UNFPA Le FNUAP a l'oeuvre 2001
Back to Main Menu
 

PAUVRETÉ, POPULATION ET DÉVELOPPEMENT
Pauvreté, haute fécondité, mauvaise santé, discrimination entre les sexes. L’information et les services de santé en matière de reproduction aident à rompre le cycle.

Un soutien intensif de la santé en matière de reproduction peut diminuer la pauvreté.
L’information et les services fournis par l’UNFPA permettent d’éviter des grossesses non désirées, de prévenir des infections par le VIH, de planifier et d’espacer les naissances, d’accoucher avec plus de sécurité et de participer plus équitablement à l’éducation, aux revenus et aux prises de décision.Un accès universel à la santé en matière de reproduction amènerait à un ralentissement de la croissance de la population, ce qui réduirait l’impact sur l’environnement et permettrait aux pays de répondre aux besoins des plus pauvres et des plus vulnérables.

Les pays les moins avancés ont les taux de fécondité et de croissance les plus éle-vés, et leurs populations devraient tripler au cours des 50 prochaines années. La moitié de la population du monde, c’est-à-dire plus de 3 milliards de personnes, vivent avec moins de 2 dollars par jour, et 1 milliard de personnes vivent avec moins de 1 dollar par jour. Malgré les efforts soutenus depuis la mi-1980 en faveur de la parité des sexes, plus de femmes que d’hommes continuent à vivre dans la pauvreté.

L’UNFPA comprend que la promotion de la santé et des droits en matière de repro-duction est indispensable à la croissance économique et à la diminution de la pauvreté. Des taux de natalité inférieurs, ainsi qu’un taux de croissance ralenti, ont contribué au cours des trois dernières décennies à un progrès économique accéléré dans plusieurs pays en développement. Cet “effet de population ” positif pour l’économie était dû en grande partie aux investissements dans la santé (y-compris la santé en matière de repro-duction)et dans l’éducation ainsi qu’à l’augmentation des choix offerts aux femmes.

LES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT 

Tous les États Membres des Nations Unies s’étaient engagés en 2000 à remplir une série d’objectifs assortis de délais, afin d’éliminer la pauvreté et la faim, d’éradiquer le VIH/sida et de d’affranchir les femmes. Ce n’est qu’en tenant compte des questions de population et de santé en matière de reproduction que les peuples du monde atteindront les objectifs du Millénaire pour le développement. Chacun de ces huit objectifs compte pour l’UNFPA, lequel est guidé par le Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le déve-loppement établi en 1994 (CIPD). S’il était possible d’accroître le soutien des donateurs internationaux qui n’ont pas encore rempli leurs engagements pris lors de la CIPD, l’UNFPA pourrait répondre de manière encore plus efficace aux demandes d’assistance des gouvernements de plus de 140 pays en développement et les aider à remplir ces objectifs de développement.

  • Près des deux tiers des bureaux de pays de l’UNFPA ont aidé les gouvernements à établir des comptes rendus sur les objectifs du Millénaire pour le développement, garantissant qu’il était prêté l’attention qu’il fallait aux données sur la population et la santé en matière de reproduction..

DONNÉES ET STRATÉGIES DE POPULATION

Les modifications de structure, de distribution et d’importance des populations sont influencées par tous les aspects d’un développement durable. L’UNFPA soutient les efforts tendant à suivre ces changements et à analyser les tendances de la population, pour aider les gouvernements et les institutions internationales à faire naître la volonté politique d’aborder les besoins actuels et à venir. En particulier, l’UNFPA encourage l’utilisation d’une série d’indicateurs de population établis conjointement et différenciant selon les sexes pour les rapports sur les objectifs du Millénaire pour le développement et pour les bilans communs de pays des Nations Unies et, par l’intermédiaire de ces instruments, pour les documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté.

  • Des données démontrant l’interdépendance entre la population et d’autres facteurs de développement permettent de répondre à des questions de politiques. En 2002, l’UNFPA a procédé à une évaluation de ses efforts visant à augmenter les capacités nationales en santé en matière de reproduction sur la base d’une analyse de dix années d’activité dans six pays: le Brésil, la Côte d’Ivoire, l’Egypte, le Népal, le Nigeria et le Viet Nam.

  • Sans donnés fiables, une planification efficace est impossible. En 2002, l’UNFPA a aidé l’Albanie à mener à bien des recherches sur le terrain, pour établir sa toute première étude de santé en matière de reproduction et de planification familiale.

  • Le Projet panarabe pour la santé familiale a achevé une étude de cinq pays, laquelle sera inclue dans une banque de données régionales pour la santé familiale et procréative dans les pays arabes. Soutenue par l’UNFPA et d’autres partenaires, cette étude a utilisé des moyens et des méthodes standardisés.

  • Les ONG sont à même de faire le suivi du Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement, en utilisant un nouveau système permettant un accès direct aux données officielles. Ce système couvre huit pays et a été établi par le Réseau pour la santé des femmes d'Amérique latine et des Caraïbes, avec l’aide de l’UNFPA. C’est aussi en 2002 que l’ UNFPA a aidé à établir un système d’ indicateurs pour aider la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes dans son rôle régional de suivi du Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement.

  • La création d’un système d’information intégré sur ordinateurs dans des centres de santé en matière de reproduction a fait partie des efforts de l’UNFPA pour aider l’Azerbaïdjan à mettre en application son programme pour la réduction de la pauvreté et réformer son système de santé primaire.

  • En décembre 2002, l’UNFPA et l’Institut du Brésil pour la géographie et les statistiques ont publié un rapport sur la pauvreté, Situation of the Brazilian Population: Levels of Inequalities (2002) (Situation de la population brési-lienne: niveaux d’inégalité (2002)). L’UNFPA s’est allié aux ONG du Brésil pour développer des indices de santé en matière de reproduction au niveau municipal, et a organisé quatre ateliers en 2002.

  • L’UNFPA a soutenu la recherche socioculturelle dans plusieurs pays, souvent pour établir des messages tenant compte des sensibilités culturelles pour des campagnes de plaidoyer. À titre d’exemple, l’aide de l’UNFPA pour décourager la mutilation génitale féminine a contribué à l’élaboration de politiques à ce sujet et à la pro-mulgation de lois dans 14 pays. En 2002, une enquête socioculturelle de l’Université de Zambie s’est concentrée sur les cérémonies d’initiation, lesquelles inculquent aux garçons, parmi d’autres matières relatives au compor-tement et à la tradition, ce qu’il implique d ’appartenir au sexe masculin.

DONNÉES DE RECENSEMENT AUX FINS DE LA PLANIFICATION

L’UNFPA participe aux activités de recensement au plan mondial. En 2002, le Fonds a assisté tant le Guatemala que le Rwanda pour un recensement de la population et du logement. Au Botswana, l’UNFPA a soutenu l’analyse et la distribution des résultats du recensement de 2001, avec un impact immédiat sur des décisions concernant l’expansion des programmes et leurs bénéficiaires. Les Comores ont lancé un recensement de la population, avec l’intention d’intégrer les résultats dans des données sociodémographiques de lignes de base, ventilées par sexe.

  • En Afghanistan, l’UNFPA a commencé à travailler avec le Bureau central des statistiques, pour établir un recensement national de la population et du logement.Ce recensement répond à un besoin urgent de disposer de donnés qui soient à jour et fiables, pour aider au processus de reconstruction. Auparavant, l’Afghanistan n’avait jamais eu de recensement complet de sa population.

  • Dans le cadre d’une enquête au Burundi d’après-guerre, on procéda à un sondage de 7 500 ménages vivant dans des camps pour personnes déplacées, des centres urbains et des zones rurales. Dans le but d’améliorer les prises de décision du gouvernement pour le développement national, la réhabilitation et la reconstruction, l’UNFPA apporta son aide à cette importante enquête démographique et de santé, laquelle bénéficia également de fonds de l’Union Européenne.

  • Au Bhoutan, l’UNFPA aida à créer des capacités nationales permettant de recueillir des donnés et de faire des analyses. Une formation visant à la préparation du prochain recensement a été donnée à des représentants de tous les districts de l’administration, et plusieurs responsables participèrent à un voyage d’observation en Inde.

 

Pour le gagnant du grand prix, Sadat Ahmed Dipro, le Concours annuel international d’affiches de l’UNFPA a été l’occasion de se pencher sur l’impact de la population et de la pauvreté vu dans sa perspective personnelle, laquelle est celle d’un garçon de six ans au Bangladesh. En 2002, des jeunes artistes de 73 pays ont participé à cette compétition, qui a été sponsorisée par l ’UNFPA depuis 1992.

Photo: UNFPA Bangladesh

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Lors du Sommet mondial sur le développement durable, tenu en août 2002, à Johannesburg (Afrique du Sud), les dirigeants mondiaux ont réaffirmé les objectifs associant l’élimination de la pauvreté et la protection de l’environnement à la santé, y compris la santé en matière de reproduction et l’autonomisation de la femme.

  • Afin de soutenir les recommandations politiques du Sommet mondial, un comité d’experts a lancé une étude scientifique sur l’influence de la population sur le développement durable. Les fers de lance de ce rapport ont été l’Institut international pour l'analyse appliquée des systèmes, l’Union internationale pour l'étude scienti-fique de la population et l’Université des Nations Unies, avec un financement de l’UNFPA.

  • L’UNFPA a lancé une révision structurale interne ainsi qu’une enquête sur le terrain, pour examiner le lien entre les activités en rapport avec l’eau, la population, la sexospécificité, la santé en matière de reproduction et la pauvreté. Cela fait partie de sa contribution pour des approches à l’échelle du système concernant les thèmes du Sommet mondial et l’examen décennal du Programme d’action de la CIPD.

  • Pendant la Conférence internationale sur le financement du développement, tenue en mars 2002,à Monterrey (Mexique), l’UNFPA a insisté sur les liens existant entre population, pauvreté et développement. L’UNFPA a appelé à l’intégration de la santé en matière de reproduction dans le cadre de réformes du secteur de santé et comme élément des soins de santé primaire.

  • Le rapport annuel de l’UNFPA, L’état de la population mondiale 2002, adressa le thème « Population, pauvreté et potentialités.» Ce rapport rappela que pour réduire la pauvreté dans des pays en développement, une intervention urgente était nécessaire, afin de lutter contre la mauvaise santé en matière de reproduction, aider les femmes à éviter les grossesses involontaires et éliminer l’analphabétisme et la discrimination sexo-spécifique.

 

Le vieillissement de la population est un problème ayant un lourd impact démographique, spécialement dans les pays en développement dont les ressources sont trop restreintes pour répondre aux besoins essentiels des personnes âgées, telle cette vieille Mexicaine. En avril 2002, l’UNFPA a participé à la Seconde assemblée mondiale sur le vieillissement, à Madrid (Espagne), et a évoqué les besoins sociaux et sanitaires élémentaires des personnes âgées dans les pays en développement. L’UNFPA a également continué à pourvoir son assistance technique et son aide à l’Institut international du vieillissement, à Malte, où une formation a été donnée sur les manières efficaces d’adresser les problèmes des vieillards qui sont dans l’indigence.
Photo: Planet

JOURNÉE MONDIALE DE LA POPULATION

Pendant les 13 dernières années, des pays du monde entier ont observé le 11 juillet comme Journée mondiale de la population, pour sensibiliser le public et attirer l’attention des législateurs sur les problèmes de population, telle la pauvreté, la santé en matière de reproduction, l’éducation et le VIH/sida.

  • Des rallyes, des défilés et des discussions ont marqué la Journée mondiale de la population 2002 au Bangladesh, où le président appela à une prise de conscience accrue pour les problèmes de population et à un mouvement social visant à assurer le succès du programme national de planification familiale.

  • Au cours d’une interview de la télévision afghane, le ministre à la condition féminine, Habiba Sarabi, a mentionné que la santé des familles afghanes et des mères était souvent affectée de manière négative par des enfants eus trop tôt, trop tard ou à intervalles trop rapprochés.Des fonctionnaires de Kaboul indiquèrent que l’alphabétisation et les services de santé étaient vitaux pour la survie et le bien-être des femmes afghanes et de leurs familles.

  • Au cours d’une des plus d’une douzaine de cérémonies et ateliers tenus à travers Cuba, des experts ont signalé le succès de l’éducation sexuelle dans près de 1.000 écoles secondaires cubaines. L’UNFPA a contribué à ces programmes qui visent à limiter les grossesses involontaires et les mariages prématurés.

  • Sur la place principale de San’ä’a (Yémen), plus de 10.000 spectateurs ont vu un film qui abordait des sujets d’éducation, d’affranchissement, de santé en matière de reproduction et de planification familiale. L’UNFPA avait aidé un comité gouvernemental à le réaliser, et il avait été également retransmis sur la télévision nationale.