré différentes attitudes face à ceux qui vivent avec le VIH/sida.

PROGRAMMES EN FAVEUR DES PRÉSERVATIFS

L’utilisation correcte et conséquente des préservatifs, tant masculins que féminins, pourrait donner à des milliers de personnes un moyen simple et efficace de se protéger ainsi que de protéger leurs partenaires sexuels contre l’infection par le VIH. Mais les défis sont de taille: carence massive en approvisionnement par rapport aux besoins actuels, fréquentes ruptures de stock, et moyens limités pour des programmes destinés à encourager des comportements sexuels moins dangereux.

  • Le siège de l’UNFPA à New York recueille des mythes et de conceptions erronées entravant l ’accès aux préservatifs ainsi que leur utilisation, et a commencé à faire l’inventaire de matériel permettant de soutenir un processus visant à étendre des interventions efficaces et couronnées de succès auprès des jeunes.

  • Le gouvernement du Nigéria, œuvrant de concert avec l’Association nationale nigérienne des étudiants, a introduit un plan de distribution d ’au moins un million de préservatifs à ses citoyens sur une période de cinq ans, pour ralentir la dissémination du VIH/sida.

  • En Chine, les employés des chemins de fer ont participé à une formation sur la prévention anti-VIH et sur des méthodes de commercialisation, et des automates à préservatifs ont été installés dans les gares, dans le cadre d’un projet visant à toucher les populations itinérantes.

  • Depuis 1999, plus de 19 millions de préservatifs féminins ont été distribués à plusieurs pays d’Afrique, d ’Asie et d’Amérique latine grâce à un effort commun de l’UNFPA, de l’ONUSIDA, de l’OMS, de The Female Health Company et des partenaires nationaux.

SEXOSPÉCIFICITÉ ET PRÉVENTION

Quand les hommes sont pris en considération comme élément constitutif de la solution,les chances sont plus grandes pour que les hommes et les femmes prennent en commun des décisions bien fondées, saines et consensuelles au sujet de la sexualité et de la reproduction, y compris la prévention de l ’infection par le VIH.

  • Au Venezuela, les organisateurs de la santé reçurent une formation dans le cadre d’un projet touchant les femmes pauvres sur leur lieu de travail et dans les agences de placement.En 2002,cette formation a abordé le VIH/sida, l’équité entre les sexes et d ’autres aspects de leur santé en matière de reproduction et de leurs droits.

  • Au Cambodge, la planification stratégique nationale a été influencée par le projet Modèle d’impact sur le sida, dans le cadre duquel des ateliers et des activités d ’information encouragent l ’affranchissement de la femme en tant qu’élément de la prévention anti-VIH.

  • Au Zimbabwe, un système de financements par micro-crédits, une formation pour la planification des affaires ainsi que des cours pour les responsables sur le VIH/sida, la sexospécificité et la violence domestique ont habilité les femmes à s ’exprimer et à obtenir le soutien de leurs communautés pour la prévention anti-VIH.

  • Au Pérou, en 2002, quand le cours Santé en matière de reproduction et développement personnel a été introduit comme élément de leur programme régulier d’instruction, les étudiants des forces armées et de la police nationale ont étudié la santé en matière de reproduction ainsi que leurs doits.